Coopération française: Le CDCS prévoit un don de 13 millions d’euro au Burkina Faso

Pour la réalisation du programme d’actions rapides

Le Directeur du Centre de crise et de soutien (CDCS) du ministère de l’Europe et des affaires étrangères, Eric Chevallier a fait une mission de contrôle au pays des hommes intègres. Cette mission avait pour but de faire le constat des projets financés par le CDCS au Burkina Faso. Il a aussi été question d’envisager de futurs projets avec les autorités burkinabè dans le cadre du renforcement des actions du CDCS au Burkina. Monsieur Chevallier à l’occasion d’ un point de presse le 15 avril 2021 à la Résidence de France a présenté les résultats et les conclusions de sa mission. Il était en compagnie de l’ambassadeur de France au Burkina Faso, Luc Hallade.

Cette visite du directeur du CDCS est la suite du sommet de N’Djamena qui s’est tenu les 15 et 16 février 2021 dans la capitale tchadienne. Ce sommet a réunie les pays du G5 Sahel (Mali, Tchad, Burkina Faso, Niger et Mauritanie) et la France. Il était question de la lutte contre le terrorisme et du rôle de la France dans cette mission. Le président du Faso a souhaité que des efforts renforcés soient faits dans les pays de la région. C’est dans ce cadre que s’inscrit la mission de monsieur Chevallier au Burkina Faso.

Elle vise deux principaux objectifs. Il s’agit du renforcement de l’aide urgente avec des projets d’une part pour appuyer l’action de l’Etat et d’autre part, au profit des populations du Burkina. « Nous avons décidé d’allouer plus de 13 millions d’euro à ce programme d’actions rapides à la fois sur le renforcement d’action de l’Etat principalement en matière de sécurité et d’aide à la population » a déclaré le Directeur du CDCS, Eric Chevallier.

Ce programme s’étale sur plusieurs chantiers. Sur le plan sécuritaire, 1 million d’euro sera mis à la disposition des Forces de défense et de sécurité (FDS) de l’axe Ouaga-Kaya-Dori pour le renforcement de leur capacité. Le reste de ce programme sera consacré à l’aide à la population à travers le renforcement des capacités du Conseil national de secours d’urgence et de réhabilitation (CONASUR), le soutien d’un certain nombre de programmes en matière de sécurité alimentaire des ONG Action contre la faim et Solidarité internationale. En matière de santé, il y aura le prolongement du programme de soutien au Centre hospitalo-universitaire de Kaya et au Centre médical avec antenne chirurgicale de Barsalogo.

En plus, le CDCS soutiendra l’ONG française ACTED pour la réalisation d’abris semi rigides au profit des populations déplacées. Un programme d’accès à l’eau potable verra le jour dans la région de Kaya avec l’ONG OXFAM à travers la réalisation de forages profonds et de châteaux d’eau. Il y aura aussi le prolongement du programme de relèvement socioéconomique d’appui aux femmes et aux jeunes dans la zone de Dori en soutenant un projet de transformation alimentaire. Ces projets seront pilotés par le ministère de l’Europe et des affaires étrangères et l’Agence française de développement (AFD).

Il faut préciser que ce montant de 13 millions d’euro qui sera alloué au Burkina Faso est un don. Ce programme d’actions rapides est prévu débuter dans les semaines à venir.

Issouf Tapsoba (Stagiaire)

Encadré :

Missions du Centre de crise et de soutien

  • Veiller à la sécurité des français à l’étranger ;
  • Etre l’institution au sein de l’Etat français qui est le principal responsable de l’aide humanitaire de la France ;
  • Etre responsable des programmes de la France en termes d’aide à la stabilisation des pays et des régions qui en ont besoin.
Commentaires
Numéro d'édition: 388

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.