Inventions: « Il faut un tandem chercheur et industriel » Selon le Pr Mahamadou Sawadogo

- FRSIT, 13 éditions déjà

- Les Burkinabè ont du talent à revendre

Le FRSIT est un outil important de développement socioéconomique », dixit le Pr Mahamadou Sawadogo, président du Comité national d’organisation du FRSIT 2021. (Ph. Yvan Sama)

Le R21, nouveau vaccin contre le paludisme ; le FACA sous forme de sirop pour les enfants drépanocytaires. Tous ces produits sont issus du laboratoire des chercheurs burkinabè. Ils seront célébrés à la 13e édition du Forum national de la recherche scientifique et des innovations technologiques (FRSIT) qui s’ouvre demain mardi 26 octobre et ce, jusqu’au 30 octobre 2021 à l’Université Joseph Ki- Zerbo. Qui mieux que le Secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, président du Comité national d’organisation et par ailleurs professeur titulaire en génétique et amélioration des plantes, Mahamadou Sawadogo, pour nous entretenir sur l’importance des inventions dans l’économie nationale.

L’Economiste du Faso : Peut-on connaitre l’importance du FRSIT pour un pays comme le Burkina Faso ?
Professeur Mahamadou Sawadogo : Avant de parler de son importance, permettez-moi de dire comment le gouvernement est arrivé à la mise en place du FRSIT. Les chercheurs du Burkina Faso cherchent et trouvent, malheureusement, les résultats de recherche et d’innovations technologiques sont faiblement valorisés. Cela est dû en partie à la faible connaissance de ces résultats par les acteurs économiques que sont les entreprises et les industries. Le FRSIT constitue ce cadre d’échange entre les propriétaires des résultats de recherche, inventions et innovations (RRII) et les utilisateurs potentiels que sont les entreprises et les industriels notamment. Il constitue également un moteur d’intégration sous-régionale à travers la participation des acteurs de la valorisation travaillant dans l’espace CEDEAO. Les inventions, innovations, les techniques et technologies mises au point ces dernières années contribueront à l’émergence d’une industrie locale capable de créer une intelligence économique, de créer de la plus-value en termes d’emplois et de revenus. A chaque édition, les chercheurs et innovateurs présentent le potentiel de valorisation de leurs résultats de recherche et innovations. Les utilisateurs des RRII, à savoir les entreprises et les industries, présentent leurs besoins de recherche et d’innovations pour lever leurs contraintes de développement. Le FRSIT est un outil important de développement socioéconomique.

Quel est l’apport de la recherche scientifique et des innovations technologiques dans l’économie nationale ?
C’est une question intéressante, j’aurais voulu avoir des chiffres pour vous, malheureusement, non. Tout compte fait, le fait qu’un gouvernement consacre un secteur de planification à la recherche et à l’innovation montre tout son importance. C’est dire qu’il marque sa volonté de faire de la recherche un moteur de développement économique et social. Un des principaux soutiens du développement économique et social du pays est le secteur primaire (agriculture, élevage, pêche, foresterie) qui a contribué à environ 30% à la formation du PIB en 2016. Dans cet apport, la contribution de la recherche est appréciable, bien qu’elle n’ait pas été évaluée de façon systématique. La recherche est un levier, ou le levier le plus important dans la transformation de l’économie nationale. On peut citer comme apport :
la mise au point de nombreuses technologies à partir des ressources et produits locaux : technologies d’énergie solaire, formulations de denrées alimentaires et de substances naturelles, technologies mécanisées de production agricole et de transformation agroalimentaire ;
– la mise au point de nouvelles variétés améliorées, toutes spéculations confondues, et de techniques de gestion intégrée de l’eau, de la fertilité des sols et de récupération des terres dégradées. Au titre des variétés, on peut citer : la production de deux nouvelles variétés de tomates (FBT4 et FBT5) et la production de semences de base, de variétés améliorées ;
l’achèvement du processus de mise au point d’une nouvelle variété de semence de coton FK37 ;
– l’évaluation, le suivi, l’aménagement et la gestion des ressources forestières, fauniques et halieutiques ainsi que la domestication des espèces locales ;
– la mise au point de technologies d’amélioration de l’alimentation pour bétail, de techniques de lutte contre certaines maladies;
– la mise au point et l’évaluation du vaccin RTSS contre le paludisme. L’efficacité du vaccin est de 36% chez les enfants de 5-17 mois et 26% chez les enfants de 6-12 semaines ;
– la formulation du phytomédicament (FACA) sous forme de sirop pour les enfants drépanocytaires ;
– la mise au point de gélules TAPIDOD contre l’hypertension artérielle ;
– l’achèvement du siège de l’Institut de recherche en science de la santé ;
– l’amélioration de l’offre d’huile alimentaire par la production et la transformation du tournesol ;
– la valorisation des produits dérivés du souchet (notamment, l’huile de souchet présentement sur le marché);
– la production et la valorisation de deux plantes à fibre (le Kenaf et l’Uréna) ;
– la valorisation des technologies de transformation du fonio ;
– la valorisation des technologies de production et de transformation du sésame ;
– la production de blocs multi nutritionnels à base de produits locaux.

Le savoir-faire burkinabè en matière d’innovations technologiques arrive-t-il à s’exporter ?
Je peux affirmer avec conviction que le savoir-faire burkinabè s’exporte très bien dans la sous-région et même dans le monde. Pour illustrer ce que je viens de dire, et c’est avec fierté que nous le disons, lorsque vous regardez les appels à projet au niveau régional et international, beaucoup sont remportés par les chercheurs, les enseignants-chercheurs et les innovateurs et inventeurs burkinabè. Si vous prenez aussi au niveau des conventions et des protocoles, nous en signons chaque jour pour nouer certaines collaborations, coopérations de travail dans le cadre de la recherche avec tous les pays du monde. Je peux aussi dire qu’au niveau des universités, il y a beaucoup de pays qui utilisent le Burkina Faso comme étant un site de voyage d’études. Je peux citer la présence importante des chercheurs dans les institutions sous-régionales et internationales qui montre le dynamisme de la recherche burkinabè. L’entreprise NAFASO exporte des semences améliorées dans de nombreux pays de la sous-région et le monde entier. De nombreuses technologies comme les couveuses solaires, les broyeurs polyvalents sont exportés dans la sous-région. Je peux même vous dire que ce savoir-faire burkinabè, vous le trouvez plus à l’extérieur qu’au Burkina Faso.

Que faire face à ce manque d’intérêt des Burkinabè à valoriser leurs propres inventions ?
Le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation a compris cette préoccupation. D’où une nouvelle approche avec le thème de la 13e édition du FRSIT: « La recherche scientifique et l’innovation au service de l’entrepreneuriat et l’employabilité des jeunes et des femmes dans la sous-région ouest-africaine ». L’objectif est d’arriver à une prise de conscience dans la consommation de nos inventions.o
Interview réalisée par Ambèternifa Crépin SOMDA

 

Encadré

Quelques grandes innovations présentées lors deséditions précédentes

Le phytomédicament (FACA) de l’IRSS sous forme de sirop pour les enfants drépanocytaires ;
Les gélules TAPIDOD et LAMI de l’IRSS contre l’hypertension artérielle ;
L’agri-pyramide de Kevin DOUAMBA ;
Le broyeur polyvalent de KATO ;
le foyer rumde de l’IRSAT ;
La cafette solaire de Nebié Lassina ;
L’incinérateur des déchets biomédicaux « wandzanga » ;
La cave à conservation d’oignons ;
Les variétés améliorées de l’INERA (maïs, riz, patate à chair orange, manioc, papaye, etc.);
Les fours quali-gril de l’IRSAT au profit des grilleurs de poulets, etc.o

Commentaires
Numéro d'édition: 411

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.