A la UneEconomie

Budget gestion 2022: «De façon officielle, la Transition n’a pas encore de budget»

Hermann Doanio, Secrétaire
exécutif du CERA-FP. (DR)

L’Economiste du Faso : Le budget gestion 2022 existe-t-il pour la Transition ? Ou bien, est-ce une continuité de ce qu’ils ont hérité du régime de Roch Kaboré?
Hermann Doanio (Secrétaire exécutif du CERA/FP)
De façon officielle, la Transition n’a pas de budget gestion 2022. C’est donc une continuité de ce qu’ils ont hérité du régime de Roch. Toutefois, le gouvernement a procédé à des réaménagements budgétaires. Mais, cela reste des modifications internes au gouvernement, car l’ALT (l’Assemblée législative de transition) n’a pas statué sur ces modifications. En un mot, nous constatons qu’il n’y a pas encore de « loi de finances rectificative ».

Un rapport d’exécution du premier trimestre a été présenté en Conseil des ministres avec une légère baisse des recettes, explications?
Les raisons de la baisse des recettes sont multiples. Vous savez que nous sommes en présence d’une crise au sommet de l’État sans précédent. Cela se résume en quatre (04) crises profondes. La crise politique : la désillusion face à la gestion calamiteuse des institutions républicaines. Ce qui ne rassure pas les populations. L’impression d’une instabilité politique ne crée pas les conditions favorables aux activités des populations et des entreprises. Conséquence, pertes de recettes ; la crise socioéconomique : la cherté de la vie qui s’accentue de jour en jour. Conséquence, réduction du pouvoir d’achat des populations ;
la crise sécuritaire : la crise sécuritaire est plus que jamais profonde avec la persistance des attaques dans plusieurs localités du pays. Cette situation empêche le recouvrement des recettes par les services des Impôts dans les localités à hauts défis sécuritaires ;
la crise de la gouvernance : la gestion de l’Etat depuis le putsch n’est pas satisfaisante et s’apparente à du tâtonnement. Cette situation n’instaure pas un climat sain entre les gouvernants et les gouvernés. Aussi, nous sommes dans une réorganisation totale de l’administration publique, en particulier, celle fiscale depuis le coup d’État. L’administration fiscale en pleine restructuration n’a pas eu les coudées franches pour améliorer ses performances.
Il y a eu des réaménagements dans les budgets des institutions de l’État, notamment, avec des annulations des lignes sur les investissements, cela est-il un mauvais signal ?
Non, a priori, ce n’est pas un mauvais signal ; puisque la priorité du présent gouvernement est la lutte contre l’insécurité. D’ailleurs, sans un minimum de sécurité, les investissements allaient avoir du mal à être réalisés, surtout dans les zones de haute insécurité.
Cependant, le constat amer de la dégradation du contexte sécuritaire, depuis le coup d’État, vient remettre en cause la pertinence de la suppression des crédits budgétaires dédiés à l’investissement. A la longue, ces réaménagements lanceront des mauvais signaux, si rien n’est fait pour rassurer les populations sur l’utilisation pertinente de ces ressources avec des résultats sur le plan sécuritaire.

Une loi rectificative n’est-elle pas urgente pour avoir une idée des allocations sur les priorités du gouvernement de transition?
L’urgence est impérieuse, on s’attendait à une loi rectificative après la mise en place du gouvernement et de l’ALT. Cela allait avoir pour objet d’adapter les prévisions budgétaires aux nouvelles priorités des autorités de la Transition. Du reste, cette opération accoucherait d’une certaine transparence et d’une crédibilité des instances (gouvernement et ALT). Mais à ce jour, rien, j’avoue que cette situation est déplorable : les réaménagements budgétaires internes au gouvernement sans explication aucune à la population. Cela n’est pas compatible avec les règles de l’orthodoxie financière. En même temps, je conviens que nous ne sommes pas en situation normale.

On parle d’audits de l’Administration, pour vous, est-ce un exercice qui va produire des effets?
L’audit fait partie intégrante de la gestion. On ne devrait pas avoir à faire un boucan médiatique autour. C’est une pratique qu’on devrait rendre obligatoire dans les institutions. Par exemple, au départ d’une personnalité administrative ou politique, le remplaçant ne devrait prendre fonction qu’après l’audit de la gestion du sortant. Cette opération aurait eu le mérite de situer les responsabilités de chacun après son départ et d’établir les bases de gestion pour le remplaçant.
Les audits de l’Administration décrétés, de mon point de vue, restent génériques, ils serviront de baromètre pour les autorités actuelles. Prions pour que les résultats de ces audits ne soient pas utilisés pour faire chanter ou contrôler certaines personnalités. Aussi, que cela ne déclenche pas une chasse aux sorcières dans l’administration publique.
S’ils sont bien menés, ces audits devront relever les bonnes pratiques de gestion réplicables et les mauvaises pratiques à proscrire sans faire de fixation sur les auteurs ou les personnes. Dans ce sens, l’Administration et le Burkina tout entier gagneront. `
La résultante de ces audits doit être la prise d’une loi portant manuel de procédures de la gestion publique avec les sanctions encourues en cas de non-respect.
Propos recueillis par AT

 

Encadré 1

CERA-FP : missions

Le Centre d’études et de recherche appliquée en finances publiques (CERA-FP) est une organisation de la société civile reconnue en 2017. Il se présente comme un centre citoyen d’analyses et de suivi des politiques publiques axées principalement sur les questions de finances publiques, notamment, sur la gestion budgétaire. Ses activités concernent essentiellement la promotion des échanges d’expertise et d’expériences entre ses membres et les autres acteurs de la société civile, ainsi que la promotion et la diffusion des valeurs de redevabilité, de transparence et de participation en vue d’éclairer et d’inciter la population pour une meilleure appropriation des politiques publiques.

 

Encadré 2

Les grandes lignes du Budget initial 2022

«L’Assemblée nationale a adopté la loi de finances 2022 le 16 décembre 2021. Les recettes totales dans le budget 2022 se chiffrent à 2.349,112 milliards FCFA, contre 2.131,983 milliards FCFA en 2021, soit une augmentation de 10,18%. Au titre des dépenses totales, elles ont été arrêtées à 2.919,148 milliards FCFA, contre 2.672,783 milliards FCFA en 2021, soit une hausse de 9,22%. Il se dégage un déficit budgétaire de 570,036 milliards FCFA, contre 540,800 milliards FCFA en 2021, soit une aggravation de 5,41%.
Le contexte d’adoption de la loi de finances 2022 a été décrit par Lassané Kaboré, ancien ministre de L’Economie, des Finances et du Plan : « L’élaboration du budget de l’Etat, exercice 2022, intervient dans un environnement marqué par la persistance des attaques terroristes et les effets de la pandémie de Covid-19 sur l’activité économique. Le contexte est également marqué par le processus de négociation avec le Fonds monétaire international (FMI) d’un nouveau programme économique et financier triennal appuyé par la Facilité élargie de crédits (FEC) ». In L’Economiste du Faso N°419.

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page