Covid-19: le comité national adapte le plan de riposte

- L’élaboration d’un plan d’action global à l’ordre du jour
- Plusieurs objectifs déclinés à travers une feuille de route

Les représentants des différents ministères et de la société civile ont répondu présents à l’appel

Dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus, le Premier ministre, Christophe Dabiré, a présidé la deuxième rencontre du Comité national de gestion de la pandémie de COVID-19. Cette rencontre s’est tenue le 11 mai 2020 à Ouagadougou, autour des actions urgentes à prendre et, notamment, l’adoption d’une feuille de route. Elle a connu la participation, en plus des membres représentants du gouvernement, des représentants des partenaires techniques et financiers tels que la Troïka et des représentants de la société civile. Selon le Premier ministre, Christophe Dabiré : « Le comité a été mis en place avec un Secrétariat exécutif qui va servir d’interface entre le président du comité et les départements ministériels et les régions ».
Pour le chef du gouvernement, la première action urgente à prendre est d’élaborer un plan global qui fasse la situation de la maladie et des principales orientations, et surtout la situation de la mobilisation des ressources en faisant apparaitre le gap qu’il faut combler avec les partenaires techniques et financiers. Il a aussi été question de demander au ministère de la Santé d’améliorer le plan de riposte. « Ce plan a été adopté à un moment donné, la situation a évolué, il faut adapter ce plan à la situation actuelle et voir dans quelle direction nous allons aller dans les semaines et mois à venir », a déclaré le Premier ministre. Au regard de l’allègement des mesures coercitives, il s’est agi aussi d’adapter également la communication afin de permettre au Comité national de diffuser des messages efficaces permettant de gagner le pari de la lutte contre la pandémie.
Sur la question des dépistages massifs, le Premier ministre a souligné que l’engouement de la plupart des pays de la planète sur les réactifs rendait complexe leur mobilisation. Par ailleurs, il a déclaré que le ministère de la Santé avait une initiative qui tend à multiplier le nombre de tests et qu’il fallait réfléchir sur la stratégie de prise en charge de la maladie. « Nous avons reçu une certaine quantité de réactifs que nous allons continuer d’utiliser ». S’agissant des tests rapides, le gouvernement dit attendre l’aval de l’OMS qui est l’organisation chargée de la validation des tests.
Les effets de la pandémie n’ayant pas de frontières, il a été institué des comités sectoriels afin de prendre en compte tous les secteurs dans la riposte contre la Covid-19 et la relance économique.

Le Comité national et son fonctionnement
Le Comité national de gestion de la pandémie de Covid-19 présidé par le Premier ministre est composé de membres représentants du gouvernement, de membres représentants des partenaires techniques et financiers et de membres représentant les organisations de la société civile. Ce comité a pour objectifs de mettre, d’une part, en adéquation le potentiel du système sanitaire et les besoins de réponses sanitaires. D’autre part, il vise à accroître la participation des individus, des familles et des communautés dans la réponse à la crise sanitaire. Ces objectifs ont été répartis en 6 axes de stratégies prioritaires qui constituent la feuille de route à mettre en œuvre. Afin de mener à bien les missions qui lui sont assignées, le comité se réunit deux fois par mois, les comités sectoriels soumettent des plans d’actions à l’approbation du CNGCP.

Commentaires
Numéro d'édition: 345

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.