Fraude à la visite technique: une dizaine de personnes à la MACO

Idrissa Konda est le directeur technique du Centre de contrôle des véhicules automobiles(CCVA). Dans son bureau, il nous a donné sa compréhension de la transformation des véhicules et son impact sur les chiffres de son institution

Comment percevez-vous le phénomène de la transformation des camions dans votre centre

A notre niveau, on le  ressent à travers les chiffres de nos opérations (visites périodiques et premières visites). Par exemple, en 2018, le centre a opéré 31.616 visites de camions. Dans la même année, 3884 en première  visite. En principe, en 2019, on devrait pouvoir retrouver les mêmes véhicules qui sont passés chez nous, soit pas moins de 35000 camions à visiter. Mais nous avons constaté qu’en 2019, il n’y a eu que 26.388 opérations. Soit une baisse de plus de 5.000. Le même phénomène s’est répété en 2020

Comment expliquez-vous cette baisse ?

La raison est simple, les propriétaires ne viennent pas à la visite.  Ils sont sûrs et convaincus qu’en venant avec de telles silhouettes, ils n’auront pas la visite. Ils se débrouillent pour ainsi dire  en circulation. Ce qui n’est pas normal.

Certains viennent pour la première visite technique avec un véhicule normal. Comme la validité de la visite est d’un an. Ils ont tout le temps de modifier la carrosserie de leur véhicule pour transporter plus de marchandises. Sauf qu’à l’expiration de la visite technique, ils ne peuvent plus  se présenter ainsi, puisque le véhicule n’est plus en l’état par rapport à sa dernière apparition chez nous.

Ne soyez  donc pas surpris donc de voir un véhicule hors gabarit qui possède une visite technique.

On parle de plus en plus de fausses visites techniques

Effectivement, on en entend parler. Ce que je peux vous dire, c’est qu’une dizaine de personnes croupissent à la MACO dans le cadre d’usage de fausse visite technique. Le pot aux roses a été découvert lorsqu’on  devait contresigner la carte de transport de certains véhicules émis par la DGTTM. On a constaté que certaines visites ne provenaient pas de chez nous. La carte de transport est un document où doit figurer la visite technique, l’assurance. Elle peut être nationale ou internationale: sur l’international, on a obligation de mentionner la date de la visite et la date de son expiration.

Parlons des transformations

Chaque fois que vous voyez un véhicule isolé avec plus de quatre essieux, il  n’est pas conforme à la règlementation. Le véhicule isolé, c’est le tracteur ou  la semi-remorque ou le camion). Un véhicule articulé  est souvent composé d’un tracteur + une semi-remorque. Ces  véhicules ont des difficultés à circuler normalement et à  prendre les virages, même quand ceux-ci  ne sont pas serrés

Mais comment gère-t-on ces cas ?

Si on ne fait rien, les transporteurs vont continuer à modifier les camions au détriment des ensembles routiers. Cela va nécessairement réduire le nombre de visites. Notre rôle,  c’est de contrôler les véhicules qui viennent à nous. Le reste sur les routes, ce sont d’autres acteurs qui font le contrôle. Ils ont en charge la vérification de la silhouette et de la hauteur et le gabarit.  Ce phénomène fait perdre de l’argent au CCVA et à l’Etat, à cause de la non-présentation aux visites techniques de certains véhicules,  parce que nous reversons des taxes. Ces véhicules transformés du fait des surcharges accélèrent la dégradation des voies.o

Commentaires
Numéro d'édition: 379

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.