Du 6 au 10 juillet 2021, les parlementaires de la CEDEAO se sont réunis dans la capitale du Burkina Faso, pour parler des enjeux de la crypto-monnaie. (Ph: Yvan SAMA)

Parlement de la CEDEAO: une réunion sur les enjeux de la crypto-monnaie

• Afin de déterminer la nature de la règlementation

• Prévenir une utilisation abusive de la cryptomonnaie

• Pour accélérer l’investissement dans la sous-région

Du 6 au 10 juillet 2021, les parlementaires de la CEDEAO se sont réunis dans la capitale du Burkina Faso, pour parler des enjeux de la crypto-monnaie. (Ph: Yvan SAMA)

Du 6 au 10 juillet 2021, les parlementaires de la CEDEAO se sont réunis dans la capitale du Burkina Faso, pour parler des enjeux de la crypto-monnaie. Une rencontre qui a concerné les membres de la Commission mixte administration, finances et budget/politique macroéconomique et recherche économique/comptes publics/ commerce, douane et libre circulation/ de la CEDEAO sous le thème : « La cryptomonnaie comme facilitateur de l’investissement en Afrique de l’Ouest ».

Elle était présidée par la vice-présidente, Marie Chantal Désirée Boni/Nignan, représentant le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé.

La réunion de Ouagadougou avait pour principal objectif de permettre aux députés de la CEDEAO d’en savoir plus sur la cryptomonnaie et son utilisation dans le processus de facilitation de l’intégration régionale. Une opportunité pour les parlementaires régionaux de déterminer la nécessité et la nature de la règlementation pour se prémunir contre une utilisation abusive de la crypto-monnaie dans la région.

Il faut dire que l’adoption de la crypto-monnaie est en hausse en Afrique de l’Ouest. Le rapport intitulé « The state of crypto in Africa » (2020) (l’état de la crypto en Afrique) publié par Arcane Research et Luno, a révélé que des pays africains tels que l’Ouganda, le Nigeria, l’Afrique du Sud, le Ghana et le Kenya figuraient souvent parmi les dix premiers pays à faire des recherches google sur le bitcoin. Le rapport indique également que l’Afrique est l’une des régions les plus prometteuses pour l’adoption des crypto-monnaies. Les problèmes économiques allant des taux d’inflation élevés et des devises volatiles aux problèmes financiers tels que le contrôle des capitaux et le manque d’infrastructures bancaires font de l’Afrique un endroit idéal pour l’adoption rapide des crypto-monnaies, selon ce document.

Quels avantages pour la CEDEAO ?

Hon. Kofi Konadu Apraku, commissaire chargé de la Politique macroéconomique et de la Recherche économique, a, dans sa présentation devant les députés, évoqué certains avantages de la crypto-monnaie sur la CEDEAO. Parmi lesquels on peut citer : « l’accroissement des envois de fonds vers les Etats membres de la CEDEAO ». En effet, les marchés des crypto-monnaies pourraient stimuler les envois de fonds vers la région, compte tenu de leur faible coût. Selon la Banque mondiale, les frais de transfert de fonds représentent souvent jusqu’à 7% de la valeur de la transaction. Elle estime par conséquent qu’une réduction des frais à 2% pourrait donner un coup de pouce de 16 milliards de dollars par an aux envois de fonds vers les pays à faible revenu.

Autre point notable, avec une politique appropriée, la crypto-monnaie est susceptible d’accroître les entrées brutes de capitaux dans la région, dans la mesure où les coûts de transaction baissent et que les produits financiers deviennent plus largement disponibles. L’amélioration du commerce intrarégional et international est aussi un autre avantage de la crypto-monnaie.

Cependant, la crypto-monnaie n’a pas que des avantages. Les risques liés au trading de crypto-monnaies sont principalement liés à leur volatilité. Des changements inattendus au niveau du sentiment de marché peuvent aboutir sur des mouvements de cours importants et soudains. Il n’est pas impossible pour la valeur des crypto-monnaies de chuter rapidement par centaines, si ce n’est par milliers de dollars.

De plus, les crypto-monnaies sont actuellement non régulées par, à la fois, les gouvernements et les Banques centrales. Elles sont aussi susceptibles d’être sujettes à des erreurs et à des piratages.

Elles peuvent être affectées par des ‘forks’ ou des interruptions.

« Elargir la base de nos économies »

Cette rencontre est à saluer, de l’avis de la ministre déléguée en charge de l’aménagement du territoire et de la prospective, Pauline Zouré. Elle permettra, selon elle, de tirer le meilleur profit de cette monnaie virtuelle qui a des adeptes dans nos pays. « Il est bon que les parlementaires connaissent les avantages et les dangers de cette monnaie, afin de la dompter et en faire une plus-value pour nos recettes, ce qui va élargir la base de nos économies. Pour ce faire, il faudra créer un espace règlementaire. Cet avis a été partagé par le communicateur du jour qui invite la région a intensifié les études pour déterminer s’il faut ou non légaliser la crypto-monnaie. Les opportunités de la crypto-monnaie sont immenses, dans la mesure où les bonnes politiques et infrastructures sont mises en place. Les Etats commencent tout juste à se rendre compte de la nécessité de prémunir les citoyens contre une utilisation abusive et de la règlementation de son utilisation. C’est pourquoi, le Parlement de la CEDEAO, conscient de la nécessité de sensibiliser les citoyens sur les implications de la crypto-monnaie, a décidé d’organiser cette réunion.  Au cours des échanges, des experts de haut niveau ont décrypté cette monnaie virtuelle et fourni aux participants des connaissances nécessaires pour mieux appréhender son utilisation.

NK

 

Encadré

Zoom sur le Parlement de la CEDEAO

Le Parlement de la CEDEAO est composé de 115 sièges. Pour l’attribution des sièges, il est garanti à chaque Etat membre un minimum de 5 sièges. Sur la base de cette répartition, le Nigeria dispose de 35 sièges, le Ghana 8, la Côte d’Ivoire 7, le Burkina Faso, la Guinée, le Mali et le Sénégal ont 6 sièges chacun. Les autres pays, à savoir le Bénin, le Cap-Vert, la Gambie, la Guinée-Bissau, le Liberia, la Sierra Leone et le Togo ont 5 sièges chacun. o

Commentaires
Numéro d'édition: 400

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.