DBS: Le CSC et le ministère du Commerce affichent les plus faibles taux de déblocage de fonds en 2020

Le CSC et le ministère du Commerce affichent les plus faibles taux de déblocage de fonds en 2020

• Intégration de 57 contractuels et bénévoles au Minefid : qui est concerné ?

• Uemoa : prestation de serment imminente du président Diop

Le CSC et le ministère du Commerce affichent les plus faibles taux de déblocage de fonds en 2020

La situation d’exécution des budgets 2020 indique que 16 ministères et institutions, représentant un poids global de 36,39% des prévisions de déblocage, enregistrent un taux d’exécution de 100%. 24 ministères et institutions enregistrent des taux d’exécution compris entre 100% et 90%. 02 ministères et institutions enregistrent un taux d’exécution compris entre 90% et 85%. Il s’agit du ministère de l’Agriculture et des Aménagements Hydrauliques (88,78%) et du ministère de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationales (85,63%).

Enfin, 02 ministères affichent de très faibles taux d’exécution de leur plan annuel de déblocage de fonds. Il s’agit du Conseil Supérieur de la Communication (34,57%), sur des prévisions de déblocage (1,29 milliards FCFA) qui ont fait l’objet d’exécution (446,63 millions de FCFA). L’exécution du budget de la campagne 2020 explique cette situation. Il s’agit également du ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat. Avec 17,88% de déblocage, ce ministère enregistre le plus faible taux d’exécution. En effet, sur 14,77 milliards FCFA (dont 14,04 milliards FCFA au titre des transferts courants) il a été débloqué 2,64 milliards FCFA. 12 milliards FCFA ouverts au titre du déblocage pour l’appui à la filière coton n’a pas fait l’objet de déblocage.

• Intégration de 57 contractuels et bénévoles au Minefid : qui est concerné ?

Le conseil des ministres 10 mars 2021 a autorisé la régularisation de la situation administrative par intégration à la Fonction publique de 57 contractuels et bénévoles qui exercent dans certaines structures du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement. Cette intégration s’est faite conformément aux dispositions de la loi n°081-2015/CNT du 24 novembre 2015 portant statut général de la Fonction publique d’Etat. Le compte rendu du conseil des ministres a créé plus de doute au sein des contractuels et bénévoles de ce ministère. Ils sont au moins une centaine dont 61 contractuels au sein de la Direction générale des Impôts (DGI). Pourtant, le communiqué parle de : « contractuels et bénévoles qui exercent dans certaines structures du ministère ». En plus, le nombre retenu 57 personnes semble peu par rapport au nombre total des personnes concernées au sein de la seule DGI. Un doute renforcé par le manque d’information plus d’un mois après l’adoption de la décision en conseil des ministres. Ils veulent savoir quelles sont les personnes retenues parmi les 57 ? Quel sort est réservé aux autres contractuels et bénévoles qui n’ont pas été retenus ? En rappel, le processus d’intégration de ces contractuels et bénévoles et de la DGI a débuté en 2019. Selon nos informations, las d’attendre la liste des 57 personnes, le ministère de la fonction publique a adressé une correspondance à son collègue des finances afin qu’il lui transmette les informations nécessaires pour la suite du processus.

• Uemoa : prestation de serment imminente du président Diop

Selon nos informations, le nouveau président de la commission de l’Uemoa, Abdoulaye Diop devrait prêter serment courant ce mois de mai devant la Cour de justice de l’Union. Sa nomination a été officialisée  le 14 avril dernier par un acte additionnel du président de la Conférence des chefs d’Etat, Roch Marc Christian Kabore, le président du Faso qui a rendu publique la nouvelle composition de la Commission, organe exécutif de l’Union. Le Nigérien Abdallah Boureima cède son fauteuil au Sénégalais Abdoulaye Diop. Celui-ci que nous avions présenté comme un cadre du PDS, serait plutôt un technocrate,  ancien ministre délégué chargé du Budget, selon des sources proches de la commission.

• Cenozo : seconde table ronde du projet femmes et investigations

La Cellule Norbert Zongo pour le journalisme d’investigation en Afrique de l’ouest  (Cenozo) a tenu sa deuxième table ronde, entrant dans le cadre du Projet Autonomisation des femmes journalistes par le Data Journalisme. C’était le 29 avril dernier au centre de presse Norbert Zongo. La rencontre a regroupe les femmes journalistes auteures des enquêtes sur le Foncier rural, la migration, la traite des enfants, les personnes vivants avec un handicap et les représentants des administrations et de la société civile qui sont investis dans les thématique abordées. Les échanges entre les participants ont permis d’avoir une meilleure compréhension des sujets abordés et ont donné lieu à des recommandations de part et d’autres . o

Commentaires
Numéro d'édition: 389

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.