Les dirigeants de Globumi ont proposé une solution pour générer des ressourses afin de désinteresser les investisseurs. (DR)

Justice: où en est-on avec le dossier des traders ?

• Déjà 15 mois de détention pour Globumi

• Permission de sortie pour renflouer les caisses

• Les autres directeurs de sociétés en liberté provisoire

Les dirigeants de Globumi ont proposé une solution pour générer des ressourses afin de désinteresser les investisseurs. (DR)

Les responsables de sociétés de trading Globumi ont été déposés à la MACO en janvier 2021, suite au conflit qui oppose cette société à ses investisseurs. Sous contrôle judiciaire et laissés en liberté afin de trouver une issue pour rembourser les capitaux et les intérêts dus à leurs clients. Les responsables ont fait les frais du non-respect de leurs engagements : rembourser d’une façon ou d’une autre à leurs clients la bagatelle de 19 milliards FCFA. C’est le second gros scandale après l’affaire Breba finance, qui avait laissé sur le carreau près d’un millier d’investisseurs. 15 mois de détention après, où en est-on avec le dossier ?
Les deux dirigeants sont toujours en prison et les propositions de remboursement ainsi que les calendriers proposés n’ont pas été validés par les investisseurs qui ont trouvé les montants et les délais trop longs. Globumi proposait un étalement sur 15 ans pour régler sa dette. Certains investisseurs ont estimé que ces propositions étaient un prétexte pour les dirigeants d’obtenir une libération provisoire et disparaitre dans la nature.
15 mois de détention plus tard, aucun remboursement n’a encore été fait du fait même de l’emprisonnement des dirigeants et de la saisie des comptes de la société. On se rappelle que le juge d’instruction avait commis un expert, Michael Breba (un ancien trader qui avait eu les mêmes problèmes), pour tracer les flux financiers des sociétés de trading. Son rapport avait permis de comprendre qu’il n’existait plus grand-chose sur les plates-formes (voir encadré).
C’est ainsi que nous apprenons que le juge d’instruction a finalement accordé aux mis en examen «  la permission de sortir trois fois dans la semaine sous escorte ». Le DG et le DGA de Globumi ont sollicité cette permission de sortie ainsi que l’utilisation d’un ordinateur portable avec clé de connexion afin d’acquérir des comptes de trading avec des fournisseurs de liquidités en ligne pour relancer leur activité. Les deux mis en examen ont sollicité deux mois pour ce travail dont les fruits devraient permettre d’amorcer les remboursements. C’est donc une sorte de probation. Les deux compères jouent leur va-tout et leur crédibilité face au juge dans leur volonté de trouver une solution acceptable aux remboursements des investisseurs. L’opération a démarré avec un faible montant, et à ce qu’on apprend, il y a eu un couac avec l’administration pénitentiaire qui a refusé que les deux traders disposent d’un ordinateur et d’une connexion les jours où ils n’étaient pas de sortie. Cet impair va probablement jouer sur leur performance à la fin de la période des deux mois à eux accordés. Un plan B a été mis en œuvre par les deux traders en créant un compte réel dont les performances ont été communiquées au juge.
On note donc une volonté manifeste des mis en examen à trouver une solution sous le contrôle d’un juge d’instruction dont un des objectifs principaux est de désintéresser au final les victimes, au-delà des faits reprochés. Si la probation des deux mois était concluante, il s’agirait de voir comment amplifier ces résultats. La question des ressources va alors se poser. Nous y reviendrons.

Petite histoire de milliards
L’affaire des sociétés de trading a éclaté en mai 2019 avec un communiqué du Conseil régional pour l’épargne publique et du marché financier (Crempf) de l’UEMOA.
Celui-ci attirait l’attention des sociétés de trading (Globumi, Glofas, Barka Finance, Royal Finances pour Burkina Faso ) sur l’exercice illégal de collecte de l’épargne publique. Dans la foulée, le Procureur du Faso ouvre une information judiciaire contre ces sociétés pour blanchiment de capitaux, escroquerie aggravée, soustraction frauduleuse à l’impôt et délit d’apparence pour certains dirigeants. Cette information judiciaire a entrainé dans son sillage la panique chez les investisseurs qui voulaient retirer leur mise et surtout révélé que certaines sociétés de trading avaient des problèmes de liquidités pour honorer leurs engagements suite à des pertes enregistrées sur le marché financier international ; d’où les plaintes de certains investisseurs qui ont saisi la Justice .
Des quatre sociétés, seules deux vont voir leurs responsables déposés à la MACO (Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou) : Globumi et Barka Finances. Fin septembre 2021, le responsable de Barka Finances obtient une mise en liberté provisoire. Ce qui n’est pas encore le cas pour ceux de Globumi. Pourquoi ? Les autres sociétés ont-elles pu désintéresser tous leurs investisseurs ? Quels gages ont-ils présentés au juge ? A priori, la pression est plus forte sur Globumi qui semble détenir le plus grand nombre d’investisseurs plaignants ainsi que sur les montants en jeu.o
F.W

 

Encadré

Globumi et le rapport de l’expert
Ceci est un extrait d’un article publié par notre journal sur le sujet au mois de mars 2021

«Les conclusions de l’expert sont sans appel : la société et son responsable ne détiennent aucun fonds à l’international chez les brokers pour faire face au paiement des clients. Globumi est la société qui a le plus collecté de fonds auprès de ses clients. On parle de plus de 20 milliards FCFA.
Le travail de l’expert a permis de révéler que le patron de Globumi a effectivement ouvert des comptes sur trois plateformes de trading, mais à titre personnel. Cependant, les comptes sont inactifs depuis 2018 chez les Brokers que sont IG et Hotferex. Les soldes des comptes actifs logés chez Windsor Brokers sont insignifiants : 780 euros. Pareil pour leurs comptes bancaires à Dubai, avec environ 5000 dollars.
Au plan national, les investigations de l’expert auprès des banques ont permis de révéler un solde négatif pour Globumi, tandis que les comptes de ses deux responsables affichaient un solde positif mais dérisoire. La balance des différents comptes de Globumi et de ses deux responsables auprès de 6 banques de la place affiche un solde négatif de plus de 112 millions en août 2020. » 

Commentaires
Numéro d'édition: 438

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.