Marché de la friperie: commerce des chaussures de friperie, un business rentable

• Qui nourrit des centaines de personnes

• Les chaussures sont originaires des pays européens

• Environ 200 000 FCFA de chiffre d’affaires dans le mois

« La population du Burkina s’intéresse, en général, aux objets de friperie, parce qu’ils sont moins chers et de bonne qualité », dixit Bernard Ilboudo, vendeur de chaussures au marché de chaussures situé derrière la Maison du peuple. (Ph. Yvan Sama).

Selon le dictionnaire français, la friperie peut se définir comme l’ensemble des habits et des objets qui ont servi à d’autres personnes. Il s’agit, notamment, des habits, des sacs à main, des chaussures et même des appareils électroménagers. Depuis quelques années, la friperie connait un essor dans le marché burkinabè. Elle est prisée par les usagers. Les vêtements sont communément appelés « yougou yougou » et les objets, « France au revoir ». L’Economiste du Faso s’est intéressé spécifiquement au segment du marché des chaussures de friperie qui fait de l’ombre même la vente des chaussures neuves. Les vendeurs de chaussures de friperie sont installés un peu partout à Ouagadougou, notamment, dans les marchés, aux abords des voies ou de manière ambulante. D’où viennent ces chaussures ? Le métier est-il rentable ? Pour tenter de répondre à ces questions, L’Economiste du Faso a fait une immersion dans ce marché à Ouagadougou.

D’où viennent les chaussures de friperie ?
Boukari Ouédraogo est un vendeur de chaussures de friperie installé au bord du boulevard France-Afrique, non loin du rond-point de la Patte d’Oie. Il est spécialisé dans la vente de chaussures de friperie pour enfant. Il parle de l’origine de sa marchandise. « Cela fait deux ans que je fais ce travail. Je prends ma marchandise auprès d’un grossiste à Ouagadougou. Ce dernier importe les chaussures de Lomé (Togo). Elles sont originaires de l’Europe, notamment, en France », a confié monsieur Ilboudo. Il prend une balle de chaussures auprès du grossiste au prix de 40 000 FCFA, 60 000 FCFA ou 75 000 FCFA. La balle peut compter entre 1 000 et 1 500 chaussures qu’il vend entre 500 FCFA et 1 000 FCFA la paire de chaussure. Bernard Ilboudo a 15 ans de carrière dans ce métier. Il évolue dans la vente des chaussures neuves et de friperie. Il vend essentiellement les chaussures pour adulte. Il est installé dans le marché de chaussures situé derrière la Maison du peuple, sur la rue Traoré Diongolo. Pour lui, les chaussures de friperie qui sont sur le marché burkinabè sont, pour la plupart, originaires des pays comme l’Italie, la France et d’autres pays européens. C’est dans les pays côtiers comme le Togo et le Ghana que les commerçants partent s’approvisionner, dit-il. A en croire monsieur Ilboudo, d’autres commerçants, fortunés, importent souvent leur marchandise directement des pays européens par avion. Cependant, le prix du produit revient plus cher.
Une activité pourvoyeuse d’emplois
Selon Bernard Ilboudo, les chaussures de friperie n’ont pas de prix fixe. Le prix est tributaire de la qualité et de l’état de la chaussure. Pour lui, la population s’intéresse, en général, aux objets de friperie, parce qu’ils sont moins chers et de bonne qualité. Si le marché est bon, poursuit-il, je peux vendre 5 chaussures par jour. Souvent, il est possible de faire un chiffre d’affaires de 100 000 FCFA à 200 000 FCFA dans le mois. Mais depuis que le pays traverse cette crise sécuritaire, le marché est morose.
Cette activité est pourvoyeuse d’emplois. Rien que dans le marché de chaussures, il y a environ 200 boutiques. A en croire monsieur Ilboudo, « on peut compter plus de 200 boutiques de vente de chaussures (neuves et/ou de friperie) dans le marché. Dans chaque boutique, il y a environ 3 personnes qui y travaillent ».

Boukari Ouédraogo, vendeur de chaussures de friperie pour enfant. (Ph. Yvan Sama).

Boukari Ouédraogo se plaint également de la situation difficile que traverse la plupart des commerçants du pays. Avant, il pouvait se faire de bons chiffres d’affaires. Mais présentement, les choses sont de plus en plus compliquées. « Avant, je pouvais avoir 200 000 FCFA à 250 000 FCFA comme chiffre d’affaires dans le mois, surtout à l’approche des périodes festives. Je pouvais vendre en moyenne 50 chaussures par jour. Je ne vends pas cher. Le prix est compris entre 500 FCFA et 1 000 FCFA seulement la paire de chaussure », s’est-il rappelé.
Les deux commerçants ont relevé les difficultés auxquelles ils font face dans l’exercice de ce métier. Bernard Ilboudo trouve les taxes douanières élevées. Pour lui, elles ne permettent pas aux petits commerçants comme lui de s’en sortir. Il lance un appel aux autorités de mettre en place des mécanismes d’accompagnement des petits commerçants en revoyant les taxes douanières à l’importation.
Boukari Ouédraogo, lui, a très souvent des altercations avec la police à cause du lieu d’installation de son commerce (au bord de la voie). Cette dernière lui reproche d’occuper illégalement l’espace public.
Issouf TAPSOBA (Collaborateur)

 

Encadré

Zoom sur le marché de la chaussure au Burkina

Selon Investirauburkina.net, 99% de la demande de chaussures au pays est satisfaite par les importations venues d’Asie et d’Europe. Cela s’explique par l’inexistence d’industrie de fabrication de chaussures au Burkina. Cependant, il existe des artisans et des centres socioprofessionnels qui confectionnent des chaussures à la main, à travers d’installations semi-mécanisées. Les importations de chaussures sont passées de 3,72 milliards FCFA en 2008 à 5,03 milliards FCFA en 2017, soit une hausse de 35,21%.

Commentaires
Numéro d'édition: 437

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.