A la UneEconomie

Performances financières de Bank of Africa: + 27% sur le résultat net pour 2021

Les banques de l’Union ont prouvé leur résilience face aux crises qui se succèdent. En cette période post Covid-19, l’UEMOA est confrontée à une détérioration des indicateurs macro-économiques. On peut citer, entre autres, la dette publique qui représente 54,3% ; le service de la dette rapporté au budget a atteint des niveaux oscillants entre 40% et 50% pour certaines économies ; l’inflation, estimée à 3,2% en 2021 amplifiée en 2022, notamment, par la guerre en Ukraine ; et la bourse souffre toujours d’une forte volatilité due à un problème de liquidité.
C’est dans ce contexte que les filiales cotées en bourse de la Bank of Africa ont présenté les résultats de leur exercice 2021, le 7 avril 2022. Et les performances sont bonnes. En effet, les 6 banques BOA cotées à la BRVM ont affiché en 2021, une masse bénéficiaire globale en croissance de +27% à +77 milliards FCFA.

Quelles ont été les politiques bancaires utilisées pour avoir un tel résultat ?
L’Economiste du Faso a posé la question à Abderrazzak Zabdani, DGA du groupe, lors d’une conférence de presse organisée par BOA, le 15 avril dernier.
Occasion pour lui de revenir sur le Plan triennal de développement 2019-2021 du Groupe Bank of Africa, qui a pris fin en 2021, mais dont l’exécution a été perturbée par la Covid-19.
Le plan devait permettre de dépasser le cap des 3 milliards de dirhams de résultat net part de groupe d’ici 2021. Pour financer ce plan de développement, le Conseil d’administration du Groupe a adopté une série de mesures dont plusieurs augmentations de capital au niveau des filiales.
« L’exercice 2021 marque l’aboutissement du plan triennal 2019-2021 de nos banques dont les objectifs ont été fortement contrariés par l’épidémie de Covid-19 », peut-on lire dans le document de présentation.
« Parmi nos axes de développement stratégique, figurait la transformation bilancielle avec une exposition plus soutenue des crédits sur le segment de la PME. Celle-ci a été volontairement ralentie à cause des difficultés économiques engendrées par la pandémie.
Les priorités ont été fixées sur : l’accompagnement de notre clientèle sur le maintien des lignes de financement et la restructuration d’encours de prêts ; le développement de notre portefeuille sur les secteurs économiques résilients à la pandémie ; l’accélération du développement des canaux digitaux ; le développement des opérations de Trade Finance à travers les corridors de notre Groupe aussi bien en Afrique qu’en Asie (BMCE Shanghaï) ou encore en Europe (BOA France) et à Dubaï (BMCE Dubaï) », poursuit le document de synthèse.
Grâce à ces actions, les 6 filiales cotées ont enregistré une croissance des dépôts de +11,5% à 3.150 milliards FCFA, et une progression plus modeste de + 3,6% à 2.064 milliards de francs CFA pour les crédits.
La masse bénéficiaire 2021 des banques cotées du Groupe s’affiche en hausse de +27% à 77 milliards de francs CFA en 2021, permettant ainsi de payer des dividendes bruts de 43,5 milliards de francs CFA, en progression de +21% par rapport à 2020.
NK

 

Encadré

BOA-Mali, l’exception

BOA-Mali reste une exception, toujours en période de convalescence, avec l’essentiel de la croissance de son Résultat brut d’exploitation (+14,7%) qui vient combler le déficit de provisions constatées sur les immobilisations hors exploitation depuis déjà 2 exercices, avec un plan d’assainissement global devant aboutir en 2022. Enfin, cette embellie des fondamentaux des banques a été correctement récompensée par le marché bousier, avec des performances de cours variant dans une fourchette de +32% à +65,3% pour l’année 2021. 

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page