De Bonnes Sources

• Escroquerie: une affaire de gros sous dans l’air

Si nos informations sont exactes, pas moins d’un milliard de F CFA est en jeu dans ce dossier qui opposait à l’origine une banque togolaise à un de nos compatriotes. La banque rechignant a viré dans un compte ouvert dans ce pays le montant de sa transaction commerciale. Le virement était en dollars américains. Est-ce le montant qui a aiguisé les appétits de personnes suspectes au sein de la banque? Toujours est-il que près d’un an après, l’argent n’est toujours pas entre les mains de l’infortuné homme d’affaires. De guerre lasse, il cherche une intervention des autorités burkinabè. Et c’est là que les choses se compliquent davantage. Les intermédiaires, chargés de toucher des personnes en hauts lieux, sont aujourd’hui injoignables alors qu’il leur aurait remis tous les documents afférents à la transaction qui, du reste, n’est pas contestée, puisque le client a viré le montant correspondant dans la banque correspondante en Europe. L’homme d’affaires craint aujourd’hui que son argent n’échoit entre les mains des intermédiaires qui ne décrochent plus son numéro.

• UEMOA: le Professeur Filiga Sawadogo, nouveau commissaire

Le Professeur Filiga Michel Sawadogo a été désigné lors du Conseil des ministres du 3 mai dernier comme Commissaire de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) pour le compte du Burkina Faso. Le nouveau promu trouve donc un point de chute après son départ du gouvernement. Il remplace à ce poste Christophe Joseph Marie Dabiré. Celui-ci occupait la tête du département du marché régional, du commerce, de la concurrence et de la coopération (DMRC). Cette nomination explique le report de la prestation de serment des nouveaux commissaires, prévue le 2 mai dernier. Des pays comme le Burkina n’avaient pas encore désigné leurs représentants.

• Doing business: le Burkinavise la 130e place en 2020

Le ministre en charge du Commerce, Stéphane Sanou, a laissé entendre que les réformes qui sont prévues par le gouvernement en matière du climat des affaires visent à positionner le Burkina à la 130e place du classement Doing Business d’ici à 2020. Le ministre était invité à la cérémonie de lancement des activités d’une nouvelle organisation d’opérateurs économiques, le 29 avril 2017. Dans le rapport 2017, publié le 25 octobre 2016, et qui tient compte des réformes opérées sur la période entre juin 2015 et juin 2016, le Burkina a été classé 146e. Ce qui constitue un recul par rapport à sa position dans le rapport 2016 où il a été classé 143e. Pour être à la 130e place en 2020, c’est donc 13 pays que le Burkina devrait dépasser.

• Le procès de l’ancien gouvernement reporté au 8 mai 

Le procès des membres du dernier gouvernement du président déchu, Blaise Compaoré, qui devait s’ouvrir le 4 mai dernier, été encore reporté au lundi 8 mai. 34 anciens ministres sont concernés par ce procès pour leur implication présumée dans la répression de l’insurrection populaire d’octobre 2014.

• Millenium challenge corporation: une équipe du Compact 2 au Faso

Du 24 avril au 5 mai 2017, une équipe du Millenium Challenge Corporation (MCC) a séjourné au Burkina dans le cadre de la formulation du deuxième Compact.
Le Burkina Faso a été sélectionné pour bénéficier du Compact 2, entrant dans le cadre du Millenium challenge corporation (MCC). Cette mission avait pour objectif d’identifier les contraintes, de sélectionner les problèmes, de formaliser et de développer les projets spécifiques du Compact 2 et d’envisager une mise en œuvre à l’horizon 2020.

• FMI: démarrage du FEC en 2018

La Facilité élargie de crédit (FEC), programme triennal conclu entre le Burkina et le FMI, arrivera à terme en septembre 2017. Pour ce faire, le pays envisage de renouveler ledit programme de coopération à compter de 2018.

Commentaires

Numéro d'édition: 205