Jean Emile Somda, Premier président de la Cour des comptes, est admis à la retraite après 38 ans de service rendu à la Nation.

Présidence de la Cour des comptes: retraite méritée pour Jean Emile Somda

• Il a passé 4 ans au poste de premier président de la Cour des comptes

• Le jugement de 1.500 comptes de gestion, sa satisfaction

• Admis à la retraite après 38 ans de services rendus à la Nation

Jean Emile Somda, Premier président de la Cour des comptes, est admis à la retraite après 38 ans de service rendu à la Nation.

Jean Emile Somda, premier président de la Cour des comptes, est admis à faire valoir ses droits à la retraite après 38 ans de service rendu à la Nation à différents postes de responsabilité.

Les membres et le personnel de la Cour des comptes ont organisé une cérémonie de départ à la retraite le 1er juin 2021.

Le Secrétaire général de la Cour des comptes, Justin Nikiéma , a pris la parole au cours de la cérémonie au nom des membres et du personnel de la Cour. Il informe que Jean Emile Somda a pris fonction au poste de premier président de la Cour des comptes le 6 juin 2017. « Un sentiment de satisfaction anime les membres et le personnel pour le volume et la qualité du travail abattu au cours de votre mandat à la Cour des comptes», a indiqué Justin Nikiéma. Ce travail de stratégie de développement a été bâti autour de 4 axes dont le premier est le renforcement du cadre juridique, institutionnel et organisationnel de la Cour des comptes. Dès le début de son mandat, il a œuvré pour l’adoption de la loi organique N°17-2019/AN. Adoptée par l’Assemblée nationale le 26 mai 2016, la loi a été retoquée par le Conseil constitutionnel. Si des corrections ont été apportées sur les articles jugés contraires à la Constitution, la loi n’a pas encore connu un aboutissement afin de donner à la Cour son indépendance. Ainsi, 21 ans après sa création, la Cour des comptes reste régie par la loi N°14- 2000/AN du 16 mai 2000, ce qui ne lui permet pas de conduire sa mission, à l’instar des autres Cours des comptes de l’espace UEMAO. Le deuxième axe de la stratégie de développement repose sur le renforcement du contrôle juridictionnel et non juridictionnel de la Cour des comptes.

Au titre du contrôle juridictionnel, sur un total de 1.828 comptes de gestion instruits, près de 1.500 ont été jugés.

Le bilan des jugements des comptes de gestion des collectivités territoriales indique que sur 1.096 comptes de Communes rurales à juger, tous ont été instruits, 1.040 jugés et 56 comptes restants à juger.

244 comptes de Communes urbaines étaient à juger, tous ont été instruits mais 232 ont été jugés et 12 restent à juger. Tous les 78 comptes des Conseils régionaux ont été instruits mais 72 ont été jugés et 6 restent à juger. Le bilan des jugements des comptes des Etablissements publics de l’Etat (EPE) indique que sur 560 comptes à juger, 400 ont été instruits, 122 jugés, 160 connaissent des difficultés et 278 restent à juger.

Pour le jugement des comptes comptables principaux de l’Etat, 16 comptes sont à un niveau d’instruction très avancé. Au titre du contrôle non juridictionnel, plusieurs rapports ont été produits, dont les rapports publics 2017, 2018 et 2019, les rapports d’exécution des lois de finances 2016 et 2017, le rapport d’audit du cadre institutionnel et organisationnel de la gestion des ressources issues des industries extractives au Burkina Faso, l’audit de gestion de la déclaration de patrimoine, l’audit pilote de la collecte, la répartition et la gestion des ressources du Fonds minier de développement local, les rapports de contrôle de la gestion de 3 Conseils régionaux et le contrôle thématique  et 6 Communes rurales, etc.

Le troisième axe concerne l’amélioration de la diffusion des informations et de la visibilité de la Cour des comptes. Pour le Secrétaire général de la Cour des comptes, Jean Emile Somda a œuvré, sous son mandat, au recrutement d’un chargé de la communication. La Cour a aussi mis en ligne le rapport public dès sa remise officielle au chef de l’Etat et l’organisation d’un petit déjeuner de presse pour en livrer la substance.  Le quatrième axe porte sur le renforcement des capacités opérationnelles de la Cour des comptes. Le plaidoyer de Jean Emile Somda a permis à la Cour d’accroître son effectif. En effet, le nombre de conseillers est passé de 18 à 30 et le nombre de vérificateurs de 8 à 15. En matière de formation, le personnel de la Cour, notamment, les conseillers et les vérificateurs, ont bénéficié de nombreuses sessions de formation au niveau national et international. La Cour a aussi acquis des moyens matériels grâce au soutien de ses partenaires. L’esprit de bon père de Jean Emile Somda, prenant le temps d’écouter tous ceux qui viennent vers lui, a été salué.

Elie KABORE

 

Encadré

1.500 comptes jugés dont les dossiers de fautes de gestion de l’hôpital Yalgado, de Bagré et du Laboratoire national du bâtiment

Au titre du contrôle juridictionnel, sur un total de 1.828 comptes de gestion instruits, près de 1.500 ont été jugés. Parmi les comptes jugés figurent 03 grands dossiers de fautes de gestion  qui concernent le Laboratoire national du bâtiment et des travaux publics (LNBTP), le Centre hospitalier Yalgado Ouédraogo et la Maîtrise d’ouvrage de Bagré. o

Commentaires
Numéro d'édition: 395

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.