Contribution du secteur des mines et des carrières: L’Etat burkinabè a perçu 95,6 milliards FCFA


• Jusqu’en novembre 2020

• Grâce aux 16 mines d’or et 1 mine de zinc

• 53,06 tonnes d’or en 2020

Le 29 décembre 2020 à Ouagadougou, le ministre des Mines et des Carrières a souligné que le contexte sécuritaire et sanitaire (Covid-19) avait sérieusement impacté le secteur. Malgré tout, fait-il savoir, l’activité minière et des carrières est restée résiliente.

Toute chose qui a permis à l’Etat burkinabè, à travers ses régies financières, de recouvrer une manne conséquente en 2020. A la date du 30 novembre 2020, les recettes recouvrées au profit du budget de l’Etat représentent une somme totale de 95,6 milliards FCFA. Et pour ce qui est de la contribution des sociétés minières au Fonds minier de développement local (FMDL), on enregistre 25,178 milliards FCFA au 30 novembre 2020. Une somme importante tirée à partir des 17 mines que compte désormais le Burkina Faso. En effet, le secteur minier a enregistré, en 2020, l’entrée en production de nouvelles mines, portant ainsi à 17 le nombre de mines en exploitation, dont 16 mines d’or et une mine de zinc. En termes de production à la date du 30 novembre 2020, le Burkina Faso a enregistré une production industrielle d’or de 52,8 tonnes et une production artisanale de 265,02 kg ; soit une production totale de 53,06 tonnes, dépassant ainsi la production de toute l’année 2019. Dans la même période, la production de zinc a été évaluée à 117 342,35 tonnes métriques sèches. Quant aux substances de carrières, la production s’élève à 1 008 000m3.

Le ministre s’est particulièrement réjoui de la mise en exploitation des mines industrielles de Sanbrado et de Samtenga. Mais surtout de l’opérationnalisation des comités communaux de suivi du FMDL (13 sur 29 Communes) ; de l’opérationnalisation du Fonds de financement de la recherche géologique et minière et de soutien à la formation sur les sciences de la terre ; de l’élaboration d’une stratégie nationale du contenu local dans le secteur minier ; la création de 4 Directions régionales ; le démarrage des activités de l’unité de contrôle des appareils à pression à Kouba/Koubri… Dans le souci de pallier l’insuffisance criarde de personnel, un effort supplémentaire a été fait dans le recrutement.

Ce qui a permis de passer de 228 agents en 2019 à 305 en 2020. La logistique a également été renforcée avec l’acquisition d’un minibus de 32 places et de 11 véhicules pick-up et 22 vélomoteurs. Au titre de 2021, le ministère prévoit le recrutement de 30 agents spécifiques sur mesures nouvelles spéciales. La sensibilisation des sociétés minières et des carrières à l’alimentation du FMDL et du Fonds de réhabilitation et de fermeture de la mine. 2021 connaitra aussi la mise en vigueur du projet d’appui au développement du secteur minier avec l’accompagnement de la Banque mondiale. o

ACS

Commentaires
Numéro d'édition: 374

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.