Cette année, la barre des 3.000 décès sera sans doute dépassée plusieurs mois avant celle des deux dernières années.(Ph.:Amnesty.fr)

Migration : Près de 3.000 décès en 2016

• En moyenne 20 morts par jour en méditerranée

• La traversée vers l’Italie est la plus périlleuse

 

Des 242.179 migrants réfugiés arrivés en Europe par la mer au 20 juillet 2016, 2.977 personnes ont perdu la vie dans l’aventure. Un chiffre qui a doublé par rapport à 2015, où l’on avait recensé au 30 juillet 1.900 décès. Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) qui a publié ces chiffres, le nombre de morts est plus élevé chez les populations qui ont pris la mer pour l’Italie et la Grèce.
Publiés le 20 juillet dernier, les chiffres de l’OIM n’incluent pas les milliers de migrants et réfugiés secourus dans la méditerranée la semaine du 25 juillet, ni le repêchage d’une vingtaine d’autres corps à bord d’un bateau qui était en route vers les ports italiens le 22 juillet dernier. Si ces chiffres étaient pris en compte, le nombre total de décès s’élèverait à 2.996 au 25 juillet. Ainsi, trois ans durant, l’OIM aura recensé au moins 3.000 hommes, femmes et enfants décédés en mer.
Cette année, la barre des 3.000 décès sera sans doute dépassée plusieurs mois avant celle des deux dernières années. D’après une étude réalisée par le Projet de l’OIM sur les migrants disparus, la barre des 3.000 a été dépassée le 21 septembre en 2014 et le 15 octobre en 2015.
Tandis qu’il reste encore plus de 5 mois avant la fin de l’année 2016, le projet de l’OIM sur les migrants disparus montre que près de 2.500 des victimes de cette année ont péri pendant les quatre derniers mois. «C’est en moyenne 20 décès par jour dans la méditerranée», a déclaré Julia Black, analyste du Centre d’analyse des données migratoires mondiales de l’OIM basé à Berlin. D’après le ministre italien de l’intérieur, Flavio Di Giacomo, quelque 4.200 migrants ont été secourus dans le canal de Sicile le 19 et 20 juillet derniers. Il a ajouté que d’après les chiffres officiels de son ministère, le nombre d’arrivées au 21 juillet s’élève à 84.052, un chiffre presque identique au total de l’année dernière lorsque les autorités italiennes ont recensé 84.026 arrivées. Cette similitude le long de l’itinéraire de la méditerranée centrale indique que les flux migratoires à travers l’Afrique et vers la Libye restent inchangés depuis deux ans, malgré les progrès accomplis en matière de contrôle et de surveillance du trafic migratoire en Libye.

NK


L’Italie, la route de la mort

Une des raisons expliquant le fait qu’il y ait plus de morts et portés disparus cette année est l’arrivée exceptionnelle de migrants enregistrée fin mai, avec quelque 1.000 migrants en quelques jours. Durant cette période, les naufrages impliquaient selon l’OIM des navires plus gros que d’habitude avec des centaines de personnes à bord. Selon le décompte de l’OIM, la traversée vers l’Italie reste la plus périlleuse avec 2.606 morts pour quelque 88.350 arrivées depuis le début de l’année. Sur la même période, près de 160.000 migrants sont arrivés en Grèce, et 383 ont trouvé la mort. 45 ont par ailleurs trouvé la mort au large de l’Espagne.
L’Autriche et la Hongrie ont vu passer en 2015 des centaines de milliers de migrants fuyant les conflits de Syrie et du Moyen-Orient et cherchant à gagner l’Ouest de l’Europe via la Turquie et la Grèce.

Commentaires
Numéro d'édition: 169

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.