Une équipe des livreurs d’OKALM Technology. (DR)

Livraison rapide: un secteur en développement

• Livraison rapide, réduire le chômage des jeunes

• OKALM Technology et POZO’TAF parlent

La responsable marketing d’OKALM Technology, Yasmine Konkolé. (DR)

Le responsable de POZO’TAF, M. Yaméogo Tasséré (DR)

La livraison est un secteur qui se développe de plus en plus au Burkina Faso, particulièrement à Ouagadougou. Depuis ces dernières années, le secteur est en plein essor à travers des sociétés de livraison. Pour une meilleure connaissance du secteur de la livraison rapide, L’Economiste du Faso est allé à la rencontre de deux sociétés qui évoluent dans ce domaine, notamment, OKALM Technology et POZO’TAF.

Présentation des entreprises
OKALM Technology est une entreprise d’innovation technologique créée en 2021 et évoluant dans la livraison de tout type de colis (nourriture, autres articles). Elle compte aujourd’hui 72 livreurs et 49 chauffeurs. Le boom de la technologie est une évidence dans le monde actuel. Ainsi, en vue de faciliter la vie des Burkinabè, elle a conçu une application. Cette plateforme est la toute première application technologique multiservice au Burkina qui met en relation les fournisseurs des produits et services et les consommateurs, selon la responsable marketing, Yasmine Konkolé. Toujours selon elle, l’objectif c’est d’être la solution technologique phare des Burkinabè pour la mobilité urbaine, la livraison de colis et l’achat de produits.
L’application contient un système de paiement par portefeuille électronique, une option intégrée de suivi des commandes en temps réel, et une possibilité de partage de trajet pendant la course du livreur. A travers cette application, OKALM Technology propose un service de transport sécurisé et confortable, une diversité de restaurants et des livreurs professionnels pour les différentes livraisons. Avec pour slogan « okalm. Tu cliques, on gère ! », elle a pour mission améliorer la vie des individus par l’innovation technologique. Sa vision est de faciliter la vie de tous et de chacun. Ses valeurs sont innovation-intégrité-responsabilité-excellence.
Quant à POZO’TAF, elle a débuté avec le service de la restauration, selon le responsable de l’entreprise, Tasséré Yaméogo. Cependant, le service est diversifié aujourd’hui et s’étend sur tout type d’articles de livraison (envoi et retrait de colis dans les compagnies de transport, paiement de facture, achats dans les alimentations), a-t-il signifié. Celle-ci compte aujourd’hui une dizaine de coursiers. À l’opposé d’OKALM Technology qui dispose d’une plateforme sur laquelle les clients font la commande, POZO’TAF est en contact direct (appel téléphonique) avec les partenaires pour prendre les commandes.

L’accès au service des entreprises
La demande du service de ces entreprises diffère l’une de l’autre. En effet, chez OKALM Technology, le client télécharge l’application sur Play store ou App store, s’inscrit et choisit le service ou le produit. Avant de lancer la demande, il a le choix du mode de paiement qui est soit par portefeuille électronique intégré, soit par Cash. Du côté de POZO’TAF, le client fait sa demande par un appel téléphonique.

Démarche de livraison
La livraison se fait par moto ou voiture en fonction de la taille du colis chez OKALM et se fait uniquement à moto chez POZO’TAF. Les livreurs sont des partenaires d’Okalm, selon la responsable marketing, pour cela, ils utilisent leurs propres engins pour la livraison.
Ils sont répartis en deux équipes dont la première monte de 7h30 à 15h30 et la seconde de 16h à 23h. Ils travaillent selon leur disponibilité avec au moins 20h par semaine. POZO’TAF, elle, met à la disposition de ses agents des motos pour la livraison.
Les livraisons sont facturées de 1000 FCFA à 2000 FCFA selon la distance à parcourir et selon la taille du colis avec OKALM, et 500 à 2000 FCFA avec POZO’TAF. Les livraisons se font uniquement à Ouagadougou pour le moment, mais les responsables entendent étendre cela sur d’autres villes, voire d’autres pays.

Une équipe des livreurs d’OKALM Technology. (DR)

La gestion des cas d’accident de travail
En cas d’accident, POZO’TAF assume la responsabilité si son agent (coursier) n’a pas raison. Par contre, du côté d’OKALM Technology, les partenaires livreurs comme drivers sont obligés de souscrire à une police d’assurance auprès de son partenaire Yelen Assurance avant leur prise en compte dans la plateforme, c’est-à-dire, avant leur prise de service. Donc, en cas d’accident, Yelen Assurance prend en charge.

Impact du secteur
Le secteur de la livraison contribue au développement économique du Burkina Faso. Il aide sans doute à la réduction du chômage des jeunes. A cet effet, 80% des livreurs d’OKALM sont étudiants et travaillent à leur temps libre, selon la responsable marketing. C’est un domaine assez intéressant avec 20% de croissance en moyenne en termes de nombre de commandes et de revenus, a-t-elle ajouté.
Pour la question de la rémunération, nous n’avons pas eu de réponse du côté du responsable de POZO’TAF. Tout compte fait, un agent ayant travaillé dans cette entreprise nous a donné en anonymat une fourchette de 25000 à 35000 FCFA comme salaire mensuel. Au niveau d’OKALM, les partenaires livreurs gagnent 700 FCFA par livraison et livrent entre 7 et 15 colis par jour, selon la responsable marketing. En faisant un calcul, cela reviendra à 147.000 FCFA/mois pour un agent qui livre 7 colis par jour et 315.000FCFA/mois pour un coursier qui livre 15 colis par jour. Ici également, nous avons approché un agent en anonymat qui fait une révélation de 30.000 à 60.000 FCFA/mois, voire 100.000 FCFA comme salaire mensuel, et cela est très rare, a-t-il dit.

Les difficultés rencontrées
La difficulté majeure est d’avoir les moyens financiers pour se lancer dans toute activité entrepreneuriale, selon le responsable de POZO’TAF, M. Yaméogo Tasséré. Pour mener cette activité au Burkina, il faut l’autorisation de l’ARCEP dont les frais de dépôts de dossiers s’élèvent à 50.000 FCFA et une caution de 1.000.000 FCFA, nous a-t-il confié. Il y a également la montée de la concurrence illégale qui diminue l’affluence des commandes.
Du côté d’OKALM, la difficulté était de convaincre la population à utiliser l’application, parce qu’il y avait un manque de confiance, a affirmé Mme Konkolé, responsable marketing d’OKALM. Mais aujourd’hui, le pari semble être gagné, car chaque coursier fait chacun 7 à 15 livraisons par jour.
Flora SANOU (Collaborateur)

 

Encadré

Processus de recrutement

Les recrutements se font à travers une offre d’emploi, principalement sur Facebook, pour les deux entreprises. Les livreurs et les drivers sont sélectionnés après un processus rigoureux de recrutement, de formation et de suivi au niveau d’OKALM Technology. Chez POZO’TAF, les livreurs sont sélectionnés suite à un entretien.
Conditions de recrutement
POZO’TAF : toute personne capable de :
– savoir très bien s’exprimer en français ;
– être courtois, gentil ;
– avoir l’amour du métier.
OKALM Technology :
– être jeune femme ou homme âgé(e) de 18 à 29 ans ;
– savoir lire et écrire ;
– être capable de lire une carte Google ;
– avoir un smartphone et une mobylette ou un véhicule.

Commentaires
Numéro d'édition: 441

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.