A la UneDossier

Musée national burkinabè: affecté par le terrorisme, la chute du tourisme et par la Covid

• Patrimoine culturel peu chéri, musée très peu fréquenté

• Confronté à l’insuffisance des ressources financières

L’entréé du Musée national du Burkina Faso. (Ph; Yva SAMA)

Le Musée national du Burkina Faso a vocation d’incarner, représenter et faire connaître l’identité culturelle du Burkina Faso. Il recèle d’immenses ressources du patrimoine culturel et artistique des communautés qui composent le pays. En soixante années d’existence, le Musée national a été confronté à plusieurs défis qui affectent l’atteinte de ses objectifs. Il a du mal à susciter l’intérêt des Burkinabè et leur amour pour la culture.

M. Boudidano Gountanini, directeur des affaires financières (DAF) du musée. (Ph; Yva SAMA)

Aujourd’hui, des Burkinabè vont au Musée national. Mais, rares sont ceux qui s’y rendent pour visiter les biens culturels exposés pour découvrir le riche patrimoine culturel et revivre l’histoire de la Nation. La plupart de ces personnes y vont pour se détendre, se restaurer dans un maquis qualifié par certains de « chambre noire » du musée et situé tout juste à l’entrée du côté gauche. La visibilité et la mobilisation des ressources financières posent quelques difficultés pour le musée, pour atteindre ses objectifs. Pour comprendre, le reporter de L’Economiste du Faso  s’est rendu au musée.

Faible fréquentation du musée

Habitat traditionnel gourounsi Cassena se trouvant au sein du musée national du Burkina Faso. (Ph; Yva SAMA)

Le Musée national ne draine pas du monde. Peu de Burkinabè y effectuent une visite. Selon les statistiques de la Direction d’expositions et de médiations (DEM) du musée, le site  a reçu 8.025 visiteurs, dont 289 étrangers au cours des trois premiers trimestres de l’année 2022. En 2021, le nombre de visiteurs était de 7.153, dont 289 étrangers. On note une hausse du nombre de visiteurs cette année. La fréquentation du musée est tributaire de certains facteurs.

Objets d’art exposés dans une salle d’exposition du musée national du Burkina. (Ph: Yvan SAMA)

Ainsi, en 2020, la pandémie du Coronavirus, qui a donné un coup d’arrêt à l’économie, en bouleversant la conjoncture et la structure économique, n’a pas épargné l’économie muséale. Cette année-là, seulement 4.328 personnes y ont fait le déplacement. 

Le terrorisme, qui a frappé trois fois la capitale Ouagadougou, et qui, chaque jour, de manière insidieuse, affecte les activités économiques, influe sur le tourisme et sur les musées. En effet, le nombre de visiteurs étrangers du Musée national burkinabè est en chute libre, depuis l’avènement du terrorisme en 2015.

En 2019, les mouvements de revendication des travailleurs du musée (avec les arrêts de travail) avaient occasionné une contreperformance au niveau des visites.  Seulement 6.943 personnes avaient pu visiter le musée.

Les meilleurs chiffres sont obtenus au cours des années pendant lesquelles, des activités comme les expositions thématiques, sont organisées. Par exemple, 2015 a été l’année de l’exposition Gourounsi, et le musée a reçu 17.159 visiteurs en 2016. De plus, l’exposition Lobi-Dagara, en 2016-2017, avait permis d’atteindre 14.253 visiteurs en 2017.

Bado Vogné, un agent de la DEM du musée, se dit satisfait du public national qui s’intéresse de plus en plus au musée. « Nous recevons de plus en plus de visites de familles, d’associations et de scolaires. Et les nouvelles œuvres, les habitats du Faso sont attractifs et drainent du public », déclare-t-il.

Le Musée national burkinabè est un patrimoine culturel qui prend en compte le matériel et l’immatériel. Il possède  près de 14.000 collections dans sa réserve.

Rahim OUEDRAOGO (Stagiaire)

 

Encadré

Près de 5 millions  FCFA en recettes propres

Les recettes propres d’un musée proviennent essentiellement des frais versés par les visiteurs. Les tarifs qui y sont appliqués sont différents. Les enfants acquittent la somme de 200 FCFA, les adultes 500 et les non nationaux 2.000 FCFA. Les rentrées financières du Musée national sont faibles par rapport aux  autres établissements publics de l’Etat. Selon M. Boudidano Gountanini, Directeur des affaires financières (DAF) du musée, les recettes propres du musée s’élevaient à 4.995.263 FCFA, en 2019. En 2020, du fait de la Covid-19, les recettes sont passées à 2.663.263 FCFA.

Les ressources disponibles sont fortement assujetties à la subvention de l’Etat qui est de l’ordre de 95.000.000 FCFA. Les recettes propres représentent seulement 4% du montant de la subvention. Mais, le budget du Musée national est consacré majoritairement aux charges de son fonctionnement. La masse salariale des travailleurs du musée est estimée à environ 47.200.000 FCFA par an. Ce sont 9 contractuels et 1 fonctionnaire détaché qui sont payés sur le budget du musée. Les 52 fonctionnaires sont payés sur le budget de l’Etat.

Et le coût financier des services courants du musée et de la conservation est estimé à 51.900.000 FCFA par an. D’autres ressources proviennent de la location de l’espace, du matériel de sonorisation et de la location du maquis-restau.

Le reste du budget est employé pour mener les activités. Pour le DAF du musée, ces ressources paraissent insuffisantes pour un musée. « La rentabilité économique est impactée par deux facteurs. A l’interne, il y a insuffisance de certaines infrastructures comme les salles d’expositions, des équipements. Sur le plan externe, il faut noter la méconnaissance du grand public de l’importance du patrimoine culturel, même s’il faut faire observer que le musée suscite de plus en plus l’intérêt du public », a laissé entendre M Boudidano.

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page