La coordonnatrice de Consortium «Burkina 2050» était accompagnée par des femmes, notamment, celles de la coopérative de transformation et commercialisation des fruits et légumes. (DR)

Marche contre le Groupe Bolloré: le mémorandum remis

• La résiliation du contrat

• Demandée par Consortium « Burkina 2050 »

La coordonnatrice de Consortium «Burkina 2050» était accompagnée par des femmes, notamment, celles de la coopérative de transformation et commercialisation des fruits et légumes. (DR)

Ils avaient promis de faire une marche de protestation le 3 mars 2022 contre le Groupe Bolloré qui a en charge la réhabilitation, la construction et l’exploitation du chemin de fer Abidjan-Kaya pour demander la résiliation du contrat avec l’Etat burkinabè. Eux, ce sont les membres de Consortium « Burkina 2050 » avec à leur tête Docteur Nestorine Sangaré, qui ont effectivement battu le macadam. Le reproche est que tous les engagements pris avec l’Etat burkinabè contenus dans le cahier de charges ont été constamment violés par Bolloré. Il s’agit essentiellement de la concession signée en 2016 et promulguée le 31 décembre 2018, après l’autorisation de ratification du Parlement de la signature du chef de l’Etat.
La coordonnatrice de Consortium «Burkina 2050» était accompagnée par des femmes, notamment, celles de la coopérative de transformation et commercialisation des fruits et légumes. Aux micros des médias, Nestorine Sangaré a confié que c’est au regard du constat décrié ci-dessus que les Burkinabè voulaient leur patrimoine qu’est le chemin de fer afin de confier sa gestion à quelqu’un d’autre dans un partenariat gagnant/gagnant. Elle précise que le combat que mène Consortium « Burkina 2050 » n’est pas dirigé contre une personne mais a pour but de défendre l’intérêt général. Consortium « Burkina 2050 » s’oppose à la vente du chemin de fer Abidjan-Kaya-Tambao à l’armateur suisse, MSC.
Les marcheurs sont arrivés à la représentation du Groupe Bolloré sise dans le quartier administratif de Koulouba. Sur les lieux, la délégation a été accueillie par des éléments de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS).
Après quelques concertations entre les deux parties, la coordonnatrice a pu déposer leur mémorandum au secrétariat. Dr Nestorine Sangaré promet d’autres actions au cas où leur mémorandum venait à essuyer un non-lieu. Aux environs de 11 heures, un dispositif de la CRS était toujours posté à la gare Sitarail et à la représentation du Groupe Bolloré à Ouagadougou.
JB

Commentaires
Numéro d'édition: 429

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.