DBS: «Transaction bancaire: une société burkinabè épinglée par le Trésor américain » : les précisions de Cyriaque Simporé «le King »

• «Transaction bancaire: une société burkinabè épinglée par le Trésor américain » : les précisions de Cyriaque Simporé «le King »

• Loi de finances 2022: l’examen est prévu pour le 14 décembre 2021

• Loi de finances 2022: l’examen est prévu pour le 14 décembre 2021
L’examen et probablement l’adoption de la loi de finances 2022 par les députés est prévu pour le 14 décembre 2021. Le gouvernement a adopté le projet de loi de finances pour l’exécution du budget de l’Etat, exercice 2022, le 15 septembre 2021.
Le projet de budget de l’Etat, exercice 2022, est arrêté en recettes à 2.280,970 milliards FCFA et en dépenses à 2.830,595 milliards FCFA. Transmis à l’Assemblée nationale, il a fait l’objet d’un autre examen par les députés. Dans ce cadre, la Commission des finances et du budget de l’Assemblée nationale (COMFIB) a procédé, le 14 novembre 2021, à l’arbitrage du contenu dudit document avec les équipes techniques du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement.
Le document qui est sorti de cet arbitrage a été adopté en Commission avant sa programmation en plénière à l’Assemblée nationale pour examen et éventuellement pour adoption par les députés le 14 décembre 2021.

• «Transaction bancaire: une société burkinabè épinglée par le Trésor américain » : les précisions de Cyriaque Simporé «le King »
Nous avons reçu la visite de M. Cyriaque Simporé dit le King, son nom d’artiste, relativement à un article publié par L’Economiste du Faso le 21 septembre 2020 intitulé : « Transaction bancaire : une société burkinabè épinglée par le Trésor américain ». Cette enquêté était le fruit d’une collaboration internationale dans le cadre des FinCen Files. L’homme a été identifié comme gérant d’une des sociétés (Aranko security) impliquées dans la transaction déclarée suspecte par le Trésor américain. En son temps, avec l’appui de l’ICIJ, nous avons essayé de rentrer en contact avec M. Dermardirossian, sans succès. L’un des numéros contacts de la société Aranko Security nous a permis de discuter avec Aimé Cyriaque Simporé. Ce dernier a confirmé l’existence de la société Aranko Security. Il a affirmé ne pas pouvoir parler de la transaction qui a eu lieu en Serbie et a promis de rappeler sans jamais le faire. Il soutient n’avoir jamais été un trafiquant d’armes et que notre article repris par certains sites le présenterait comme tel. Le Journal n’a jamais écrit une telle chose et tient à dégager sa responsabilité sur les utilisations détournées de l’article en question et cela, sans autorisation préalable.

• Burkina Faso : le PIB est à 10.121,9 milliards FCFA
Entre 2015 et 2020, le produit intérieur brut du Burkina Faso est passé de 6.119,6 à 10.121,9 milliards de francs CFA, soit environ 4.002,3 milliards de francs CFA de richesses de plus créés sur la période. Cette dynamique économique devrait se poursuivre jusqu’en 2021 où le PIB atteindrait 11 726,5 milliards de francs CFA. Ces chiffres proviennent de la note d’information sur le pays, produit par la Direction générale du Trésor et de la commande publique (DGTCP).
L’analyse détaillée des différents secteurs de l’économie burkinabè montre que la valeur ajoutée du secteur primaire était de 2.035,5 milliards FCFA en 2020, contre 1.866 milliards FCFA en 2015. L’agriculture est la première source de création de richesses dans le secteur primaire avec plus de la moitié des richesses créées (1.521,6 milliards FCFA en 2020). L’élevage occupe la deuxième place en termes de création de richesses avec 330,3 milliards FCFA en 2020. La branche de sylviculture, pêche et chasse ferme la marche avec une création de richesses dans le secteur primaire estimée à 183,6 milliards FCFA en 2020.

• OBM : le programme d’activités 2022 soumis aux organisations membres
L’Observatoire burkinabè des médias (OBM) a tenu une rencontre de concertations avec ses membres statutaires les 9 et 10 décembre autour de l’examen et de l’adoption de son programme d’activités 2022. Les échanges ont également porté sur le dispositif d’observation du traitement de l’information de l’organe d’autorégulation. A l’aune de l’expérience des bureaux précédents, présentée par le Directeur de publication de L’Economiste du Faso, ancien membre du bureau sortant, l’équipe du président Hamado Ouangraoua entend renforcer le dispositif d’autorégulation. Les membres statutaires attendent beaucoup de ce dispositif qui pourrait s’appuyer sur des points focaux dans les différentes Rédactions.

Commentaires
Numéro d'édition: 418

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.