L’aide du Maroc servira à soulager une partie des 50.000 personnes sous la responsabilité du CONASUR. (Ph.: L’Economiste du Faso)
L’aide du Maroc servira à soulager une partie des 50.000 personnes sous la responsabilité du CONASUR. (Ph.: L’Economiste du Faso)

Inondations  : Le Maroc apporte son appui au Burkina

• 50.000 personnes à prendre en charge

• 100 tonnes de vivres, de médicaments et du matériel fournies

 

Le tarmac de l’aéroport de Ouagadougou a accueilli le 27 septembre dernier le premier vol humanitaire en provenance du Maroc. 16 tonnes d’aides humanitaires composées de produits de première nécessité et de couvertures ont été réceptionnées par les autorités burkinabè. Au moment où nous bouclions cette édition, deux rotations d’aides humanitaires étaient attendues en début de soirée, le 28 septembre, sous la coordination de l’ambassadeur du Maroc au Burkina Faso, Farah Bouazza. En tout, six rotations sont attendues à Ouagadougou, explique le secrétaire permanent du Conseil national des secours d’urgence et de réhabilitation, structure en charge de la gestion de l’aide aux sinistrés.
Le Maroc est donc le premier pays à voler au secours du Burkina, signe de la vitalité de la coopération entre les deux pays. L’aide du royaume du Maroc est donc une bouffée d’oxygène pour le gouvernement burkinabè qui apporte, via le CONASUR, une assistance alimentaire et matérielle aux sinistrés à travers vivres, matériel et médicaments. Cette marque de solidarité intervient dans le cadre de la prise en charge des personnes sinistrées par les inondations qui ont touché le pays pendant cette saison hivernale. Elles sont plus de 50. 000, les personnes en détresse. Parmi elles, des femmes et des enfants. Au vu de l’ampleur des besoins en prises en charge, le gouvernement a dû lancer un appel à l’aide, il y a quelques semaines.
C’est ainsi que des pays amis ont été sollicités via une requête du ministère de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille. Il s’agit du Maroc, de Chine Taïwan et du Japon. La requête pour le Maroc a été adressée à la Fondation du Roi Mohamed VI pour la solidarité, et a connu une réponse diligente, à la grande satisfaction des autorités burkinabè.
Toute chose qu’apprécie la tutelle des secours d’urgence : « Nous voulons saisir cette occasion pour dire merci à SM le Roi Mohammed VI et au peuple marocain. Cela ne nous étonne pas trop, parce que le Burkina Faso et le Maroc sont des pays frères qui ont su entretenir pendant des décennies des relations d’amitié et de fraternité ». La prise en charge des sinistrés dont le nombre croît chaque année devient problématique. Cette année, déjà 278,85 millions de FCFA ont été mobilisés contre seulement 65,82 millions de FCFA en 2009.
Pourtant, explique Florent Bakouan, le SP/CONASUR : « Cette année, le budget alloué au Conasur pour la prise en charge des sinistrés est de 100 millions de FCFA». Un montant jugé insuffisant face à l’ampleur de la demande. Le gouvernement a dû y ajouter 10.000 tonnes de vivres.

RD/FW


Appel à l’aide

Depuis l’appel à l’aide lancé par le gouvernement, le Maroc est le premier pays ami qui a réagi. Selon nos informations, la Chine Taïwan et le Japon ont été également sollicités. Pour le Japon, les procédures sont en cours. Une cinquantaine de requêtes officielles a été adressée à des organismes publics et privés au niveau national et international. Au niveau sous-régional, la Commission de l’UEMOA (Union économique et monétaire ouest- africaine) a apporté un appui de 100 millions de FCFA.

Numéro d'édition: 174