Présidence de la CCI-BF: suspens jusqu’au bout

• Apollinaire table sur une intelligence économique

• Kadhafi promet un renouveau consulaire

• Adama Ouédraogo envisage des actions fortes

 

C’est au cours de cette semaine, précisément le 30 novembre, que le processus électoral à la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina (CCI-BF) va s’achever avec l’ultime acte. Il s’agit de l’installation des élus, le vote du président de l’institution et des membres du bureau. Selon les nouveaux textes de la CCI-BF, adoptés pendant la transition, c’est à bulletin secret que ces derniers votes se feront entre les membres de l’Assemblée consulaire.

La première manche des élections pour le renouvellement des organes consulaires a permis, le 13 novembre dernier, de désigner 148 élus consulaires sur les 151 que l’Assemblée consulaire doit compter. Ce sont donc les 148 nouveaux élus qui seront invités à faire le choix entre les candidats déclarés à la présidence. A ce jour, ce sont trois candidats qui ont officiellement annoncé leur intérêt pour le poste de président. Il s’agit d’Apollinaire Compaoré, patron de Telecel Faso, Mahamadi Savadogo dit Kadhafi, patron de Petrofa, et d’Adama Ouédraogo, promoteur de l’Hôtel Palm Beach. Ces trois candidats ont tous été élus au sein de l’Assemblée consulaire à l’issue du vote du 13 novembre dernier, respectivement dans les sous-catégories «Télécommunications», « Commerce de gros » et « Hôtels et restaurants » dans la région du Centre.
Trois candidats qui sont en pleine campagne pour tenter de convaincre les électeurs à voter pour eux. Une campagne qui se mène publiquement, mais surtout dans la confidentialité. Au-delà des électeurs, c’est toute l’opinion nationale qui est attentive aux échos venant de ces candidats, parce que la CCI-BF occupe une place centrale dans la pratique des affaires au Burkina. Elle représente également un enjeu important de pouvoir de par sa triple mission consultative, représentative et administrative.

presidentielles2016

Comme l’exigent les nouveaux textes, chaque candidat au poste de président présente son programme de mandature où il affiche ses ambitions et ses projets pour la CCI-BF. Il faut noter que le mandat du président est de 5 ans renouvelables une seule fois. Apollinaire Compaoré s’appuie sur une vision intitulée « une intelligence économique pour une plus grande compétitivité des entreprises ». Sur ce, la mission qu’il se donne sera « d’impulser une dynamique nouvelle à la CCI-BF ». Quant aux valeurs qu’il essaie de promouvoir, elles se résument en trois mots « Un homme – Une vision –Une réussite ».
Le programme d’Apollinaire Compaoré, contenu dans un document de 12 pages, est bâti autour de 4 axes principaux. Il s’agit de la « restructuration de la CCI-BF pour une plus grande efficacité » ; la «construction d’une nouvelle race d’opérateurs économiques et d’entreprises compétitives» ; la «relance rapide et durable de l’économie nationale» et la « promotion du patriotisme économique ». Pour y arriver, le candidat décline «ses 10 engagements», parmi lesquels on trouve «la relance et la mise à niveau des entreprises en difficultés», « la transparence dans le fonctionnement de la CCI-BF », « le patriotisme économique » et autres.
Quant à Mahamadi Savadogo, candidat au nom de l’Alliance pour le renouveau consulaire (ARC), il a pour slogan «Ensemble, unis pour une prospérité économique partagée !» Sa vision est celle de « faire de la CCI-BF une puissance économique nationale au service d’un secteur privé dynamique, prospère et inclusif, tout en assurant une nouvelle gestion vertueuse, concertée et transparente qui promeut le renouveau et la modernisation consulaire». Outre le renouveau consulaire, la mission de Kadhafi vise à « restaurer le dialogue, la confiance et un partenariat fécond avec l’Etat, les partenaires techniques et financiers, et le patronat ». Le candidat de l’ARC veut également « rénover et développer les infrastructures productives de soutien à l’activité économique», «promouvoir un environnement propice aux affaires » ou encore « renforcer les capacités du capital humain du secteur privé ».
Concernant Adama Ouédraogo, c’est sur la page facebook dédiée à sa campagne que nous avons trouvé un listing de ses projets pour la CCI-BF, s’il est élu président. Il prévoit une trentaine d’actions qui visent à accroitre l’efficacité de la CCI-BF et à rendre le secteur privé plus performant.
Le candidat Ouédraogo entend notamment «optimiser l’apport du secteur informel en structurant ses acteurs et leurs secteurs d’activités spécialisés »; «proposer à l’État l’assouplissement des taxes, de leurs modalités de paiement afin d’alléger les conditions de passage du secteur informel au secteur formel»; « promouvoir l’emploi en proposant à l’État la relecture du Code du travail, dans l’intérêt des travailleurs et des employeurs, en prenant en compte les réalités de notre environnement économique » ; « faire du secteur minier un secteur clé en contribuant à la relecture du Code minier pour une meilleure prise en compte des aspirations de l’État et des populations en matière de développement durable ».
Il prévoit également « d’organiser des voyages d’études au profit des acteurs du secteur informel et des professionnels du commerce et de l’industrie dans des pays émergents tels que la Chine, les État Unis d’Amérique, le Japon, l’Inde, le Brésil, le Nigeria, le Ghana, l’Afrique du Sud » ou encore «d’octroyer des bourses d’études en collaboration avec le ministère chargé de l’Education aux meilleurs étudiants dans les domaines du commerce et de l’industrie».
On connait les promesses de chaque candidat, mais l’issue du vote du 30 novembre prochain reste difficile à prévoir, car au-delà des arguments sur les programmes, les affinités directes devront peser dans les choix. Le suspens devrait donc se maintenir jusqu’au bout.

Karim GADIAGA


A propos du Bureau Consulaire

Le Bureau Consulaire est composé de 22 membres avec le Président à sa tête. C’est l’article 18 des Statuts de la CCI-BF qui donne sa composition et le mode d’élection. Le Bureau Consulaire est élu par l’Assemblée générale, pour un mandat de 5 ans lors de la séance d’installation. Ce Bureau comprend un Président, un Premier Vice-président, un Deuxième Vice-président, Trois Vice-président représentant les catégories professionnelles (Commerce, Industrie, Services), les 13 présidents des Assemblées Consulaires régionales et deux secrétaires. L’élection des membres du bureau a lieu à bulletin secret au premier et au deuxième tour à la majorité absolue des membres. Au troisième tour la majorité relative suffit. En cas d’égalité de voix, le candidat le plus âgé est déclaré élu ; pour les candidats de même âge, il est procédé à un tirage au sort.

Commentaires

Numéro d'édition: 182