Madame le Directeur des Opérations de la Banque mondiale et Monsieur Cheikh Tidiane DIOP, Secrétaire Général du Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan du Sénégal dans la Conférence sur l’Initiative BOOST de la Banque Mondiale à Dakar.

Finances publiques : Le budget lisible sous format Boost en 2016

• Pour améliorer la reddition des comptes

• Avec l’appui de la Banque mondiale

A Dakar, fin juillet 2015, lors d’une grande conférence organisée par la Banque mondiale autour de la plateforme de données budgétaires qu’est le Boost, il est ressorti qu’à l’échelle de l’institution, les équipes-pays ont entamé un dialogue avec les gouvernements-clients pour mettre en place l’outil dans plus de 50 pays.

Selon Anand Rajaram, spécialiste en chef en charge de la gouvernance et responsable du programme Boost à la Banque mondiale, cet engagement renforcé se poursuit dans l’exercice 2015, pour mettre en place l’outil Boost dans 20 pays dont le Burkina. Aujourd’hui, le pays est à la phase d’apurement des données, une étape importante et nécessaire avant la mise en ligne.
Selon les explications recueillies auprès de la Banque mondiale, les experts ont travaillé à basculer les informations budgétaires du Circuit informatisé de la dépense (Cid) vers le format Boost. Toutefois, explique l’économiste principal Mariam Diop, à cause des changements dans les dénominations des ministères (fusion, éclatement, création de nouveaux ministères), il y a eu lieu de reconstituer les données sur une longue série de 2005 à 2014 dans le format Boost. La formation donnée aux agents du ministère de l’Economie et des finances devra permettre de réaliser ce travail d’apurement des données; la base sera ensuite transmise à l’expert de la Banque mondiale qui la validera. Le ministre des Finances donnera l’autorisation pour la publication sur le site du Boost, en Open data, et sur celui de la Direction générale du budget. Actuellement, confie-t-on, les équipes de la Banque et de l’administration étatique s’attèlent à finaliser ces étapes à partir de septembre, de sorte à ce que le budget 2016 soit lisible sous format Boost.
L’outil apporte un plus à la qualité des données budgétaires, en ce qu’il sera plus aisé à tous de les suivre ligne par ligne et ainsi de connaitre de manière détaillée l’utilisation des ressources financières aux niveaux national et régional.
Suite à cette rencontre de Dakar, la Banque mondiale a organisé au Burkina Faso plusieurs formations dont une à l’intention des acteurs de la société civile et des médias, potentiels utilisateurs dans le cadre de leurs activités de plaidoyer ou de contrôle citoyen de la gestion du budget de l’Etat.
C. K.


Renforcer le système de gestion

Les informations détaillées fournies par Boost sur le budget, en plus d’améliorer la qualité des données budgétaires, facilitent la réalisation du cadrage macro-financier, les analyses sectorielles par exemple des secteurs sociaux prioritaires que sont l’éducation et la santé.
L’on attend à ce qu’il soutienne et renforce les systèmes de gestion financière indispensables à l’amélioration de la position des pays par rapport aux standards et classements internationaux. Particulièrement en suivant la méthodologie du cadre d’évaluation des dépenses publiques et de la responsabilité financière (Pefa), ainsi que celle de l’évaluation de la performance des institutions nationales (Cpia).

Commentaires
Numéro d'édition: 122

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.