Réarmer le moral des boys. (DR)

Insécurité au Burkina Faso: « Réarmer le moral des boys », selon le CGD

• Veiller sur les frais de missions et les primes

• Le secteur privé invité à jouer sa partition

• Plus d’Inata 2

Réarmer le moral des boys. (DR)

Depuis le lundi 13 décembre 2021, les Burkinabè ont un nouveau Premier ministre, Lassina Zerbo, avec un nouveau gouvernement « resserré et soudé » de 26 ministres. La mission principale : « ramener la sécurité » au pays. Dans cette mission de « survie », le concours de toutes les couches sociales est demandé. C’est dans ce sens que le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) a organisé les 8 et 9 décembre 2021, à Ouagadougou, un symposium sur la sécurité sur le thème : « Contribution des organisations de la société civile dans la coproduction de la sécurité, de la paix et de la défense nationale ».

Mettre fin aux dysfonctionnements « inacceptables »
Les participants, composés de plusieurs acteurs de la société burkinabè et d’hommes de médias, ont exhorté le gouvernement à « réarmer le moral des boys » en mettant fin aux divers dysfonctionnements. Il s’agit, entre autres, des dysfonctionnements liés aux frais de missions et primes des soldats déployés sur le terrain pour défendre la patrie, mettre en place une administration indépendante qui s’occupe des frais de missions, primes, et toutes les questions relatives au bon déroulement des missions des FDS au front ; redéfinir le maillage sécuritaire pour couvrir l’ensemble du territoire, travailler à ce que les questions de compétences matérielles n’entravent pas la collaboration entre FDS pour lutter efficacement contre le terrorisme et redynamiser la police de proximité (prévoir une ligne budgétaire pour son fonctionnement et la formation de ses membres).

Un accent sur le renseignement civil
Pour s’assurer qu’une femme, ou un enfant ou encore une mère ne se réveille en apprenant le décès d’un mari, d’un père ou d’un fils tombé sur le champ de bataille, la hiérarchie militaire a été fortement interpellée. L’armée doit établir des cellules de renseignement civil et solliciter l’accompagnement des sociétés privées de sécurité et des détectives privées pour vaincre le mal.  Pour ce qui est du renforcement de la confiance entre civils et FDS, l’armée doit sensibiliser les populations sur le travail des FDS et la nécessité d’établir une collaboration saine afin de vaincre le terrorisme. Le CGD, dans ses conclusions, exhorte les FDS à éviter les violences et abus à l’endroit des populations, à renforcer les actions civilo-militaires en synergie avec les différentes parties prenantes.

Les populations doivent collaborer avec les FDS
Dans le même temps, les populations ont été invitées à un changement de mentalités en matière de sécurité et de relations avec les FDS. Elles doivent être actrices de sécurité en matière d’alerte précoce, mieux constituer le premier outil de veille citoyenne. Toujours dans le même élan, il est demandé à l’autorité politique de diligenter la prise des décrets d’application des lois afin de définir les zones de compétences de chaque corps, définir les missions assignées à chacun et faire des nominations sur la base des critères de compétences. Aux FDS d’organiser régulièrement des activités socio-culturelles collectives entre FDS, créer un cadre périodique d’échanges entre les différents corps et organiser des formations en commun.

Lutte contre le terrorisme : le secteur minier peut aider
Pour gagner cette guerre asymétrie qui tue l’économie nationale, mettant en difficulté financière certaines entreprises et freinant les investissements, le CGD en appelle au patriotisme des hommes d’affaires à soutenir les efforts de l’Etat. Selon le CGD, le secteur privé peut commencer à investir dans les moyens aériens pour une meilleure intervention dans les zones touchées par l’insécurité.
Le secteur minier n’est pas en reste, la contribution de leurs moyens aériens peut aider à l’acheminement de l’assistance humanitaire. Dans sa croisade contre les assauts terroristes, l’Etat burkinabè doit faire un clin d’œil aux FDS à la retraite. Celles-ci peuvent appuyer l’Etat dans les domaines de l’enseignement, de la santé, de l’action sociale … dans les zones d’insécurité. Valoriser l’apport des VDP (appui matériel, financier et moyens de subsistance…).
Ambèternifa Crépin SOMDA

 

Encadré

Le rôle des médias

Sensibiliser les populations pour une mobilisation sociale autour du patriotisme, les valeurs de courage, de tolérance, de cohésion, de solidarité, du vivre ensemble pour prévenir et contrer l’extrémisme violent.o
Dossier de presse

Encadré 2

Les politiciens invités à un dépassement de soi

Se regrouper autour d’un idéal commun qui est l’union sacrée de la Nation ;
S’inspirer des expériences réussies d’autres pays (exemple de l’Algérie) en matière de renseignement ;
Exiger des leaders politiques des recommandations périodiques trimestrielles sur la défense de la patrie ;
Faire un compte rendu périodique de la mise en œuvre des recommandations ;
Valoriser les leaders communautaires afin qu’ils jouent pleinement leur rôle de catalyseurs.
Source : Dossier de presse

Commentaires
Numéro d'édition: 419

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.