Bons du trésor : Les prévisions pour 2018

• 580 milliards de F CFA à lever

• Pour financer l’investissement et le déficit

 

L’Assemblée nationale a adopté le projet de loi de finances de l’Etat-gestion 2018, le 27 novembre 20017. Ce budget se chiffre en recettes à 2.018 milliards de F CFA et en dépenses à 2.441 milliards de F CFA.
Le déficit annoncé est de 423 milliards de F CFA. Une partie de ce montant est prévue pour être levée sur le marché financier régional sous la forme d’émissions de Bons assimilables du trésor (BAT) ou d’Obligations assimilables du trésor (OAT). Ces deux instruments sont des leviers entre les mains des Etats pour disposer de liquidité dans des délais raisonnables. Ces opérations sont gérées à partir ministère de l’Economie et des Finances et du Développement, au niveau de la Direction générale du trésor et de la comptabilité publique (DGTCP). Le Burkina a déjà programmé cette levée de fonds pour compenser son déficit.

Source UMOA-Titres
Tableau composé par L’Economiste du Faso
Ce tableau prévisionnel montre que le Burkina recourt plus aux bons assimilables aux bons du trésor qu’aux obligations assimilables du trésor. Les bons représentent plus de 2/3 du total de montants sollicités


(Source : UMOA-Titres) Les 3 premiers pays par importance de leurs mobilisations en 2017 (en milliards de FCFA)

Sur les tablettes de l’UMOA-titres, l’Agence régionale d’appui à l’émission et à la gestion des titres publics au sein de l’UMOA (AUT), il est prévu pour le Burkina une levée de 580 milliards de F CFA, repartie sur 4 trimestres (voir tableau). Ainsi, le Trésor public recourra au marché financier régional pour rechercher en moyenne 145 milliards de FCFA par trimestre.
Dans le tableau des prévisions de l’Agence régionale, la Côte d’Ivoire se détache avec un montant de près 850 milliards de FCFA d’intentions, devant le Burkina avec 580 milliards de FCFA.
En 2017, le total des mobilisations du trésor public s’élevait à 580 milliards de FCFA, et les prévisions pour cette année pourraient rester dans les mêmes ordres de grandeurs (voir tableau 2).
Les bons du trésor sont des créances négociables émis par les Trésors publics pour le compte des Etats afin de leur permettre de se procurer des liquidités à court et à moyen termes. «Dans l’UMOA, le montant minimum de souscriptions d’un bon du trésor est de 1.000.000 de FCFA. Le bon du trésor est l’instrument de gestion de trésorerie de l’État à court terme. Dans l’UMOA, les durées d’émission sont de 7 jours, 1 mois, 3 mois, 6 mois, 1 an et 2 ans. Les bons du trésor sont remboursables à l’échéance et leurs intérêts précomptés» (source UMOA-Titres).

FW

Commentaires

Numéro d'édition: 238