Financement extérieur: les raisons de la hausse en 2020

• Pour financer le défi sécuritaire, les infrastructures routières, etc.

• Union européenne, Etats-Unis, système des Nations unies, les meilleurs donateurs

• Banque mondiale, FMI et France, le trio de tête des grands préteurs

Les 1.232,71 milliards FCFA reçus par le Burkina Faso, au titre de l’Aide publique au développement (APD) en 2020, sont en hausse de 38,3% en 2020, comparé à 2019. Ce bond extraordinaire s’explique, notamment, par l’effort déployé par les PTF pour accompagner le gouvernement dans la lutte contre la pandémie de COVID-19, le retour des Pays-Bas parmi les partenaires délivrant de l’APD et le début de décaissement du nouveau Millenium Challenge Account (MCA), explique le rapport 2020 sur la coopération pour le développement « Inclusion financière et coopération pour le développement au Burkina Faso », rendu public le 23 septembre 2021 par la Direction générale de la coopération (DGCOOP).

Qui donne ? Qui prête ?
Sur les 1.232,71 milliards FCFA d’APD, 803,454 milliards FCFA représentent des dons, soit 65,2% de l’APD.
Les 10 principaux partenaires ont fourni 81,1% des dons en 2020, ce qui correspond à 651,241 milliards FCFA. Les principaux pourvoyeurs des dons par ordre d’importance en 2020 est l’Union européenne, suivie des Etats-Unis, le système des Nations unies, la Banque mondiale, la France, l’Allemagne, le Fonds mondial, le Canada, le Japon et la Belgique. Ils sont 5 principaux projets ayant reçu des décaissements sous forme de dons en 2020, dont le Projet de bonne gouvernance et de développement (Union européenne), le projet Réponse d’urgence (Etats-Unis), le Projet paludisme/RSS (Fonds mondial), le Programme santé (paludisme, planification familiale, VIH/SIDA, maladies tropicales négligées, etc.) (Etats-Unis) et le projet Réforme du système de l’énergie (Etats-Unis). Le Burkina Faso a reçu, en 2020, la somme de 429,060 milliards FCFA sous la forme de prêts, représentant 34,8% de l’APD 2020. Les prêts sont en hausse de 40,1% par rapport à 2019.
Le montant total des prêts accordés par les 10 principaux partenaires en 2020 s’élève à 422,752 milliards FCFA, soit 98,5% des prêts décaissés en 2020.
La Banque mondiale est le principal prêteur en 2020. Elle est suivie du Fonds monétaire international (FMI), de la France, de la BOAD, de la Banque de Chine, de la BAD, du fonds OPEP, de la BADEA, de la BID et du Japon.

Une prédominance de l’aide multilatérale sur l’aide bilatérale et les ONG
L’APD 2020 se caractérise par une prédominance de l’aide multilatérale sur l’aide bilatérale et les ONG.
L’analyse faite selon les sources de financement met en exergue une prééminence de l’aide multilatérale (59,6%), suivie de l’aide bilatérale (36,5%) et des aides provenant des ONG/AD (3,9%).
La contribution des partenaires multilatéraux à l’APD en 2020 est de 734,331 milliards FCFA, en hausse de 27,7% par rapport à 2019. Cette hausse s’explique par l’augmentation de la part contributive du FMI (+292,9%), de l’UE (+50,5%) et de la Banque mondiale (+25,6%).
L’augmentation considérable de la contribution du FMI s’explique par l’octroi d’un prêt spécial d’environ 66,18 milliards FCFA dans le cadre de la lutte contre la pandémie de COVID-19, en plus de ses décaissements prévus. Celle de l’UE se justifie non seulement par la poursuite des décaissements pour faire face aux défis sécuritaires, mais aussi par l’appui aux actions urgentes de lutte contre la COVID-19.
La contribution des 10 premiers donateurs multilatéraux en 2020 correspond à 99,9% de l’aide multilatérale en 2020.
Avec 239,860 milliards FCFA décaissés en 2020, la Banque mondiale est le premier contributeur de l’aide multilatérale, soit 32,7%. L’UE occupe la deuxième place avec 20,8%, suivie du FMI (15,3%), du système des Nations unies (12,8%), du Fonds mondial (4,8%), de la BAD (3,9%), de la BOAD (3,6%), du Fonds OPEP (2,1%), de la BADEA (2,0%) et de la BID (2,0%).
L’aide bilatérale en 2020 s’élève à 405,497 milliards FCFA, en hausse de 65,5% par rapport à 2019. Cette hausse s’explique par l’augmentation des contributions de certains partenaires tels que le Japon (+382,4%), les Etats-Unis (+167,4%), la France (+62,6%) et le Canada (+61,3%). La forte augmentation de la contribution du Japon s’explique essentiellement par son soutien à la lutte contre la pandémie de COVID-19 et l’appui à la réalisation d’infrastructures routières. Ils sont 10 principaux partenaires qui ont décaissé 92,6% de l’aide bilatérale en 2020.
Il s’agit principalement des contributions des Etats-Unis pour 112,670 milliards FCFA (25,0%), de la France (21,9%), de l’Allemagne (9,6%), du Japon (6,8%), du Canada (6,1%) et de la Belgique (5,3%). Suivent ensuite le Luxembourg, la Banque de Chine, la Suède, la Suisse.
La contribution des USA a été remarquable grâce au décaissement de l’USAID et le début de décaissement du nouveau MCA.o
Elie KABORE

 

Encadré

Compassion international, Catholic Relief Service et Plan international : les grands bailleurs parmi les ONG

Les ressources financières décaissées en 2020 par les ONG/AD se chiffrent à 47,685 milliards FCA, contre 43,7 milliards FCFA en 2019, soit une hausse de 8,9%. Cette contribution provient de Compassion international (42,2%), de Catholic Relief Services (CRS) (15,7%), de Plan international (14,0%), de Save the children (9,7%%), de WaterAid (8,0%), de Welt hunger hilfe (7,4%) et de Helen Keller international (3,0%).

Commentaires
Numéro d'édition: 408

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.