Editorial

Pagaille

Ce lundi 19 juillet, le Conseil constitutionnel recevra la prestation de serment des nouveaux commissaires de la Commission électorale nationale indépendante, en principe. Cet acte solennel marquera officiellement le début de leur mandat. Seront-ils tous au rendez-vous ?

Le représentant de la chefferie coutumière est officiellement contesté par les partis de l’opposition  pour son inclinaison politique pour le parti au pouvoir. En termes clairs, un autre mais pas lui. S’il est présent ce matin, cela voudrait dire que le pays rentre dans une nouvelle crise institutionnelle. L’opposition a boycotté la réunion de mise en place du bureau jeudi dernier. Quelle serait son attitude si le représentant de la chefferie coutumière siégeait ? Le boycott des activités de la CENI par celle-ci nous pend au nez, à un moment où la sérénité dans les institutions de la République est plus que nécessaire.

La seule solution possible  serait  qu’il renonce à siéger tout simplement, son ego l’accepterait-il ? Cela aura au moins le mérite de ramener l’équipe de l’opposition au sein de la Commission. Quid alors pour la présidence ? o

Par Abdoulaye TAO

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page