Mahamoudou Sandwidi de la Direction de la facturation normalisée et de téléprocédures (DFNT). (Ph: Yvan SAMA)

Chambre de commerce et d’industrie du Burkina: conférence de rédaction autour de la facturation normalisée

• Une vingtaine de médias autour de la table

• La facture normalisée de A à Z

Les hommes de médias et les agents de la CCI-BF en pleins échanges. (Ph: Yvan SAMA)

Mahamoudou Sandwidi de la Direction de la facturation normalisée et de téléprocédures (DFNT). (Ph: Yvan SAMA)

A l’appel de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF), la salle de conférences de l’institution a été prise d’assaut par une vingtaine de médias le vendredi 06 mai 2022. Cette fois-ci, il n’était pas question de la couverture médiatique d’une des nombreuses activités qui s’y tiennent pratiquement tous les jours. Tous les hommes et femmes de médias présents, comme ils le font au cours d’une conférence de rédaction, cette instance dans leurs organes respectifs consacrée aux choix des sujets à traiter, se sont penchés sur une question : la facturation normalisée. Dans le rôle de Rédacteur en chef, c’est Gilbert Ouédraogo, directeur de la communication de la CCI-BF, qui campe les choses en ces termes : « Il ne s’agit pas d’une conférence de presse mais d’une rencontre d’échanges sur la facture normalisée afin d’en maîtriser les aspects liés aux avantages ». Cette rencontre a d’ailleurs été élargie exceptionnellement aux services comptables des médias et aux patrons d’entreprise de presse. Et pour poser le débat, le directeur adjoint de la facturation normalisée et de téléprocédures, Mahamoudou Sandwidi, a donné une communication axée sur le contexte et justification, la facture normalisée et stickers, les avantages et obligations de la facturation normalisée, la présentation de la Direction de la facturation normalisée et de téléprocédures (DFNT), le circuit et conditions d’approvisionnement en stickers, le contrôle de l’authenticité et de la validité des stickers.

De la pédagogie et de la sensibilisation pour rassurer les acteurs concernés qu’ils disposent encore d’un délai de grâce pour se conformer à la nouvelle règle. (Ph: Yvan SAMA)

On en retient que la facture normalisée est une facture comportant un ensemble de mentions obligatoires, sécurisée par un sticker, répondant à certaines caractéristiques et le seul document qui doit faire foi dans les opérations commerciales. Elle permet de lutter contre la concurrence déloyale, de sécuriser les transactions commerciales, de formaliser le secteur informel, d’amener les acteurs économiques à s’approprier l’obligation de délivrance de factures, de réduire le contentieux fiscal sur les conditions de formes des factures, justifier le droit de déduction des charges et de la TVA. La phase des questions-réponses a porté, entre autres, sur le régime d’imposition des entreprises, le montant des factures normalisées, les factures des clients de l’étranger, la campagne de sensibilisation….La facturation normalisée a été lancée en mars 2017 au niveau des grandes et moyennes entreprises et sa généralisation est intervenue le 1er mai 2022 au niveau des petites et microentreprises. « Ce n’est pas encore l’étape des sanctions mais celle de la pédagogie et de la sensibilisation », a indiqué Gilbert Ouédraogo, pour rassurer les acteurs concernés qu’ils disposent encore d’un délai de grâce pour se conformer à la nouvelle règle.
Martin SAMA

 

Encadré

Point de vente des stickers

CCI-BF : Direction de la facturation normalisée, Délégations consulaires régionales
DGI : DGE, DME Centre I, II, et III, DME HBS, les DPI des chefs-lieux de région.

Commentaires
Numéro d'édition: 438

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.