Le Circuit économique germano-burkinabè est une intiative de l’ambassadrice burkinabè Marie Odile Bonkoungou/Balima, en partenariat avec le Cabinet Aic (Africa Investement Consulting). (DR)

Coopération économique: De nouveaux investisseurs allemands arrivent

• Un Circuit économique pour dynamiser les relations

• B to B prévues du 4 au 7 novembre

• Energie, agriculture, infrastructures et formation en attraction

A l’instar des autres pays de l’Union européenne, l’Allemagne compte bien profiter des opportunités induites par le dynamisme des économies du continent africain ces dernières années. C’est suivant cette volonté qu’une mission économique allemande est attendue au Burkina, du 4 au 7 novembre prochain.

Dans le cadre d’une initiative dénommée «Circuit économique germano-burkinabè», des opérateurs économiques allemands viendront prendre part aux premières Journées économiques germano-burkinabè et ainsi tenter de saisir les opportunités d’investissement offertes par le Burkina.
Le Circuit économique germano-burkinabè est une initiative de l’ambassade du Burkina en Allemagne, en partenariat avec le Cabinet Aic (Africa Investement Consulting). Elle a été officiellement lancée le 26 juin dernier dans les locaux de l’ambassade burkinabè. C’était au cours d’une cérémonie qui a enregistré la participation de plusieurs autorités et opérateurs économiques allemands et polonais.
D’après le service d’information de l’ambassade du Burkina, une cinquantaine de personnalités politiques et économiques, ainsi que des administrations, des ministères, le Bundestag (parlement), la Giz (service de coopération allemande), la Bmz (ministère fédéral pour la coopération économique et le développement), des chambres de commerce et autres étaient présents à ce forum de lancement. Les autorités allemandes étaient notamment composées du Dr. Thorsten Clausing du ministère allemand des Affaires étrangères, Ingrid Hack du ministère allemand de la Coopération au développement et du député Frank Heinrich du Bundestag.
Côté burkinabè, il y avait outre l’ambassadrice Marie Odile Bonkoungou/Balima, qui a présidé la rencontre, une délégation partie de Ouaga pour donner des informations sur les possibilités d’affaires concernant le pays. Il s’agit précisément de Narcisse Sawadogo, directeur général de l’Energie, de Issaka Kargougou, directeur général de Bagrépôle, et de Mamadou Ouattara de la Chambre du commerce et de l’industrie du Burkina Faso. Ces responsables ont donné des communications axées sur les thèmes de l’énergie, de l’agriculture, des infrastructures et de la formation professionnelle. «Un éclairage assez exhaustif de la situation économique et sociale du Burkina Faso, qui a pu susciter l’intérêt des participants et emporter l’adhésion des opérateurs économiques présents», explique le service d’information de l’ambassade. A l’issue du forum, beaucoup d’opérateurs économiques allemands et polonais ont manifesté leur enthousiasme à prendre part au voyage d’affaires du 4 au 7 novembre 2014.
Sur le plan économique, le continent africain représente aujourd’hui une somme d’enjeux stratégiques pour les Occidentaux. Et la forte croissance qu’enregistre notamment sa partie subsaharienne offre plusieurs opportunités. Ce contexte transforme positivement l’image du continent et crée des convoitises. Les autorités allemandes affirment aujourd’hui leur intérêt pour l’Afrique. «L’Afrique, en plein essor, n’est plus un continent à problèmes, mais aussi celui des opportunités», a déclaré la Chancelière Angela Merkel lors du sommet «Union européenne – Afrique» tenu en avril dernier.
Karim GADIAGA

Commentaires
Numéro d'édition: 82

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.