Renforcement des capacités : L’ENAREF et l’ENAP en duo

• 27 cadres en recyclage

• Bonne gouvernance et suivi des politiques au menu

L’Ecole nationale des régies financières (ENAREF) a organisée le 8 février dernier le lancement du programme de formation en évaluation du développement, à Ouagadougou. Ce programme de formation est organisé en partenariat avec l’Ecole nationale d’administration publique du Canada (ENAP).
Initialement dispensée au Canada, la formation s’est délocalisée en Afrique, et c’est l’ENAREF qui a été désignée pour abriter deux semaines durant cette formation. 27 cadres qui interviennent dans les programmes de suivi et évaluation des projets sont concernés par cette opportunité qui a pu se faire grâce au gouvernement canadien qui a découvert l’intérêt que l’Afrique francophone porte à la formation de l’ENAP, car étant la plus représentée dans les sessions de formations qui se tiennent habituellement au Canada. Les coûts ont été revus à la baisse pour l’occasion. Ainsi, chaque participant s’acquittera de la somme de 1,5 million de F CFA. Ce programme de formation est très important selon le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Alizatou Rosine Coulibaly, présente à la cérémonie. Selon elle, si le choix du Canada s’est porté sur l’ENAREF, ce n’est pas de façon fortuite, «cette initiative délocalisée au Burkina Faso montre que l’ENAREF a les capacités intellectuelles et organisationnelles pour abriter une telle formation. L’ENAREF doit servir de modèle aux autres administrations afin qu’elles améliorent la qualité de leurs formations, car le Burkina Faso en a besoin».
Le but de la formation dispensée par les formateurs canadiens est d’améliorer la fonction évaluative et de suivi-évaluation. Il s’agira de dispenser également des cours sur l’évaluation de la Fonction publique, de renforcer les capacités d’évaluation des programmes, des projets, des politiques sectoriels et des médias. Dans le contexte actuel, tous les peuples ont une exigence envers tout ce qui est politique publique. Ce programme permettra de juger efficacement la transparence et les principes de développement des gouvernants, l’approche harmonisée et bien d’autres aspects.
Selon le ministre, cette formation permettra au gouvernement d’aller dans le sens de son désir de transparence, d’évaluation et de résultat, comme l’a signifié le Premier ministre dans son dernier discours. Elle souhaite à l’avenir d’autres formations du genre, qui permettront au gouvernement de mieux orienter sa politique de développement afin qu’il ait des actions concrètes sur le terrain. La formation dispensée par les Canadiens sera adaptée au contexte burkinabè et à ses réalités pour plus d’impacts positifs.

Germaine BIRBA


 

L’ENAREF, une référence

L’Ecole nationale des régies financières a ouvert ses portes en 1988. C’est un établissement public à caractère administratif. Elle a été certifiée ISO 9001, devenant ainsi une structure de référence.
Grâce à ses différentes collaborations, elle a rendu possible le programme de formation en évaluation du développement dispensée par l’ENAP du Canada. Cette formation prodiguée depuis 6 ans au Canada a l’appui de la Banque mondiale, car elle contribue à la promotion de la bonne gouvernance. Le Burkina Faso est le 3e pays d’Afrique après le Sénégal et Madagascar à en bénéficier. A travers le monde, 331 personnes ont été formées dans le cadre ce programme dans 25 pays.

Commentaires
Numéro d'édition: 145

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.