Négociations

Annoncées pour le 2 juin 2022, les mesures promises par la Primature pour atténuer la vie chère ont été reportées à une prochaine date. Un peu de retard ne ferait du mal à personne, tant que c’est pour la bonne cause. Ce petit retard montre à quel point le gouvernement est écartelé dans sa recherche d’une solution acceptable pour tous. Le Premier ministre est pris en étau entre les exigences des consommateurs de ne pas voir les prix des produits s’envoler et les patrons du privé qui veulent des prix justes afin de ne pas fermer boutique. De ceux-ci, il ne faut pas s’étonner qu’ils montent les enchères en termes de mesures d’accompagnement. Et c’est ici que les talents de négociateurs du Dr Albert Ouédraogo et de son équipe seront sollicités. C’est l’épreuve de feu pour le premier gouvernement de transition. Et les patrons et les commerçants le savent, le gouvernement a le dos au mur. Il ne suffira pas de prendre des engagements, il faudra les tenir. C’est pour cette raison que le temps que prend la négociation ne doit pas forcément être une source d’inquiétude. Il faut prendre le temps d’avoir un consensus solide. C’est une question non seulement de responsabilité pour le gouvernement, mais surtout de crédibilité.

Abdoulaye TAO

Commentaires
Numéro d'édition: 442

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.