DBS: Régies de recettes: les régies ont fait du 100% en 2020 

• Régies de recettes: les régies ont fait du 100% en 2020 

• SALMA MINING SA : une mine 100% burkinabè

• Médias : la feuille de route du ministre Tamboura

Régies de recettes: les régies ont fait du 100% en 2020 

Au cours de l’année 2020, le ministère de l’Economie, des Finances et du Développement a enregistré plusieurs acquis malgré la Covid-19. Le bilan a été fait le 25 février 2021 à la faveur de la tenue de la première session ordinaire de l’année 2021 du Conseil d’administration du secteur ministériel.

Il ressort de ce bilan la mobilisation de 1.749,65 milliards  F CFA par l’ensemble des régies de recettes sur une prévision annuelle révisée de 1.722,84 milliards F CFA, soit un taux de recouvrement de 101,56%. Au cours de l’année, le ministère a procédé au transfert de trésorerie d’un montant de 20,39 milliards F CFA au profit de 101.633 ménages vulnérables dans le cadre du Programme d’appui au développement des économies locales (PADEL). Il a assuré la construction de 41 complexes scolaires, 23 CSPS équipés, 69 fourrages positifs, 17 radiers, 13 dalots par le Programme de réalisation des infrastructures socioéconomiques (PRISE). En plus de l’octroi de crédits d’un montant total de 643.204.005 F CFA à 3.350 femmes et jeunes au titre de l’appui au développement des microentreprises et des activités génératrices de revenus, le ministère a procédé à la  vérification de 906 postes comptables, de 266 contrats de marchés publics et les audits financiers et comptables, de 10 Établissements publics de l’Etat, de 10 collectivités territoriales et de 10 projets et programmes dans le cadre de la transparence dans la gestion des finances publiques. Enfin, on note la sélection de 42 projets pour être financés par le programme Burkina Startups à hauteur de 1 236 milliards  F CFA.

Quant au taux de croissance du PIB, il passe de 5,7% en 2019 à 1,9%.

• SALMA MINING SA : une mine 100% burkinabè

Le Conseil des ministres du 24 février 2021 a octroyé un permis d’exploitation industrielle de grande mine d’or à la société SALMA MINING SA, dans la région du Sud-Ouest. Cette mine d’or couvre une superficie de 4,78 km2 pour une production moyenne annuelle d’or estimée à 392 kg, soit une production totale de 1,57 tonne d’or sur les 04 ans. La société SALMA MINING SA est la propriété de Mamoudou Ouédraogo, plus connu sous le nom de Doudou. La durée de vie de la mine est de 06 ans correspondant à 02 ans pour la phase de construction et à 04 ans pour la phase de production. Il évalue son investissement à 7,350 milliards F CFA et un retour sur investissement en un an et demi. SALMA MINING SA est gérée par 10% de Burkinabè. Avec l’obtention de son permis, il s’attèlera à l’acquisition du matériel nécessaire pour l’exploitation. Au titre de la contribution directe du projet au budget de l’Etat, il est prévu 7,335 milliards F CFA. Pour la contribution au Fonds minier de développement local, il est attendu un total de 475.939.543 FCFA. SALMA MINING SA compte créer 410 emplois, dont 110 emplois directs et 300 emplois indirects.

• Médias : la feuille de route du ministre Tamboura

Comme tous les nouveaux ministres, celui de la Communication, chargé des relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement, Ousseini Tamboura, a rencontré tous les acteurs et partenaires de son département. C’est ainsi qu’il a rencontré toutes les organisations socioprofessionnelles des médias pour prendre le pouls de la situation avant d’engager sa mission. Ces rencontres ont débouché sur la mise en place d’un groupe ad hoc  d’actualisation sur les actions de redynamisation du Fonds d’appui à la presse privée et sur les entreprises de presse privée. Ce groupe a bouclé son rapport le 20 février dernier. Les problèmes prioritaires dans le secteur demeurent la question de la fiscalité adaptée aux médias, les conditions d’accès aux crédits du FAPP  et à la subvention, l’épineuse question de la rotative dédiée à la presse et la messagerie, le montant élevé de la redevance  TNT et l’application effective de la convention collective par les médias.  Un document unique portant sur des voies de solutions relativement au secteur privé des médias, d’une part, et les réformes du FAPP, d’autre part, a été soumis  au ministre Tamboura.

• Lancement AG Rating : ce sera finalement le 4 mars

L’agence de notation  financière panafricaine, AG Rating, a  remis sa cérémonie de lancement au 4 mars 2020 à  Layco Hôtel. Des réglages de dernière minute ont amené les organisateurs à prendre cette décision. Portée sur les fonts baptismaux par le jeune burkinabè  Roland Yago , cette agence panafricaine  élargit l’offre  de notation financière aux entreprises, organismes, institutions et aux collectivités qui aspirent à lever des fonds sur le marché financier régional ou international.

On en saura un peu plus ce jour-là sur les ambitions de ses promoteurs qui proposent des notations financières et extra financières.  La nouvelle agence de notation envisage également de mettre en place deux indices de performances :  l’ un sur le secteur privé  et l’autre sur le secteur minier en plein boom sur le continent. o

Commentaires
Numéro d'édition: 381

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.