DBS: Pas de dévaluation pour le FCFA

• Pas de dévaluation pour le FCFA

•Transition : quelle solution pour Air Burkina ?

• Pas de dévaluation pour le FCFA
La nouvelle a vite fait le tour de la toile depuis le 9 mars 2022. Le FCFA aurait été dévalué. Il n’en est rien, une fausse information, selon la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), dans un communiqué publié sur son site.
« La BCEAO dément formellement cette information et précise que le taux de change entre l’Euro et le FCFA demeure inchangé, à savoir 1 euro = 655,957 FCFA. Elle rappelle également que les taux de change officiels des principales devises sont publiés quotidiennement sur son site Internet consultable sur www.bceao.int dans la rubrique Statistiques – “Cours des devises contre Franc CFA” », peut-on lire sur le communiqué.

•Transition : quelle solution pour Air Burkina ?
La Direction générale d’Air Burkina a été reçue par le Président Paul Henri Damiba. Les difficultés que traverse la compagnie ont été évoquées au cours de cette rencontre. Des solutions pour la compagnie nationale sont attendues, parce qu’elle ne dispose que de 02 avions à l’étape actuelle, dont un Embraer 195 et un autre 175. Du coup, elle n’arrive plus à assurer les liaisons régulières sur plusieurs destinations par le manque d’avions.
Cette compagnie, qui opère depuis 1967 sans interruption, se positionne comme la moins performante de la sous-région en 2022. A plusieurs reprises, des voix se sont fait entendre au niveau du personnel qui ne demande que le minimum pour travailler. Le management global de la compagnie est très décrié. On se souvient que le 20 octobre 2020, le Burkina Faso a signé une convention avec une société américaine, African Global Development (AGD). A travers cette convention, AGD promettait d’injecter 160 milliards FCFA afin d’envoyer des avions adaptés au marché régional et national. Depuis la signature de la convention, aucune nouvelle de AGD. Le dossier Air Burkina est une grosse épine sous les pieds du nouveau ministre des Transports.

• Agriculture : 13% des Burkinabè en situation de faim
Dans son discours d’installation le 10 mars 2022, le ministre de l’Agriculture, des Ressources animales et halieutiques, Innocent Kiba, a souligné que le Burkina Faso disposait de 9 millions d’hectares de terres arables, dont 233.500 ha irrigables, 500 000 ha facilement aménageables, 160 zones pastorales potentiellement aménageables, près de 120 plans d’eau, tandis que près de 13% des Burkinabè sont en situation de faim et de paupérisation grandissante.
Un contraste que le chercheur en pédologie (Sciences du sol), Dr Delwendé Innocent Kiba, dit vouloir régler en débarrassant le sous-secteur agro-pastoral et halieutique de velléités qui l’asphyxient comme la corruption, la malhonnêteté, la complaisance, etc.

• AfricaTech Awards : le dépôt des candidatures ouvert du 7 mars au 25 mars 2022
Viva Technology et la Société financière internationale (IFC) ont annoncé l’appel à candidatures pour la première édition des AfricaTech Awards. Cette initiative panafricaine vise à promouvoir et à soutenir les start-up africaines les plus percutantes dans trois secteurs principaux, à savoir la Climate tech, la Health tech et la Fintech. La Climate tech ou défi technologique climatique constitue le développement des solutions pouvant réduire les émissions de gaz et protéger l’environnement. La Health tech ou défi des technologies de la santé porte sur le développement des initiatives pouvant élargir l’accès aux soins de santé dans les communautés mal desservies. Le défi Fintech, quant à lui, porte sur des solutions qui peuvent élargir l’accès aux services financiers parmi les communautés mal desservies, promouvoir l’inclusion financière et améliorer l’infrastructure bancaire.
Les candidatures sont recevables du 7 mars 2022 au 25 mars 2022 sur le site «www.challenge.vivatechnology.com/en/challenges/africatech-awards ». Toute start-up désirant postuler doit remplir les conditions suivantes : être basée en Afrique, avoir un produit/solution adressé au marché africain, avoir un produit/solution évolutif, avoir levé un minimum de 200 000 $ en capital mais pas plus de 6 M $ et doit aborder une des thématiques du concours.

Commentaires
Numéro d'édition: 430

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.