Les Etalons à l’oeuvre pour une bonne préparation technique et physique au Maroc. (Ph.: DR)

CAN 2017 : Marrakech, refuge des Etalons

• Qui seront les 2 joueurs recalés?

• La lutte est âpre

 

La 31e Coupe d’Afrique des nations de football (CAN) prendra son envol le 14 janvier prochain au Gabon. En attendant, les 16 équipes concernées peaufinent leur préparation. C’est ainsi que les Etalons se sont retranchés depuis le 27 décembre dernier à Marrakech au Maroc pour un stage de deux semaines.
Les 25 joueurs présélectionnés y sont pour convoiter les 23 places possibles pour la sélection définitive. L’entraineur portugais des Etalons, Paulo Duarte, est à l’œuvre pour une bonne préparation technique et physique afin d’assurer un bon parcours au Gabon.
Le stage a débuté timidement avec 9 joueurs que sont Yssouf Paro, Ernest Congo, Adama Guira, Cyrille Bayala, Blati Touré, Bakary Saré, Jonathan Zongo, Aboubacar Sawadogo et Yacouba Coulibaly. Les autres, pour des raisons de calendrier de leurs championnats respectifs, ont rejoint le groupe plus tard.
C’est donc ce noyau qui a investi le terrain de Marrakech pour des séances d’entrainements où la concurrence saine côtoie la bonne ambiance.
Le capitaine Charles Kaboré et ses coéquipiers sont conscients que seul le travail paie et chacun doit mériter sa place. Cette place passe par le test au niveau des entrainements.
On comprend pourquoi chaque Etalon se donne sur le terrain de l’entrainement afin d’éviter d’être sur la liste des deux joueurs qui seront forcément recalés dans les heures qui viennent.
En effet, la liste des 23 Etalons doit être obligatoirement envoyée à la Confédération africaine de football (CAF) au plus tard le 4 janvier.
Paulo Duarte devra donc opérer un choix, le choix qui lui permettra d’avoir les armes nécessaires pour aborder les premiers obstacles que sont le Cameroun, le Gabon et la Guinée Bissau. En attendant de connaître les «23 commandos» burkinabè, il faut noter que la bonne ambiance qui entoure le stage de Marrakech est de bon augure pour cette sélection qui a bataillé fort pour faire partie des 16 meilleurs qualifiés pour ce 31e rendez-vous continental.
Sauf surprise de dernière minute, tous ceux qui ont qualifié l’équipe seront de l’écurie. Il se susurre que parmi eux, un Etalon subit actuellement des chantages de son club. Comment conditionner la non-participation d’un joueur à cette grande compétition par le renouvellement du contrat avec une augmentation salariale?
Gageons que cette démarche ne va pas tromper l’Etalon en question qui, de façon patriotique, a affirmé à certains confidents qu’il sera bel et bien à la CAN et surtout qu’il peut ne pas avoir une autre chance de compétir à ce niveau. Les clubs ont souvent leurs exigences et leurs intérêts à défendre face à des joueurs qui doivent choisir entre défendre les couleurs de leurs pays et préserver leur carrière.
Avant de décoller le 8 janvier pour Libreville, les Etalons vont livrer deux matches amicaux à Marrakech. Ainsi, le 4 janvier, ils seront face à la sélection du Maroc avant de se mesurer aux Aigles du Mali le 7 janvier prochain.
Ces deux tests permettront au sélectionneur national d’avoir une idée de son effectif avant la première rencontre contre le Cameroun prévue pour le 14 janvier.

Alexandre Le Grand ROUAMBA depuis Marrakech


Qui sera recalé ?

Des 25 joueurs qui sont sur la liste de Duarte, deux vont quitter la sélection dès le soir du 4 janvier. Sans être dans la tête de Duarte, il y a un certain nombre de joueurs qui peuvent déjà se rassurer. Il s’agit des cadres de l’équipe que sont Charles Kaboré, Jonathan Pitroipa, Bakary Koné, Alain Traoré, Aristide Bancé, Steeve Yago. Viennent ensuite ceux qui ont fait bonne impression ces derniers temps : Bertrand Traoré, le gardien de but Kouakou Koffi, Abdou Razack, Préjuce Nacoulma, Adama Guira, Yssouf Paro, Yssoufou Dayo et Banou Diawara.
La lutte sera donc engagée entre les nouveaux que sont Blati Touré, Ernest Congo, Issoumaïla Lingané et Souleymane Koanda. Avec eux, figurent des joueurs comme Patrick Malo, Jonathan Zongo, Bakary Saré, moussa Germain Sanou et Aboubacar Sawadogo. Attendons de voir !


Terrorisme : Le Cardinal demande de prier pour les bourreaux

A la veille de la fête de la Nativité et du nouvel an, l’Archevêque métropolitain de Ouagadougou, Son Eminence le Cardinal Philippe Ouédraogo, a une pensée pour tous les Burkinabè. Il a rencontré la presse nationale en fin de semaine dernière pour traduire ses vœux et en profiter pour demander aux hommes de médias de « persévérer dans la recherche de la vérité et de promouvoir une culture du dialogue et de la paix au Burkina ».
Il a saisi l’occasion pour exprimer son exaspération face à la tuerie du 16 décembre dernier, lors de l’attaque terroriste à Nassoumbou, dans le nord du Burkina et qui a causé 12 morts. Il a appelé à une action collective pour espérer barrer la route aux terroristes, pour qui il demande de prier pour que le seigneur change leurs cœurs.

Commentaires

Numéro d'édition: 187