Crise dans les mines: baisse des recettes budgétaires en perspective en 2022

• Suspension de la production de 2 mines d’or

• S’ajoute l’inondation de la mine de zinc de Perkoa

• Une baisse de la production d’or et de zinc est à prévoir

L’année 2021 a été une année faste pour le secteur minier burkinabè. Dans un premier temps, la production industrielle d’or a atteint 66,858 tonnes, contre 62,138 tonnes en 2020, soit un taux de progression de 7,6%. Cette hausse s’explique, d’une part, par les bonnes performances des sociétés en production, et d’autre part, par l’entrée en production de 2 nouvelles mines. En effet, les mines de SOMISA SA et de Samtenga qui sont rentrées en production en 2020 ont atteint leur vitesse de croisière en 2022.
Dans un second temps, l’extraction d’or a été faite dans un contexte de hausse exceptionnelle du cours. En effet, selon les chiffres du ministère en charge des finances, en 2021, le prix de l’or a varié entre un cours moyen mensuel de 1.719 et 1.886 dollars l’once entre janvier et mars 2021. En octobre 2020, le cours de l’or a atteint 1.900 dollars l’once. La hausse de la production et des cours de l’or ont eu un impact sur les recettes d’exportation des sociétés minières en production. Le budget de l’Etat et celui des collectivités ont ressenti ces hausses. C’est le cas des royalties facturées le jour de la pesée sur la base de la quantité d’or et du cours de l’or de la veille. C’est aussi le cas de l’impôt sur les sociétés imposé sur la base des bénéfices réalisés. La contribution des sociétés au Fonds minier de développement local va connaitre également une hausse, vu qu’il est alimenté, d’une part, par 1% du chiffre d’affaires des sociétés minières et 20 % des royalties.
Mais cette embellie a été contrastée par les dépenses supplémentaires que les sociétés minières ont consenties pour faire face à l’insécurité. En effet, avec les attaques armées sur les convois sur les axes routières, les sociétés minières ont opté de transporter le personnel par les airs. Les locations des aéronefs alourdissent les charges des sociétés et rognent les bénéfices à imposer.
C’est dans ce contexte que la mine de Youga dont l’usine de traitement comptait sur Nétiana et Ouaré pour continuer les activités a connu une attaque sur le site de Ouaré. La société a demandé la suspension de ses 3 conventions minières avec l’Etat et s’attend à ce que le gouvernement sécurise les sites afin que les activités reprennent.
La mine de Taparko, qui se trouve dans la zone rouge sur l’axe Kaya-Dori où se concentrent les attaques armées et le détournement de camions, a décidé de fermer. Mais grâce au plaidoyer de bonnes volontés membres du Conseil burkinabè des mines, de la géologie et des carrières (CBMGC), l’espoir d’une reprise des activités de cette société est permis.
L’année 2022 est aussi marquée par l’inondation de la mine de zinc de Perkoa qui a coincé dans les galeries, 8 travailleurs. Après le pompage des eaux, la société aura à investir d’énormes sommes d’argent pour rétablir la mine et reprendre les activités. La reprise des activités n’est pas pour demain.
L’action conjuguée de toutes ces situations désastreuses aura un impact sur les recettes budgétaires de l’Etat et des collectivités. Plus de 1.500 emplois issus de Taparko, Youga et Perkoa restent menacés. Ils n’ont pas de chance d’être repris dans une autre mine, parce que toutes sont confrontées aux difficultés liées au terrorisme. Les attentes du secteur minier envers le gouvernement se concentrent en cette année 2022 à la sécurisation des sites miniers, la sécurisation des voies d’accès afin de permettre une exploitation. Le secteur minier a contribué à 14,29% au budget de l’Etat en 2022. Sa contribution dans le PIB a été de 11,02% en 2020. Ces différentes contributions vont prendre un sérieux coup en 2022. o
Elie KABORE

 

Encadré

Ministère des Mines : réduire les délais de traitement des dossiers

Plusieurs sociétés minières adressent des plaintes à propos des délais jugés longs dans le traitement des dossiers. Le temps d’octroi des permis est relativement long. Ouaré a attendu pendant longtemps son permis d’exploitation. Taparko juge longs les temps de traitement de certains dossiers devant lui permettre d’aller en exploitation souterraine. Ces difficultés contraires à l’amélioration du climat des affaires ne sont pas de nature à rassurer les investisseurs de ces sites miniers pour qu’ils injectent de l’argent en cette période de crise. En attendant, plus d’emplois sont menacés. 

Commentaires
Numéro d'édition: 439

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.