La Présidente/Fondatrice de l’ONG BBIA, Alizèta Diallo. (DR)

BurkinaBe In Action (BBIA): une nouvelle ONG au profit de la diaspora Burkina/Etats-Unis

• Faire des Burkinabè de puissants leviers de développement

• Par la valorisation des compétences et le réseautage

La Présidente/Fondatrice de l’ONG BBIA, Alizèta Diallo. (DR)

C’est au cours d’une cérémonie que l’Organisation non gouvernementale (ONG) BBIA a procédé au lancement officiel de ses activités au Burkina Faso. L’objectif de cette cérémonie était de présenter l’organisation aux différents publics cibles dans le but de susciter leur adhésion et engagement aux activités de ladite organisation. C’était à Ouagadougou, le 29 décembre 2021. La naissance de l’ONG BurkinaBe In Action (BBIA) est partie de la volonté et de l’engagement des Burkinabè vivant aux Etats-Unis et au Burkina Faso à soutenir leur communauté en matière de développement interne et externe dans plusieurs secteurs d’activités. Elle est basée au New Jersey, aux Etats-Unis, et a une représentation au Burkina Faso. Elle compte 3 membres du noyau, dont Alizèta Diallo, la Présidente/Fondatrice, coordonnatrice de l’élaboration et de la mise en œuvre de la vision/stratégie ; Régina Bandé, Responsable nationale (Burkina Faso), et Jean Karim Ouédraogo, Chargé de gestion.
Avec pour devise «  Ensemble pour un changement de valeur et durable », BBIA se veut un cadre d’échanges pour créer une synergie entre acteurs économiques, sociaux, éducatifs et culturels afin de soutenir l’économie et le développement des Burkinabè et bien entendu du Burkina Faso. C’est une organisation qui se positionne comme une référence pour amener les Burkinabè de l’intérieur et de l’extérieur à travailler ensemble, à moyen et long termes.
Selon la Présidente/Fondatrice, Alizèta Diallo, BBIA est née de l’idée de fédérer toutes les structures burkinabè aux Etats-Unis (EU), de travailler ensemble. Il y a différentes structures burkinabè aux Etats-Unis, donc se mettre ensemble constitue une aubaine pour atteindre des résultats qui impacteront la communauté burkinabè aux Etats-Unis et ensuite, nous aidera à travailler avec les Burkinabè ici pour essayer de rehausser notre statut socioéconomique, a-t-elle ajouté. C’est en cela le réseautage bilatéral. L’ONG est constituée de deux catégories de partenaires. La première catégorie sont les bénévoles, c’est-à-dire, toute personne qui voudrait soutenir l’association. La deuxième concerne les partenaires qui ont des affaires que l’ONG va accompagner, soutenir.
BBIA étant une communauté, elle n’a pas de domaine particulier. Elle regroupe tous les différents secteurs d’activités, entre autres, la culture, l’environnement, la santé, l’éducation. Le financement de ces activités sera possible grâce à un partenariat gagnant-gagnant. Pour l’heure, le financement n’est pas leur objectif, selon la fondatrice, mais pouvoir être ensemble, faire connaitre la communauté, avoir des résultats et des forces pour avancer.
Pour Daouda Diallo, représentant le président du Conseil d’administration de la Maison de l’Entreprise du Burkina Faso, patron de la cérémonie, Oumarou Yugo, la création de cette association est une belle initiative. C’est une faîtière qui va fédérer les actions d’un certain nombre de structures qui existent déjà aux Etats-Unis pour les mettre en relation avec d’autres structures ici au Burkina, dans une démarche de co-construction. « Nous estimons que la diaspora qui est à l’étranger a une contribution importante dans notre pays et on doit pouvoir mieux réorganiser cette contribution ; BBIA s’inscrit dans cette démarche. Pour ce qui nous concerne, au niveau de la communauté des affaires, c’est de pouvoir les aider, les orienter, les conseiller pour qu’ils puissent avoir les meilleures approches qui leur permettront d’avoir les meilleurs investissements, éventuellement dans le futur », a-t-il déclaré.

Présidium (de la gauche vers la droite) : le parrain, Roland Achille Sow, PDG Elitis Express & Hôtel SESSIMA, le représentant du patron, Daouda Diallo, la présidente/fondatrice de BBIA, Alizèta Diallo.

Pour le parrain, Roland Achille Sow, l’initiative est à louer et encourager, car BBIA veut insuffler une nouvelle vision à la diaspora des Etats-Unis et leurs compatriotes vivant au Burkina Faso. Toujours selon lui, cette approche qui vise à faire du networking/réseautage un puissant levier pour répondre aux questions de développement interne et externe est à pérenniser. Pour ce faire, il a invité tous les acteurs à mettre la main dans la pâte, car aucune expertise n’est à négliger.
Le DG de la Chambre de commerce et d’industrie du BF, Issaka Kargougou, au nom des élus consulaires de la Chambre de commerce, a salué l’initiative dans un commentaire. De ce fait, il invite les membres de BBIA à s’engager activement dans le Plan national de développement économique et social (PNDES II) du gouvernement burkinabè pour plus d’ouverture aux partenaires.o
Flora SANOU (Stagiaire)

 

Encadré

Objectifs de l’ONG

Mettre en réseaux différents acteurs du développement pour tirer davantage des opportunités ;
Promouvoir une meilleure compréhension du Burkina grâce à des outils tels que des bulletins d’information, un site web et la création d’archives accessibles au public ;
Informer et éduquer sa communauté sur les derniers programmes et opportunités de formation mis à disposition par le gouvernement fédéral et /ou étatique ;
Financer et soutenir des projets qui ont un impact positif sur la vie de la communauté.
Vision
Nous mettre au service de notre communauté et devenir la référence en réseautage qualitatif pour nos membres et nos partenaires dans les domaines du développement inclusif : socioéconomique et culturel (commerce import-export, immobilier, transport, promotion du patrimoine, éducation, environnement, prestations intellectuelles, appui-conseil,…).

Commentaires
Numéro d'édition: 421

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.