Bâtiments et travaux publics: le secteur en difficulté

• Tensions de trésorerie persistantes

• Baisse des effectifs des employés

• Moins de chantiers pour le 3e trimestre 2021

Les chantiers qui poussent çà et là dans les grandes agglomérations, pourraient donner l’impression que tout va bien dans le secteur des BTP. Le dernier sondange de l’INSD révèle cependant que le moral des patrons des BTP n’est pas bon au 3e trimestre. Les acteurs du monde des bâtiments et travaux publics ne sont pas très optimistes. Le second trimestre de l’année ne leur a pas fait de cadeau, pire, ils sont pessimistes pour la suite. Pour le trimestre à venir, ceux-ci n’espèrent guère une situation favorable concernant l’évolution des recettes, de la trésorerie et celle des effectifs des employés.
Le secteur des BTP est en difficulté au deuxième trimestre 2021. C’est ce que démontre l’enquête trimestrielle de conjoncture de l’Institut national des statistiques et de la démographie (INSD), publiée en septembre 2021. La structure que dirige Boureima Ouédraogo a collecté des opinions de 250 chefs d’entreprises, au second trimestre 2021 (NDRL : note de la Rédaction, lire encadré). Ces derniers donnent leur opinion sur des valeurs telles que la situation de la trésorerie, les recettes ou vente, l’emploi, la production.
Le document intitulé Note rapide N°90 révèle que comparativement au premier trimestre 2021, les recettes et les effectifs des employés sont en baisse, les tensions de trésorerie sont de plus en plus persistantes. Ils sont nombreux les patrons des BTP à déclarer une baisse de leur trésorerie entre avril et juin 2021. Le solde des opinions récoltées par les statisticiens de l’INSD révèle que 68% des chefs d’entreprises déclarent une baisse de trésorerie, comparativement à 60% le trimestre précédent. Ce manque d’entrée d’argent impacte les recettes de ces sociétés (24,5% du solde d’opinion).
Pour le second trimestre précisément, les chefs d’entreprises ont réagi sur les questions au sujet du stock de matières premières, de la trésorerie actuelle et du délai de paiement. La plus forte opinion qui ressort est celle relative au délai de paiement. 68% des enquêtés estiment que ce délai est plus long. Le même pourcentage de chefs d’entreprises a confirmé la baisse de leur trésorerie actuelle. Le stock de matières premières demeure en baisse pour le second trimestre. A ce niveau, il faut signaler qu’ils sont 22% à avoir affirmé cette baisse de stock au cours du second trimestre, contre 49,9% au cours du premier trimestre de l’année.
Tout n’est pourtant pas tout noir dans les BTP du Burkina Faso. Une note favorable dans les données récoltées, la hausse du nombre de chantiers. Même si les chiffres de l’ETC montrent que le climat des affaires est défavorable pour le second trimestre de l’année, le nombre de chantiers, les recettes et le niveau de l’emploi sont quand même en hausse, comparativement au premier trimestre de l’année précédente. En ce qui concerne le trimestre à venir, les acteurs du secteur sont, dans l’ensemble, pessimistes. Même s’ils anticipent une amélioration du climat des affaires, ils ne s’attendent pas à une évolution favorable concernant le nombre de chantiers, les recettes, les effectifs des employés et la situation de la trésorerie.
Ils sont plus nombreux à se prononcer sur la baisse des effectifs des employés. Pour 73,1% des patrons, le 3e trimestre 2021 verra une baisse des effectifs des employés sur les chantiers. 29,8% affirment en plus que pendant cette période, ils auront moins de chantiers, moins de travaux effectués et par conséquent, moins de recettes. Pour espérer tenir le coup, 17% se sont prononcés sur une possible baisse de leurs tarifs sur cette période.o
NK

 

Encadré

L’Enquête trimestrielle de conjoncture en bref

L’Enquête trimestrielle de conjoncture (ETC) est une opération de collecte des opinions des chefs d’entreprises sur les évolutions passées ou à venir des variables telles que la situation de la trésorerie, les recettes ou ventes, l’emploi, la production. Les résultats sont synthétisés sous forme de soldes d’opinions. Les entreprises couvertes par l’ETC sont localisées dans les quatre principales villes industrielles du Burkina Faso : Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Banfora et Koudougou. L’enquête couvre un échantillon représentatif de 250 entreprises qui ont été tirées de façon raisonnée, à partir du répertoire statistique des entreprises de l’INSD.
L’ETC permet de disposer d’informations pertinentes pour la prise de décisions en vue d’anticiper et de juguler les effets négatifs des crises en général.

Commentaires
Numéro d'édition: 409

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.