La République populaire de Chine a offert 5.000 tonnes de riz au Burkina Faso, afin de soulager les personnes «vulnérables». (DR)

Soutien aux personnes vulnérables : La Chine apporte 5.000 tonnes de riz

• En réponse au stress alimentaire

• Plus de 676.200 Burkinabè en situation d’insécurité

• Dont 24.283 en phase d’urgence

Dans le cadre de la collaboration entre la République populaire de Chine et le Burkina Faso, Pékin a décidé d’apporter son soutien au peuple burkinabè à travers un don de 5.000 tonnes de riz de bonne qualité d’une valeur de 4 milliards 100 millions de francs CFA.
La remise symbolique des vivres a eu lieu le 7 juin 2019 dans l’enceinte de la Société nationale de gestion du stock de sécurité alimentaire (SONAGES) à Ouagadougou. C’était en présence du Secrétaire général du ministère de l’Agriculture et des Aménagements hydro-agricoles, de l’Ambassadeur de la République populaire de Chine et du Directeur général de la SONAGES.
Les relations diplomatiques entre le Burkina Faso et la République populaire de Chine se portent bien. La preuve, depuis la reprise des relations entre les deux pays, explique l’Ambassadeur chinois, Li Jian, le gouvernement chinois apporte beaucoup d’attention aux requêtes les plus urgentes du peuple burkinabè. Ainsi, suite à la requête du gouvernement burkinabè, la République populaire de Chine a décidé d’apporter sa contribution pour soulager les personnes vulnérables et les déplacés suite au drame de Yirgou, à travers un don de 5.000 tonnes de riz.
Par ce geste, renseigne le Secrétaire général du ministère de l’Agriculture et des Aménagements hydro-agricoles, Lamourdia Thiombiano, la Chine contribue à la mise en œuvre du plan de réponse en soutien aux personnes vulnérables qui a été lancé par le gouvernement. D’un montant de 4 milliards 100 millions de francs CFA, une partie de ce don va contribuer, selon Lamourdia Thiombiano, à appuyer significativement les populations déplacées, notamment à Yirgou. Concernant la répartition, le SG du ministère de l’Agriculture a confié que sur les 5000 tonnes, 1000 étaient destinées à la distribution gratuite.
«Quant au 4.000 tonnes restantes, vu qu’il y a des coûts récurrents d’entretien, d’entreposage, de transport, en collaboration avec divers partenaires, on verra comment les mettre à la disposition des populations ciblées par le plan de réponse sur une base transparente et équitable», a-t-il conclu.

Hannifah SAWADOGO

Commentaires
Numéro d'édition: 303

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.