A la UnePubli-COM

Filière anacarde; Le processus pour l’instauration d’un agrément est en marche

Le mardi 15 juin 2021, le Conseil burkinabè de l’anacarde (CBA) a tenu une rencontre à Bobo-Dioulasso pour faire une synthèse des observations et des préoccupations des acteurs concernant le projet d’instauration d’un agrément professionnel pour la commercialisation de la noix brute de cajou. (DR)
Le Directeur général du Conseil burkinabè de l’anacarde (CBA), Joseph Zerbo: « L’instauration de l’agrément vise à résoudre des problèmes constatés : la régulation du marché depuis des années, l’achat non organisé, les prix non rémunérateurs pour le producteur  » . (DR)

Le Conseil burkinabè de l’anacarde (CBA) a tenu, le 15 juin 2021 à Bobo-Dioulasso, un atelier de synthèse des différentes rencontres pour l’instauration d’un agrément professionnel pour la commercialisation de noix brute de cajou. Cette rencontre avait pour objet de vérifier la prise en compte des différentes recommandations des acteurs dans le cadre de ce projet, qui vise à améliorer les activités de la filière.

La mission du Conseil burkinabè de l’anacarde (CBA) est de réguler, de suivre et de développer les activités de la filière anacarde au Burkina Faso. Dans cet élan, l’organisation, sur instruction du Premier ministère, a entrepris une campagne de concertation au mois de juin dans différentes localités du Burkina Faso ( Bobo-Dioulasso, Léo, Gaoua  et Banfora)  pour recueillir les recommandations des acteurs sur l’instauration d’un agrément professionnel pour la commercialisation de la noix brute de cajou. Le 15 juin 2021, un atelier a eu lieu dans la ville de Sya, dans l’optique de faire une synthèse de l’ensemble des observations et préoccupations formulées en vue d’enrichir le projet de document. C’est pour également s’assurer que les propositions des parties prenantes lors des rencontres ont été fidèlement rapportées pour plus de clarté et d’implication.  L’instauration de cet agrément vise à développer le secteur de l’anacarde au Burkina Faso. Selon les propos du Directeur général du CBA, Joseph Zerbo, l’instauration de l’agrément pourra résoudre un certain nombre de problèmes constatés depuis des années, qui sont, entre autres,  la régulation du marché, les achats non organisés, et les prix non rémunérateurs pour les producteurs. « L’agrément vise aussi à améliorer les unités de transformation existantes. Elles pourront avoir de façon régulière, la matière première et maintenir les emplois. Touchant aux préoccupations, l’agrément ne constitue pas une contrainte pour les acteurs. Les informations collectées seront transmises au gouvernement pour une orientation », a précisé le Directeur général du CBA. Il a ajouté que la  majeure partie des acteurs avaient reconnu cette nécessité de mettre en place ce système, surtout pour réguler ce marché. Selon le modérateur des séances lors des tournées, Daouda Ouédraogo, les concertations se sont effectuées dans de bonnes conditions, ont connu la participation d’environ 1000 acteurs et les objectifs fixés à l’avance ont été atteints.  Le président de l’Union nationale des producteurs d’anacarde du Burkina Faso (UNPA–BF), Abdoulaye Traoré, a reconnu que  les recommandations des producteurs avaient été prises en compte par le processus. «  C’est un objectif que nous recherchons  depuis 2012, quand nous nous sommes organisés en Union nationale. Si aujourd’hui, le CBA a un programme pour venir en aide aux producteurs, nous ne pouvons qu’accompagner le processus, qui va permettre de vendre en groupe et de mettre sur le marché des produits de qualité, souci des commerçants et des transformateurs », a-t-il fait savoir.

Certaines inquiétudes des acteurs en phase d’être résolues par le CBA

Pour le président de l’Union nationale des producteurs d’anacarde du Burkina Faso (UNPA–BF), Abdoulaye Traoré, son organisation ne peut qu’accompagner le processus, qui vient en aide aux producteurs. (DR)
Différents acteurs de la filière anacarde au Burkina Faso ont pris part à cet atelier. (DR)

Les commerçants, acteurs importants dans la chaîne, ont émis des inquiétudes dans le cadre de la mise en œuvre de cet agrément. Par la voie de leur président, Moussa Gory, ils ont demandé au CBA de choisir un moment propice pour la mise en œuvre de ce processus, surtout après avoir amélioré les productions. Face à cette inquiétude, dans le document de synthèse, il est prévu pour le programme d’activités 2021, un ensemble d’activités afin d’améliorer la productivité des vergers et la qualité des noix. concernant les soucis d’écoulement évoqués par les acteurs, le CBA a prévu de mener des actions de promotion de la consommation des produits au niveau local et des missions de prospection de marché dans les pays d’acheteurs au niveau international au profit des acteurs.o

Diro Benoit Wilfried TOE (Collaborateur)

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page