Pr Ali Ouédraogo en service au Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo, est professeur titulaire de gynécologie. (DR)

Cycle menstruel irrégulier : Un impact sur la fertilité

La menstruation consiste en un écoulement de sang résultant de la dégradation de l’endomètre lorsqu’il n’y a pas fécondation. Elle survient chaque mois chez la femme mais la régularité varie d’une femme à une autre.
Si certaines femmes sont réglées comme une horloge et peuvent déterminer à l’avance la date de leur prochain cycle, ce n’est pas le cas chez d’autres qui ont un cycle irrégulier. Quelles peuvent être les causes d’un cycle irrégulier? Comment le réguler? Pour répondre à ces interrogations, L’Economiste du Faso a approché le Professeur Ali Ouédraogo en service au Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo. M. Ouédraogo est professeur titulaire de gynécologie.

L’Economiste du Faso : Que veut dire règles irrégulières ?
Professeur Ali Ouédraogo: Habituellement, un cycle régulier est un cycle où la femme va saigner entre 4 et 5 jours en moyenne avec une abondance limite, souvent inférieure à 80 millilitres. Ce sont des règles qui vont venir tous les 28 jours en moyenne. Mais lorsqu’on prend par exemple ce cycle de 28 jours, il peut varier en 21 jours et 45 jours (c’est-à-dire une variation de plus ou moins 7 jours). Et lorsque la femme se situe dans cette fourchette, on considère le cycle comme normal.
Lorsque la femme est dans cette situation où le saignement dépasse sept jours avec une abondance qui l’amène à se changer plus de trois à quatre fois par jour, lorsque le cycle, au lieu de venir tous les 28 jours en moyenne, vient tous les 20 jours ou bien à plus de 45 jours, on considère qu’elle est en dehors de la fourchette normale.
Le cycle irrégulier, c’est quand la femme voit ses règles 28 jours après, au bout de 40 jours, ses règles viennent, et le prochain saignement se passe après 21 ou 22 jours. Elle reste toujours dans la fourchette normale mais c’est vraiment irrégulier. Le cycle sera anormal lorsque ce sera inférieur à 20 jours et supérieur à 25 jours.

Quelles peuvent être les causes ?
Elles sont nombreuses. Il y a des facteurs d’ordre psychologique. Le stress peut être souvent à l’origine d’un cycle irrégulier, parce que la femme a été soumise à des émotions et ces émotions au niveau cérébral vont entraîner des perturbations au niveau des sécrétions d’hormones.
Il y a aussi des facteurs liés à des phénomènes hormonaux, car certaines hormones qui sont sécrétées par d’autres organes peuvent influer sur les hormones qui règlent le cycle menstruel. Par exemple, lorsqu’on a des douleurs au niveau de la tyroïde, quelques problèmes au niveau de l’hypophyse, l’hypothalamus qui sont des hormones qui sont beaucoup soumises à l’influence des facteurs externes. En dehors de ces causes psychologiques, il y a des médicaments que l’on prescrit souvent qui interfèrent sur les hormones ovariennes et qui vont jouer sur la régularité du cycle.
Egalement, nous avons certaines affections gynécologiques, des maladies telles que le dysfonctionnement au niveau ovarien qui peuvent subvenir, les fibromes utérins qui peuvent entraîner des perturbations du cycle. Aussi, quand la femme est dans une situation de pré-ménopause. Là aussi, à cause des variations de sécrétion ovarienne, le cycle peut être irrégulier. Les sports de compétition, souvent, entraînent aussi les perturbations au niveau du cycle. Lorsque la femme a pris trop de poids, l’obésité peut en être une cause.

Y a-t-il un impact sur la fertilité?
Lorsque la femme voit ses règles, cela veut dire qu’il y a ovulation. Ça peut retarder la grossesse, parce que la femme ne pourra pas calculer et dire facilement qu’elle est en période féconde si elle ne connait pas tous les signes. Lorsque le cycle est perturbé, cela peut jouer sur la fertilité.

Comment savoir quand on ovule ?
Trois signes peuvent orienter la femme sur sa période féconde. Il y a d’abord le fait de sentir des douleurs au moment de l’ovulation. Si la femme connait la durée de son cycle, elle sait que 14 jours avant que les règles ne viennent, elle sera en période d’ovulation. Lorsque c’est un cycle de 28 jours, on sait qu’au 14e jour, elle va ovuler. Certaines femmes ressentent des douleurs au niveau pelvien, soit à gauche, soit à droite en fonction de l’ovaire. Cette douleur qui est vive, qui ne dure pas tout au plus 24h, survient 14 jours après les règles et oriente la femme sur sa période d’ovulation. En dehors de cela, il y a la glaire cervicale qui est comme le blanc d’œuf, qui lorsqu’elle devient un peu plus fluide, plus abondant, oriente la femme vers la période d’ovulation.
Egalement, de façon physiologique, ces modifications font que l’envie d’avoir les rapports augmente. Ces trois facteurs associés peuvent permettre à la femme d’avoir une idée sur sa période ovulatoire.

Comment réguler son cycle ?
Lorsqu’il est irrégulier, en fonction de la cause, on peut avoir des traitements qui seront adaptés. Lorsque c’est lié à des phénomènes ponctuels, le stress, un évènement social qui fait que le cycle est perturbé, on n’a pas souvent besoin de faire l’apport d’hormones. Mais lorsque c’est très irrégulier, on peut apporter des hormones au cycle qui vont permettre de tourner dans la période de 28 jours en moyenne. Lorsqu’il y a des perturbations liées au fait qu’il y a des saignements qui surviennent en dehors des périodes des règles, surtout les pathologies gynécologiques, que ce soit au niveau des ovaires, des fibromes et tout, on a la possibilité de prescrire des traitements qui vont permettre au cycle de revenir à la durée normale. En dehors des médicaments, si par exemple c’est une cause gynécologique où un traitement chirurgical est nécessaire, on peut aussi faire le traitement pour enlever le fibrome qui perturbe le cycle.

Entretien réalisé par Hannifah SAWADOGO


De la question des serviettes hygiéniques

De plus en plus, l’on retrouve des serviettes hygiéniques sur le marché qui sont censées réguler le cycle. Nous avons posé la question au Pr Ouédraogo et sa réponse est claire. L’action locale des serviettes hygiéniques ne peut pas entraîner une régularisation au niveau du cycle.
«C’est beaucoup plus pour améliorer l’hygiène, mais elles ne peuvent pas avoir un impact sur la régularité du cycle. Le cycle, c’est beaucoup plus des facteurs qui sont liés à des sécrétions d’hormones qui vont agir au niveau des ovaires et permettre d’avoir un cycle régulier», a déclaré le professeur titulaire de gynécologie, en service au Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo.

Commentaires
Numéro d'édition: 282

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.