24 mois

Quelles seront les conséquences de l’adoption par la CEDEAO du « compromis dynamique » de 24 mois pour la durée de la Transition, alors que la feuille de route avait étalé les objectifs de la Transition dans un plan d’actions de 3 ans ? Il y aura nécessairement des réajustements.
Le délai est plus court. Il faut revoir les ambitions à la baisse et aller à l’essentiel. L’essentiel ici est la réalisation de l’objectif stratégique numéro 1 : lutter contre le terrorisme et restaurer l’intégrité du territoire. C’est la condition sine qua non pour permettre la réinstallation des PDI et tenter des élections générales.
Cela est-il faisable en 24 mois ? Tout dépendra de la détermination et des moyens que la Transition engagera sur les différents fronts à cette fin. A partir de maintenant, la montée en puissance des FDS et des VDP devrait être plus visible ; car, il n’y a pas d’autres options que la victoire, si la Transition veut remettre le pouvoir aux civils dans les délais prévus. Et c’est ici que le terme «compromis dynamique» cher au Premier ministre devrait prendre tout son sens. Franchissons les étapes et évitons le fétichisme des dates. La CEDEAO a réussi à faire plier Ouagadougou d’une certaine façon.
Par Abdoulaye TAO

Commentaires
Numéro d'édition: 448

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.