DBS

DBS: Fonds de réhabilitation et de fermeture des mines : 52 milliards FCFA versés par 11 sociétés

• Fonds de réhabilitation et de fermeture des mines : 52 milliards FCFA versés par 11 sociétés
Selon Adama Soro, président de la Chambre des mines du Burkina Faso (CMB), à la date du 30 juin 2022, 52 milliards FCFA ont déjà été versés par 11 sociétés minières sur les 17. Un plaidoyer est toujours en cours vers les 6 autres sociétés minières par la CMB.
Ces fonds sont logés dans des comptes des banques commerciales ; mais sur instruction de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest, ces dits fonds seront reversés dans les comptes de la BCEAO. Pour ce qui est du Fonds de réhabilitation des sites artisanaux, 37 millions FCFA ont été collectés par l’ANEEMAS et seront déposés dans les comptes du Trésor public le 15 août 2022. La contribution financière en matière d’eau (CFE), elle, est opérationnelle et une convention sur les pénalités a même été signée entre les sociétés minières et le ministère en charge des finances.

• AFD: Vista Bank et ACEP décrochent 8,5 milliards de financement
Deux institutions financières du Burkina Faso ont reçu la somme de 8,5 milliards FCFA de la part de la France, à travers Proparco, une filiale de l’Agence française de développement (AFD). C’est une note d’information en date du 25 juillet 2022 de l’Ambassade de France au Burkina Faso, qui informe l’opinion nationale.
Il s’agit de ACEP-Burkina (Institution de microfinance), 1,9 milliards FCFA et VISTA-Bank-Burkina (Banque commerciale) ,6,6 milliards FCFA.
Selon la note diplomatique, le 25 juillet, dans le cadre de son mandat d’appui au secteur privé, Proparco, une filiale de l’AFD dédiée au secteur privé, à travers son Bureau régional Afrique de l’Ouest, et son antenne locale au Burkina Faso, vient d’octroyer des lignes de financement au profit de deux institutions financières burkinabè :
– ACEP_Burkina (Institution de microfinance) 1,9 milliards FCFA,
– VISTA_Bank_Burkina (Banque commerciale) 6,6 milliards FCFA. Ces garanties permettront de renforcer leur activité de financement et d’accompagnement des TPME au Burkina Faso. Cette initiative française dénommée ChooseAfrica du Groupe AFD concrétise la volonté de la France de soutenir l’entrepreneuriat africain. Au Burkina Faso, avec d’autres banques de la place, partenaires du Groupe AFD, ce sont plus de 100 entreprises et près de 800 micro-entrepreneurs qui ont été accompagnés dans leurs projets grâce à l’initiative ChooseAfrica pour un total d’engagement sur le Burkina Faso de plus de 39 milliards FCFA.

• CBI Baraka au Bénin vulgarise la finance islamique
Dans l’optique d’améliorer la compréhension de la finance islamique, « CBI BARAKA » Bénin a organisé, le mardi 26 juillet 2022, dans la capitale béninoise, une conférence publique sur le thème « La finance islamique et le WAQF ». « En droit musulman, le WAQF représente une donation faite à perpétuité par un particulier à une œuvre d’utilité publique, pieuse ou charitable, ou à un ou plusieurs individus ». La finance islamique est asservie par cinq (5) principes élémentaires comprenant trois (3) interdictions et deux (2) obligations.
Les interdictions sont : l’interdiction de l’intérêt dans toute transaction, l’interdiction de financer certains domaines d’activités jugés illicites par la loi islamique (industrie porcine, l’alcool, les mœurs légères…) et l’interdiction de l’aléa majeur. Pour ce qui est des obligations, ce sont : l’obligation de partage des pertes et des profits dans l’activité (une juste répartition des bénéfices et des pertes) et l’obligation d’adosser tout financement à un actif tangible.
Créée en juin 2018, CBI Baraka est une branche de Coris Bank International basée sur la loi et l’éthique islamique, mais reste ouverte à tout le monde, sans distinction aucune.

• CMTSI : qu’est-ce qui bloque le déménagement ?
Malgré la fin provisoire des travaux du Centre de médecine traditionnelle et des soins intégrés de Ouagadougou (CMTSI) en 2021, et la réception définitive en 2022, le personnel n’a toujours pas intégré les nouveaux bureaux. Cette frustration, selon une source anonyme, se situe à deux niveaux. Primo : le personnel dit être fatigué de squatter depuis 2017, les bureaux à la Direction générale de la pharmacie, des médicaments et des laboratoires (Trypano). Secundo: malgré que chaque ministre de la Santé ait ordonné leur intégration dans les nouveaux locaux, cela n’est toujours pas effectif. Le CMTSI est bâti sur une superficie totale de 30.000 m2 dont le 1/3 est dédié au jardin botanique de plantes médicinales. Il est d’un coût total de plus de 2 milliards et demi de francs CFA, entièrement financé par l’Etat.

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page