Education en 2017 : Les réalisations ont dépassé les prévisions

• 2.146 salles de classe construites

• 140 établissements électrifiés

• 5.746 titulaires d’au moins un BAC + 2 recrutés

 

Les investissements dans le domaine de l’éducation pour le compte de l’année 2017 affichent un bilan satisfaisant.
Selon les données du ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation (MENA), en fin novembre 2017, sur 750 salles de classe à construire pour la résorption des classes sous paillotes, 758 ont été construites.
L’objectif de ces réalisations est de résorber les 4.353 salles de classe sous paillotes d’ici 2020 ; date de fin de mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES). Le gouvernement est sur la bonne voie. Si la tendance se poursuit, l’engagement de «zéro salle de classe sous paillote en 2020» sera tenu.
Il était également prévu dans le PNDES la normalisation de 3 écoles par la construction de 7.250 salles de classe d’ici 2020. En fin novembre 2017, sur 768 classes prévues, ce sont au total 1.388 salles de classe qui ont été construites ; soit un taux de réalisation de 180,7%. En somme, pour cette année 2017, 2.146 salles de classe ont été construites. Toutefois, le gouvernement devrait redoubler d’efforts à ce niveau en augmentant le nombre à réaliser annuellement pour atteindre la cible en 2020.
En 2017, la construction de 207 nouveaux collèges du post-primaire était programmée. En fin novembre 2017, c’est un total de 247 nouveaux collèges qui ont été construits. Avec un tel résultat, les objectifs du projet de construction de 310 nouveaux collèges du post-primaire d’ici 2020 ont déjà été atteints. La cible est certes atteinte, mais il reste quelques situations de salles d’emprunt à régler. L’adoption en septembre 2017 par le Conseil des ministres de la construction de 394 blocs de 2 salles de classe va dans le sens de la résorption de ce problème au post-primaire.

Source : MENA (Novembre 2017)
En matière de cantines scolaires, 18 milliards de F CFA ont été transférés aux communes, avec instruction d’acquérir des vivres auprès des producteurs au niveau local, afin d’encourager et accompagner ces derniers à améliorer leur production.

Le gouvernement est en train de construire 7 centres de formation technique et professionnelle sur les 7 prévus. La stratégie adoptée pour la construction de ces centres est la mutualisation des ressources du dispositif national et l’approche d’introduction de l’enseignement et de la formation technique dans les structures d’enseignement général.
2 lycées professionnels ont été réalisés sur les 2 prévus en 2017. Les 4 lycées scientifiques à réaliser en 2017 dans les chefs-lieux de régions ont aussi été réalisés. Il en est de même pour les 2 lycées techniques régionaux prévus.
Le projet d’électrification des établissements d’enseignement public du Burkina Faso par le système photovoltaïque semble connaitre des difficultés. En 2017, sur 200 établissements d’enseignement à électrifier, seulement 140 ont été électrifiés; soit un taux de réalisation de 70%.
25 établissements sont en cours d’équipement en laboratoires de Maths, Sciences physiques, Chimie, Sciences de la vie et de la terre et Technologies de l’information et de la communication. En matière de cantines scolaires, 18 milliards de F CFA ont été transférés aux communes, avec instruction d’acquérir les vivres auprès des producteurs au niveau local, afin d’encourager et accompagner ces derniers à améliorer leur production.

Elie KABORE


En matière de ressources humaines

5.746 diplômés titulaires d’au moins un Bac + 2 ans ont été recrutés et mis en formation pour le compte de l’enseignant post-primaire, en plus des 16.267 nouveaux emplois créés pour l’éducation nationale afin d’améliorer le ratio élèves/maitre ou professeur. Avec l’appui des partenaires du Burkina, il est prévu la formation de 250 enseignants techniques et 14 encadreurs du secondaire pour résorber le déficit en enseignants techniques et de sciences.

Commentaires

Numéro d'édition: 234