Mesure d’urgence

Le Gouvernement a enfin décidé de réagir à la fuite des cerveaux du département des mines et de l’énergie. Une réponse un peu tardive mais salutaire face à l’érosion que l’on a pu observer au niveau des effectifs. Le Conseil des ministres a adopté le 1er octobre dernier un rapport relatif au recrutement exceptionnel de cadres au profit du ministère des Mines et de l’énergie. C’est un recrutement exceptionnel de 100 cadres au profit dudit ministère sur une période de 5 ans à compter de 2014. Objectif, résorber le déficit en ressources humaines. Ce département est en fait la première victime du boom minier. Ces ingénieurs et autres cadres n’ont pas hésité à monnayer leurs talents, attirés par le bon niveau des salaires et surtout les conditions de travail offerts par les sociétés minières. Avec ces recrues dans ses rangs, rompues aux arcanes de notre administration, les entreprises minières sont souvent en position de force parce que mieux conseillées lors des négociations avec les autorités. Il y avait donc urgence à renforcer les ressources humaines. Il faudrait cependant qu’elles soient de bon niveau. Un recrutement sans complaisance et à la hauteur des défis à relever par l’administration minière : gérer au mieux les ressources dans l’intérêt du pays. Et rien que cela.
Abdoulaye TAO

Commentaires
Numéro d'édition: 79

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.