La signature de la convention entre le gouvernement et Endeavour Mining pour le financement des études techniques pour le bitumage de la RR28. (Ph. Yvan Sama).

Infrastructures routières: Signature d’un PPP tripartite

• Entre le gouvernement, le Groupe Endeavour Mining et le bureau Ted Sarl

• Plus de 627 millions  FCFA sur la table

• Pour financer  les études techniques du bitumage de la RR28

Un tête-à-tête entre le Directeur national d’Endeavour Mining (à l’extrême gauche) et les ministres de l’Energie et des Infrastructures, représentant le gouvernement. (Ph. Yvan Sama).

La route du développement passe par le développement de la route. Conscient de cela, l’Etat burkinabè a entrepris une stratégie de développement du secteur des transports. Cette stratégie a pour objectif la réalisation d’infrastructures routières afin de désenclaver les localités du pays. Pour réussir cette mission, le gouvernement a adopté depuis un certain temps, le partenariat public privé (PPP). C’est dans ce sens que le ministère des Infrastructures et du Désenclavement et celui de l’Energie, des Mines et des Carrières ont signé une convention tripartite entre le gouvernement burkinabé, le Groupe Endeavour Mining et le bureau Ted Sarl. Il s’agit du financement et l’exécution de l’étude technique pour la construction et le bitumage de la Route régionale 28 (RR28) Ougarou-Boungou-Nadiabondi-Partiaga. C’était le 26 mars 2021 à Ouagadougou.

La signature de la convention entre le gouvernement et Endeavour Mining pour le financement des études techniques pour le bitumage de la RR28. (Ph. Yvan Sama).

Le gouvernement du Burkina Faso a entrepris le projet de construction et de bitumage de la RR28 Ougarou-Boungou-Nadiabondi-Partiaga. Pour cela, des études techniques doivent être menées pour connaitre la faisabilité du projet. C’est dans ce cadre que le gouvernement a signé une convention avec le Groupe Endeavour Mining, à travers sa filiale nationale, le Groupe SEMAFO Boungou SA.  Ce Groupe, à travers un partenariat public privé, va financer la réalisation de l’étude de faisabilité économique, technique et  environnementale du projet et l’élaboration du dossier d’appel d’offres. Le bitumage de la route, longue de 86,2 km, permettra de désenclaver la zone et de faciliter l’accès à l’une des plus importantes mines d’or du pays. Il permettra également l’intervention des Forces de défense et de sécurité (FDS) dans la zone de l’Est. Le bureau d’étude retenu pour la réalisation de l’étude technique est le bureau Ted Sarl.

Pour le Directeur national du Groupe Endeavour Mining, Adama Soro, plusieurs raisons ont motivé la signature de ce partenariat. L’objectif du Groupe est de « permettre aux FDS d’évoluer dans un environnement beaucoup plus sécurisé à travers un investissement en matière de route. En deuxième lieu, c’est de favoriser le développement économique de la région où se situe notre mine de Boungou », s’est expliqué monsieur Soro. Il poursuit que la réalisation de cette étude permettra au Groupe Endeavour Mining d’avoir un dossier plus complet afin de pouvoir financer le projet. Le Groupe compte financer, dans le cadre d’un partenariat avec l’Etat burkinabè, les travaux de réalisation et de construction de la RR28 Ougarou-Boungou-Nadiabondi-Partiaga. Adama Soro pense que cette route permettra un bon fonctionnement de la mine dans un environnement sécurisé, mais surtout favorisera le développement économique de la région. Selon le ministre de l’Energie, des Mines et des Carrières, Bachir Ismaël Ouédraogo, c’est la première fois qu’au pays des Hommes intègres, une mine collabore avec le gouvernement pour construire une route goudronnée afin de désenclaver des localités. Pour lui, l’or étant le premier produit d’exportation du Burkina, le secteur minier devrait permettre le développement endogène du pays. « Aujourd’hui, l’or est le premier produit d’exportation au Burkina Faso. Le sens de cette signature est de permettre au secteur privé de prendre une part active dans cette richesse générée par le pays et de permettre une réconciliation entre le secteur et la population », a-t-il déclaré. Pour cette « convention historique », Bachir Ismaël Ouédraogo lance un message aux autres miniers à emboîter le pas du Groupe Endeavour Mining. Il est le plus grand Groupe du Burkina en termes d’emploi, de puissance, de capacité et de tonnage d’or, a-t-il dit.

Le ministre des Infrastructures et du Désenclavement, Eric Bougouma, quant à lui, montre sa satisfaction de la signature de cette convention. « Je suis très heureux de voir des  partenaires privés encourager les efforts du gouvernement pour la mise en œuvre de la politique de désenclavement du pays. C’est une grande première qu’une société minière finance intégralement les études de bitumage d’une route dans notre pays », s’est-il réjoui. A en croire le ministre, le coût de la réalisation de ces études s’élèvera à 627 543 905 FCFA TTC. Il salue l’engagement du Groupe Endeavour Mining dans ce projet. Selon lui, en dépit de sa contribution au Fonds minier de développement local, le Groupe a accepté de financer intégralement ce projet qui aura un impact considérable dans la région de l’Est. Le ministre Bougouma a ajouté que le Groupe avait marqué son accord pour accompagner le gouvernement dans la seconde étape du projet qui est la réalisation des travaux de bitumage. o

Issouf TAPSOBA (Stagiaire)

 

Encadré

Connaissance sur Endeavour Mining

Endeavour Mining Corporation est une entreprise minière de droit canadien, spécialisée dans l’exploitation minière en Afrique.

Le portefeuille de la société comprend les mines Ity et Agbaou (Côte d’Ivoire),  Houndé, Boungou, Mana et Karma (Burkina Faso). Son portefeuille comprend également Fetekro, Kalana et Nabanga. La société possède un portefeuille d’actifs d’exploration dans la ceinture de roches vertes du Birimian, au Burkina Faso, au Mali et en Guinée.

En novembre 2020, Endeavour Mining annonce l’acquisition de Teranga Gold pour 2 milliards de dollars US, devenant le premier Groupe aurifère en Afrique de l’Ouest et l’un des dix plus gros producteurs d’or mondiaux avec une capacité de production avoisinant 1,5 million d’onces produites par an.o

Commentaires
Numéro d'édition: 386

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.