Le conseiller technique du président de la Commission de l’UEMOA, Emmanuel Yoro, a souligné l’apport important des programmes et projets communautaires pour les populations. (Ph. Yvan Sama)

7e revue annuelle des réformes, politiques, programmes et projets de l’UEMOA Le Burkina Faso au rapport

• Réformes communautaires : un taux de 88% en 2020

• Plus de 24 milliards FCFA

• Pour 7 projets communautaires en 2021

Le conseiller technique du président de la Commission de l’UEMOA, Emmanuel Yoro, a souligné l’apport important des programmes et projets communautaires pour les populations. (Ph. Yvan Sama)

Selon le Directeur général du Trésor et de la Comptabilité publique, Célestin Santéré Sanon, l’objectif du Burkina Faso est d’avoir un meilleur taux qu’en 2020 .(Ph. Yvan Sama)

24.219.000.000 FCFA, tel est le montant injecté par l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) en 2021, dans 7 projets communautaires au Burkina Faso (voir tableau). Ces projets issus de 3 grands volets, à savoir gouvernance économique ; marché commun et les politiques sectorielles concernent l’hydraulique et l’assainissement en milieu rural, l’aménagement des périmètres irrigués, la sécurité alimentaire, l’élevage, etc.
La 7e revue annuelle de ces différents projets a eu lieu du 14 au 17 novembre 2021 à Ouagadougou. Elle a été menée par les experts de l’UEMOA et les cadres sectoriels. Ceux-ci ont aussi évalué techniquement la mise en œuvre effective de 116 textes règlementaires. Le conseiller technique du président de la Commission de l’UEMOA, Emmanuel Yoro, a rappelé le cadre institutionnel de cette 7e revue annuelle et a mentionné que les résultats obtenus à ce jour témoignaient de sa forte contribution non seulement à l’effectivité de la normalisation des législations nationales, mais à la coordination du suivi de la mise en œuvre des politiques, programmes et projets. Emmanuel Yoro a exhorté les représentants des structures en charge de la mise en œuvre à une assiduité des travaux pour, dit-il, permettre au Burkina Faso d’atteindre des résultats satisfaisants.

Le Burkina Faso, bon élève

Les experts de l’UEMOA et les cadres sectoriels ont passé en revue la mise en œuvre des réformes, programmes et projets communautaires en 2021. (Ph. Yvan Sama)

A propos des résultats, la revue réalisée en 2020 a permis de noter des avancées significatives en matière de transposition et d’application des réformes communautaires. En effet, les performances enregistrées par le Burkina Faso en 2020 révèlent un taux moyen de mise en œuvre des réformes de 88%, contre 84% en 2019, soit un accroissement de 4 points. Selon le Directeur général du Trésor et de la Comptabilité publique, Célestin Santéré Sanon, l’objectif du Burkina Faso est d’avoir un meilleur taux qu’en 2020. Il a souligné que la 7e revue annuelle était un exercice de redevabilité et de conformité par rapport aux décisions prises au niveau de la Commission de l’UEMOA. Pour lui, il est impératif que le Burkina Faso s’aligne aux directives communautaires de sorte à faciliter l’intégration régionale. Pour rappel, la revue annuelle des réformes, politiques, programmes et projets communautaires au sein de l’UEMOA, placée sous la présidence des Premiers ministres ou chefs de gouvernement, et sous la tutelle des ministres en charge des finances, a été instituée par Acte additionnel de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement (CCEG) du 24 octobre 2013. Son objectif principal est de favoriser l’accélération de l’application des réformes, politiques, programmes et projets communautaires au sein de l’UEMOA, dans le cadre de l’approfondissement de l’intégration régionale.o
RD

 

Encadré

Les différents projets mis en œuvre au Burkina Faso par l’UEMOA

Programme BID-UEMOA d’hydraulique et d’assainissement en milieu rural au Burkina Faso (PHA/BID-UEMOA) ;
Convention de maîtrise d’ouvrage déléguée : études et travaux pour la réalisation d’aménagement de 1000 hectares de périmètres agro-sylvo-pastoraux et hydrauliques ;
Programme régional d’aménagement multi usage pour la réalisation de la sécurité alimentaire ;
Appui financier pour l’organisation de campagnes de lutte contre le charbon bactérien ;
Projet de renforcement du réseau national interconnecté ;
Convention avec l’Agence burkinabè de normalisation, de la métrologie et de la qualité (ABNORM) pour l’appui en équipement, à l’accréditation, à la réalisation d’une inter-comparaison aux Etats membres et à la formation ;
Aménagement du territoire communautaire et transport ;
Autoroute Ouagadougou/Yamoussoukro tronçon Bobo-Dioulasso-Banfora frontière Côte d’Ivoire CU7b.o
Source : Direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique (DGTCP)

Commentaires
Numéro d'édition: 415

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.