A la UneFinances-Banques

Emissions de titres publics: le Burkina Faso absent du calendrier

Le 6 juillet dernier, l’agence Umoa-Titres, maître d’œuvre des émissions de titres publics de l’Union, publiait son calendrier provisoire pour les mois de juin et de juillet 2022. Ces volumes intègrent les émissions prévues par les Etats du Bénin, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée-Bissau, du Niger, du Sénégal et du Togo. Oui, vous avez bien lu, le Burkina Faso ne figure pas dans le calendrier des émissions.

La baisse des performances en cause ?
Lors du premier trimestre de l’année, c’est le Mali qui était absent du calendrier des émissions. En cause, les sanctions économiques de la CEDEAO qui pesaient sur le pays. Mais la situation ne s’applique pas pour le cas du Burkina Faso dont les sanctions n’ont pas été appliquées et qui viennent d’ailleurs d’être levées par la CEDEAO. L’information a été confirmée par la ministre des Affaires étrangères, Olivia Rouamba, lors du point de presse du gouvernement le 6 juillet dernier.
Comment expliquer donc cette absence du pays sur le marché financier régional durant deux mois, quand on sait l’apport de ces levées de fonds pour le Trésor burkinabè ? La piste la plus probable c’est que le pays se reconstitue une image et améliore sa signature. Après le camouflet subi lors de l’émission simultanée d›obligations de relance du Trésor du Burkina du 25 mai 2022, il vaut mieux se préparer avant une autre émission. Le pays était à la recherche de 40 milliards FCFA sur le marché via une émission simultanée d’Obligations de relance (ODR) du Trésor, respectivement à 5 ans et 7 ans. A l’issue de l’émission, seulement 18,5 milliards FCFA ont été retenus, pour un montant global des soumissions de 26 milliards.
Sur l’émission de 5 ans, le marché avait boudé la proposition du Burkina Faso. Résultat, ce sont les banques nationales qui avaient répondu à l’appel à mobilisation du pays avec un montant retenu de 700 millions FCFA. En ce qui concerne l’OAT de 7 ans, 3 pays ont répondu à l’émission, à savoir le Bénin, le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire. Le montant retenu est de 17,8 milliards. Dans ce portefeuille, le montant le plus élevé est de 9,8 milliards FCFA, provenant de soumissionnaires du Burkina Faso.

Les contrecoups du coup d’Etat ?
Déjà, on se rappelle que le pays n’avait pas atteint ses objectifs en termes de projections de levées de fonds au cours du premier trimestre de 2022. En termes de perspective, le pays entendait lever 250 milliards FCFA sur le marché financier, lors du premier trimestre de l’année. Ce montant a été revu à la baisse, pour s’établir finalement à 210 milliards FCFA, recherchés.
En plus du coup d’Etat du 24 janvier 2022, la notation de crédit de Standard & Poor’s a aussi contribué à la diminution de la crédibilité du pays auprès des investisseurs.
Pour essayer de contrer les impacts du coup d’Etat, les investisseurs locaux ont été privilégiés durant le premier trimestre de l’année, et jusqu’à la dernière émission qui date de mai 2022. Au total, les investisseurs résidant au Burkina ont contribué à hauteur de 86,13 milliards FCFA sur les 216 milliards levés par le pays au cours du premier trimestre. Ce qui représente un pourcentage de 39,87%

701 milliards FCFA pour les mois de juin et juillet 2022
Le calendrier provisoire des émissions de titres publics pour les mois de juin et juillet 2022 résume les prévisions de volumes à lever dans l’Union. Ces volumes intègrent les émissions prévues par les Etats du Bénin, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée-Bissau, du Niger, du Sénégal et du Togo. Au total, le volume prévisionnel des émissions s’élève à 701 milliards FCFA, répartis selon les instruments comme suit : – 60 milliards de Bons du Trésor ; – 17,5 milliards de Bons de soutien et de résilience ; – 593,5 milliards d’Obligations de relance. L’ensemble des informations relatives aux titres publics de l’Union est disponible sur son site Internet www.umoatitres.org.
NK

 

Encadré

Hausse de la dette intérieure

Concernant le processus de remboursement de la dette, le tableau des tombés prévoit un paiement d’un montant de 32,24 milliards FCFA le 9 juin. Au total, le pays a remboursé 94,65 milliards FCFA en juin 2022. Notons que la dette intérieure du pays s’élève à 3.155,61 milliards FCFA à fin décembre 2021, contre 2.313,43 milliards FCFA à la même période de l’année précédente, soit une hausse de 36,4%. Elle est constituée à 84,2% de titres publics (Bons et Obligations du Trésor). En effet, au cours de l’année 2021, 18 émissions d’emprunts obligataires d’un montant global de 933,63 milliards FCFA et 9 émissions de Bons du Trésor d’un montant cumulé de 455,46 milliards de francs CFA ont été réalisées.

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page