L’ancien DG de la BCB, feu Mahmud Hammuda. (Ph. Yvan Sama).

Banque commerciale du Burkina (BCB): Cérémonie d’hommage à feu Mahmud Hammuda

• Ancien DG de la banque (1997 à 2005)

• Un visionnaire, un philanthrope

• Il a su saisir des opportunités pour développer la banque

L’ancien DG de la BCB, feu Mahmud Hammuda. (Ph. Yvan Sama).

Les fils de Hammuda, en compagnie du DG de la BCB, Bashir Karwa (en blanc), ont assisté à la cérémonie d’hommage. (Ph. Yvan Sama).

Il est l’un des principaux artisans du succès de la BCB aujourd’hui. Quand il tenait les rênes de l’institution, il a entrepris de grandes réformes stratégiques qui ont permis à la banque de se hisser parmi les plus grandes banques du Burkina Faso. Lui, c’est l’ex-Directeur général de la BCB, Mahmud Hammuda. Il a été rappelé à Dieu le 27 août 2021 à l’âge de 60 ans. La Direction générale et l’ensemble du personnel de la BCB ont organisé une cérémonie d’hommage en sa mémoire. L’objectif était de montrer sa reconnaissance à la famille de l’homme d’affaires libyen et de se remémorer des moments passés ensemble. La cérémonie s’est tenue le 17 octobre 2021, au siège de la BCB à Ouagadougou.
La cérémonie d’hommage à feu Mahmud Hammuda a débuté par une séance de prières (doua), de lecture coranique et de partage des moments de rappel. A cet effet, des imams ont fait des invocations et des prières pour le repos de l’âme du défunt et demandé des bénédictions pour sa progéniture. Ensuite, s’en est suivi des témoignages d’anciens collaborateurs, d’amis et de connaissances de Hammuda. L’imam Abdallah Ouédraogo a demandé à Dieu de déverser sa grâce, sa miséricorde sur l’ancien directeur de la banque en faisant des invocations et des prières. « Qu’Allah le Tout-Puissant, le Miséricordieux l’accueille dans son paradis », a-t-il terminé. « Nous venons de Dieu et nous retournons vers Dieu », a récité l’imam du Cercle d’étude de recherche et de formation islamique (CERFI), Alidou Ilboudo, ce passage du Coran pour commencer son rappel sur l’épreuve de la mort. Le rappel portait sur l’histoire d’un roi qui, malgré tout le bien qu’il avait fait, n’a pas pu empêcher la mort de son fils. L’imam Ilboudo voulait rappeler par-là que la mort est inéluctable et que ce sont les bienfaits, le vivre ensemble du croyant qui pourront l’aider dans l’au-delà et non son bien matériel sur terre. Cela, Mahmud Hammuda l’avait compris. Il aidait les gens sans aucune distinction et avait l’esprit du vivre ensemble. Alidou Ilboudo invite les enfants du défunt à suivre ses traces. Pour le DG de la BCB, Bashir Karwa, cette cérémonie est une manière pour son institution de saluer et de reconnaitre tout le travail abattu par l’ancien DG. « Personnellement, je rends hommage à un homme qui aimait travailler, qui a su assumer une grande responsabilité dans cette banque. Il était plus qu’un collègue, c’était un ami et un frère en même temps », a confié Bashir Karwa.

Le personnel de la banque et les acteurs du secteur bancaire ont marqué leur présence. (Ph. Yvan Sama).

Mahmud Hammuda, un visionnaire, un philanthrope
Selon un ancien collaborateur de Hammuda, Daouda Simboro, si 15 ans après le départ de Hammuda de la banque, le DG et l’ensemble du personnel ont tenu à lui rendre une journée d’hommage, c’est que c’était quelqu’un d’important pour la BCB et pour le Burkina. « Professionnellement, c’était un homme de défis, un homme ambitieux et un homme qui aimait la réussite. Dans la vie, c’était quelqu’un d’aimable et capable de très grandes actions en toute discrétion. Il a soutenu beaucoup de gens sans discrimination. C’est la marque des grands Hommes et Hammuda la portait », a témoigné Daouda Simboro, actuellement DG d’une banque de la place. Mon statut professionnel d’aujourd’hui, c’est grâce à Hammuda et inspiré par lui, a-t-il ajouté. Pour le ministre des Sports et des Loisirs, Dominique Nana, ancien collaborateur, il était un visionnaire qui a su profiter des opportunités pour propulser sa banque dans le paysage bancaire burkinabè. Il a fait plusieurs réalisations, notamment, la construction du siège, le changement de dénomination et l’informatisation de la banque. Pour le président du Conseil d’administration de Coris Bank, Idrissa Nassa, le statut actuel de son institution est en partie dû à Hammuda. « Lorsque nous avons repris la Société financière du Burkina pour créer Coris Bank, personne ne croyait en nous. Mais Hammuda a eu le courage de nous accorder une ligne de crédit de 500 millions FCFA à l’époque. C’est quelqu’un qui avait la volonté d’apporter aux autres », a-t-il confié. o
Issouf TAPSOBA (Collaborateur)

 

Encadré

Mahmud Hammuda à BCB

Il est né le 22 juin 1961 à Misurata (Libye) et décédé le 27 août 2021. Il est arrivé au Burkina comme Directeur central de la Banque arabe libyenne du Burkina (BALIB). A cette époque, la BALIB ne représentait que 0,5% du marché local avec une seule agence. Pour inscrire le nom de son institution dans la liste des grandes banques du pays, Mahmud Hammuda a entrepris de grandes réformes. Il s’agit, notamment, de la construction de siège et du changement de nom en BCB. Il a dirigé la BCB de 1997 à 2005.

Commentaires
Numéro d'édition: 411

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.