Alassane Bala Sakandé, en prenant les rênes du MPP, a la lourde responsabilité de jouer la carte du rassemblement. (DR)

IIe Congrès extraordinaire du MPP : Alassane Bala Sakandé face à des défis majeurs

• Un choix stratégique

• Rassemblement

• S’appuyer sur la vieille garde

Alassane Bala Sakandé, en prenant les rênes du MPP, a la lourde responsabilité de jouer la carte du rassemblement. (DR)

Le IIe Congrès extraordinaire du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), qui s’est tenu du 24 au 26 septembre 2021 sur le thème « Poursuivre le renforcement du MPP dans un Burkina Faso réconcilié, résilient et prospère », a connu son épilogue avec comme décision majeure, le passage de témoin entre Simon Compaoré et Alassane Bala Sakandé, à la tête du parti.
Le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé (ABS), est désormais aux commandes du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), le parti au pouvoir. En remplaçant Simon Compaoré à ce poste, qui est devenu président d’honneur du parti, c’est un passage à témoin entre la vieille génération et la nouvelle. Un choix stratégique opéré en perspective de 2025 qui marque la fin du second mandat du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. La décision de porter ABS à la tête du parti majoritaire s’inscrit non seulement dans une dynamique d’étouffer des ambitions présidentielles au sein du MPP, mais aussi de positionner déjà un potentiel candidat qui pourrait, en temps opportun, faire le poids face aux autres challengers en 2025. ABS a su, dans une relative mesure, se montrer à la hauteur de Salifou Diallo qu’il a remplacé à la tête de l’Assemblée nationale en 2017, ce qui lui vaut aujourd’hui en partie sa consécration à la tête du parti au pouvoir. Maintenant que tout semble indiquer qu’il sera le dauphin du Président Kaboré, la véritable bataille commence. Même si par une communication bien structurée, ABS a su se faire une certaine image au sein de la population, il aura à conforter cette stature de présidentiable, à partir du moment où il chapeaute le parti majoritaire. Au plan individuel, un travail sur soi pour soigner davantage son image doit impérativement s’opérer. Il devra également savoir jouer les équilibristes entre ses deux grandes responsabilités, celles de président du Parlement et de premier responsable du parti au pouvoir. Comment exercer sa responsabilité de contrôler l’action gouvernementale en étant juge et partie ? C’est à l’aune d’un tel exercice que ABS saura aussi se forger sa stature d’homme d’Etat.
Mais le vrai défi demeure l’unité du MPP. ABS n’a d’autre choix que d’œuvrer à ce que toutes les tendances du parti dépassent leurs contradictions pour préserver l’unité et la cohésion interne. C’est le prix à payer pour que le MPP puisse véritablement conforter sa position de parti leader pour affronter les défis futurs. Dans son adresse aux militants à la clôture du congrès, ABS a dit mesurer l’ampleur de la tâche qui l’attend. « Je serai le président au service de l’unité du MPP. C’est en toute humilité que j’assumerai la charge des responsabilités qui m’incombent désormais, conscient que sans l’engagement, le courage et la détermination de tous, je ne pourrai pas réussir ma mission », a-t-il souligné. Et de préciser qu’il « y a un cap à maintenir, des obstacles à franchir, des batailles à décider, des choix à opérer, des défaites à assumer, des attentes à combler, des incompréhensions à lever et des colères à apaiser ». Entre ces lignes, se laisse percevoir une conscience claire des challenges qu’il faudra affronter. Ce serait une méprise de penser que l’élection de ABS comme président du MPP a tu les ambitions présidentielles des uns et des autres au sein du parti. Ce qui suppose que le tout nouveau patron du MPP aura pour mission de convaincre tous ceux qui nourrissent autant que lui le même désir de l’exercice du pouvoir d’Etat, qu’il vaut mieux la solidarité que la confrontation stérile. L’impérative cohésion au sein du parti majoritaire est le socle sur lequel les prochaines victoires pourront se bâtir. Un parti rassemblé autour d’une vision commune saura mieux faire face à l’adversité qui est impitoyable. ABS n’a d’autre option que de faire de l’unité du parti le fer de lance pour la réussite de son ambition présidentielle.
Comment s’y prendre ? Il faudra impérativement compter sur la vieille garde, majoritairement représentée dans le Bureau exécutif national. En se faisant épauler par l’ancienne génération dans la consolidation de l’unité du MPP, ABS peut espérer préserver le compromis essentiel à la quête de victoires futures. Comme le stipule l’adage populaire, « c’est au bout de la vieille corde que se tisse la nouvelle ». Dans un contexte où l’affectif, les relations et autres complicités ont plus de prégnance que les directives des partis politiques, il faudra savoir compter avec ces vieux loups de la politique. ABS, pour avoir cheminé assez tôt avec bon nombre d’entre eux, sait sur quel pied il faut danser. La présidence d’honneur qui a échu à Simon Compaoré devra jouer un rôle majeur dans la mobilisation de cette vieille garde au sein du MPP. En un mot comme en mille, c’est dans l’unité, la cohésion et la solidarité que le MPP et son président sauront dessiner les remparts contre les bourrasques et les orages. C’est dans cette perspective que le MPP saura scruter avec une relative sérénité l’horizon 2025. Sans compter que le bilan du quinquennat du président du Faso va également peser dans la balance.
Jérôme HAYIMI

 

Encadré

Voici une partie des principaux membres du BPN issus du congrès

1. Président du parti, président du Bureau politique national (BPN) : Sakandé Bala Alassane
2. 1er vice-président chargé des relations avec les partis politiques et les Alliances au niveau
national : Sawadogo P. Clément
3. 2e vice-président chargé des relations extérieures : Tiemtoré Salifo
4. 3e vice-président chargé de la politique du Genre : Marchal Marie Laurence
5. 4e vice-président chargé des questions de gouvernance et du dialogue social : Ouaro Stanislas
6. 5e vice-président chargé des relations avec les autorités coutumières et religieuses : Boly Moussa
7. Secrétaire exécutif : Savadogo Lassané.

Commentaires
Numéro d'édition: 410

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.