Croissance économique en 2021: le Burkina Faso projette un taux de croissance de 7%

• Contre 2,5% en 2020

• 5,2% dans l’UEMOA

• Au niveau mondial, 6% en 2021, contre -3,3% en 2020

Plus d’un an après le début de la pandémie de Covid-19, l’économie mondiale se ressaisit petit à petit mais les perspectives économiques restent très incertaines. En effet, selon le rapport sur les perspectives de l’économie mondiale, publié en avril 2021 par le Fonds monétaire international (FMI), la reprise n’est pas la même partout dans un contexte de forte incertitude.

Qu’en est-il du Burkina Faso ?

Au niveau national, pour l’année 2021, le taux de croissance de l’économie est projeté à 7%, contre un ralentissement de 2,5% en 2020.

La forte décélération de l’activité économique en 2020 est essentiellement imputable à la contraction de la valeur ajoutée du secteur tertiaire de 1,4%, en raison des effets de la Covid-19 sur le sous-secteur « hébergement et restauration ».

Ces données proviennent de la note N°3 de mars 2021 de la Direction générale de l’économie et de la planification (DGEP) du Burkina Faso. L’accélération de la croissance en 2021 est tirée principalement par les secteurs secondaire (+8,3%) et tertiaire (+7,9%). Le secteur primaire enregistrerait un léger ralentissement avec un rythme de croissance de 3,5%, indique la note.

Quelques indicateurs expliquent cette prévision optimiste en 2021.

Dans le secteur des mines, entre janvier et février 2021, la production industrielle d’or fin est évaluée à 10,643 tonnes, contre 8,744 tonnes à fin février 2020, soit une hausse de 21,7%.

Au niveau des finances publiques, en fin février 2021, les recettes propres du budget de l’Etat ont été mobilisées à hauteur de 432,3 milliards FCFA, contre 389,0 milliards FCFA à la même période en 2020, soit une hausse de 11,2%. Cette hausse est tirée par l’augmentation de 16% des recettes fiscales.

Au niveau des échanges extérieurs, les exportations totales du seul mois de mars 2021 se sont affichées à 260,8 milliards FCFA, contre 210,8 milliards FCFA un mois plus tôt, correspondant à une hausse de 23,7%. Quant aux importations totales du mois de mars 2021, elles se sont situées à 205,3 milliards FCFA, contre 192,4 milliards FCFA le mois précédent, soit une augmentation de 12,9 milliards FCFA (+6,7%). En glissement annuel, les importations totales sont en hausse de 9,7 milliards FCFA (+5,0%).

L’analyse de la conjoncture économique au cours du premier trimestre de 2021 laisse entrevoir des perspectives d’une normalisation progressive de l’activité économique en 2021 au plan national.

Au niveau de l’espace UEMOA, la DGEP a projeté la croissance pour l’année 2021. Le taux de croissance dans cet espace est attendu à 5,2%, sous l’effet du maintien des mesures de relance budgétaire et de soutien monétaire. En projection, il serait de 6,6% en 2022.

Au plan mondial, « le démarrage des campagnes de vaccination à partir de décembre 2020 et l’amélioration de la couverture vaccinale dans plusieurs pays du monde, ainsi que la poursuite des politiques budgétaire et monétaire de soutien à l’activité économique devraient permettre de stopper la dégradation de l’activité et d’entrevoir des perspectives d’une normalisation progressive au cours de l’année 2021 », note la Direction générale de l’économie et de la planification du Burkina Faso.

La révision à la hausse en 2021 de la croissance au niveau mondial s’explique par la prise de nouvelles mesures de soutien budgétaire dans quelques grands pays, par des anticipations de reprise tirées par la vaccination au second semestre de 2021 et par l’adaptation continue de l’activité économique à une mobilité réduite. Ces perspectives restent très incertaines, notamment, en ce qui concerne l’évolution de la pandémie, l’efficacité des mesures prises par les autorités pour assurer un retour à la normale grâce à la vaccination, et l’évolution des conditions financières.

Au regard de cette situation, le FMI estime que la croissance mondiale devrait s’établir à 6 % en 2021, avant de baisser à 4,4 % en 2022. Les projections pour 2021 et 2022 sont plus favorables que celles de 2020.

Toutefois, le FMI prévient. Même si la progression des campagnes de vaccination accroît le sentiment de confiance, les nouvelles mutations du virus et le bilan humain qui ne cesse de s’alourdir suscitent ces inquiétudes. La reprise économique varie donc d’un pays et d’un secteur à l’autre, en fonction des perturbations causées par la pandémie et de l’ampleur des mesures prises par les pouvoirs publics. Les perspectives ne dépendent pas seulement de l’issue de la course entre le virus et les vaccins, mais aussi de l’efficacité avec laquelle les mesures économiques mises en œuvre dans un contexte de forte incertitude peuvent limiter les séquelles causées par cette crise sans précédent.

Elie KABORE

Encadré

Covid-19 : 12.774 cas confirmés et  149 décès  ont été enregistrés depuis le début

A fin mars 2021, la situation sanitaire fait état d’un total de 12.774 cas confirmés et 12.420 cas guéris. Parmi ces cas, 149 décès ont été enregistrés, soit un taux de létalité de 1,2%. Cet état correspond à un taux de guérison de 97,2%.o

Commentaires
Numéro d'édition: 393

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.