La Directrice de la Fabrique, Lisa Tiétiembou: «Les Burkinabè doivent développer le Burkina Faso». (DR)

La Fabrique : Un bilan positif après 5 ans d’existence

• La Fabrique souffle sa cinquième bougie dans l’enthousiasme

• 26 entreprises créées qui impactent 150.000 personnes

• Le développement du Burkina passera par ses fils

Il est de notoriété publique que la Fonction publique à elle seule n’est pas en mesure de résorber et de lutter efficacement contre le taux de chômage croissant. Compte tenu de l’évolution de la population, l’entrepreneuriat s’avère être une des alternatives, et cela, certains l’ont compris. En plus d’entreprendre, ils ont créé des sociétés d’incubation et d’accompagnement des jeunes entrepreneurs. C’est dans ce contexte que La Fabrique a été créée. 5 ans après sa création, la Fabrique a organisé une soirée, pour fêter cet anniversaire, le 31 janvier 2020 à Ouagadougou. Une cérémonie qui a mobilisé de nombreux entrepreneurs et les responsables d’autres structures d’incubation. La célébration des 5 ans d’existence de la Fabrique a aussi été l’occasion pour les entrepreneurs de présenter leurs entreprises et leurs produits aux invités qui seront éventuellement intéressés.
Selon la Directrice de la Fabrique, Lisa Tiétiembou : «Depuis sa création, La Fabrique a créé 26 entreprises qui vont générer un impact sur 150.000 personnes au Burkina Faso». Elle estime ces résultats satisfaisants, compte tenu des difficultés que les incubateurs rencontraient jadis dans leurs recherches de fonds. Elle a, par ailleurs, souligné sa motivation dans l’accompagnement des jeunes entrepreneurs: «Les entrepreneurs sont souvent assimilés à des dégénérés et se débrouillent seuls. Cette situation m’a motivée à créer cet incubateur pour accompagner ces derniers». Outre cela, elle a souligné le caractère endogène du développement du Burkina Faso  «Aujourd’hui, le développement du Burkina Faso ne passera pas par la jeunesse de l’Occident, il passera par les fils et filles du pays des Hommes intègres».

Emilie Kyedrebeogo, promotrice de Palobdé. (DR)

L’un des objectifs poursuivis par la Fabrique n’est pas de soutenir des centaines d’initiatives, mais plutôt de détecter des perles rares et les accompagner, car l’entrepreneuriat n’est pas une chose aisée, et ceux qui ont réussi sont particuliers.
Pour collaborer au mieux avec les porteurs de projets à fort potentiel d’impact social et/ou environnemental, La Fabrique a mis au point depuis cinq ans, une méthode d’accompagnement particulière. Ils se positionnent comme de véritables associés des entrepreneurs sociaux. Aussi, au-delà de simples coachs ou consultants, La Fabrique s’implique pleinement à leurs côtés pour révéler leurs idées et projets. Ainsi, après 5 ans d’existence La Fabrique a déjà, en plus d’avoir accompagné plusieurs entrepreneurs, fait aussi beaucoup de sensibilisation. Avec environ 300 heures de formations à son compteur, c’est prêt de 4000 participants formés et sensibilisés à travers 20 évènements organisés par La Fabrique.

Rachid OUEDRAOGO (Collaborateur)


Une structure très active

La Fabrique, depuis sa création, a organisé ou coordonné des évènements pour encourager et soutenir l’entrepreneuriat au Burkina Faso et en Afrique subsaharienne. C’est dans ce cadre qu’elle a organisé des évènements tels que «Le Marathon du Sahel» dont la première édition s’est tenue en 2019, elle a connu la participation de 7 pays sahéliens: Burkina Faso, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Tchad. La Fabrique a aussi assuré la coordination et la mise en œuvre du programme au Burkina Faso pour cette première édition. Elle a, notamment, assuré la coordination d’autres évènements tels que «L’ OCCITAN E pour Elles», le concours entreprendre autrement, Afric’innov , ProFeJec ,CoLab…».


Quelques entreprises accompagnées par La Fabrique  «NEKYAM» de Wendyam Aimé Kaboré

Wendyam Aimé Kaboré, avec son entreprise «NEKYAM», a été accompagné par La Fabrique de mars à juin 2018. Avec Revitaliz, une entreprise de production d’engrais organique dénommée N’Galée, Aimé et toute son équipe sont de retour à La Fabrique depuis septembre 2019 pour un nouvel accompagnement en tant que lauréat du Challenge Startupper de l’année 2018- 2019 de Total Burkina.
Plein d’énergie et d’enthousiasme, l’entrepreneur a élargi ses activités pour attaquer de manière plus ambitieuse, la problématique des revenus générés par l’agriculture au Burkina Faso. Aussi, Aimé est porteur d’un ensemble de projets tous engagés dans la fourniture de solutions innovantes et agricoles aux petits producteurs africains. NEKYAM est une entreprise dont l’ambition est d’offrir aux agriculteurs des solutions pratiques et efficaces qui leur permettent de produire plus, produire mieux et de vendre leurs récoltes aux meilleurs prix en toute sérénité (accès à des crédits adaptés, à des intrants de qualité, à des informations essentielles aux bonnes récoltes, etc.)
La Fabrique a aussi accompagné et soutenu Emilie Kyedrebeogo de «Palobdé» en 2019. Elle a décidé d’apporter sa contribution à l’amélioration de la santé des populations par la production et la distribution de protections hygiéniques réutilisables. Par son activité, l’entreprise sociale réalise également de la sensibilisation et de la formation sur les questions d’hygiène menstruelle auprès des jeunes filles. Créée en fin 2017 par Emilie Kyedrebeogo, Palobdé Services a intégré La Fabrique dans le cadre de la 2e édition du programme «L’OCCITANE pour Elles». Entourée de l’ensemble des partenaires du programme, l’objectif de Palobdé Services est de réussir à vulgariser ses produits et d’augmenter largement le nombre d’utilisatrices finales aux 4 coins du pays.

Commentaires
Numéro d'édition: 331

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.