Projet SME Loop: Pour un management nouveau dans l’entrepreneuriat

•  400 PME en  renforcement des compétences managériales

• Optimisation des systèmes de gestion et accès au financement 

• Création et consolidation des emplois 

Le présidium à l’atelier national de lancement du projet SME Loop. (DR)

Une alliance tripartite pour améliorer la gestion des petites et moyennes entreprises (PME) au Burkina Faso : La Maison de l’Entreprise du Burkina Faso (MEBF), l’Agence de coopération internationale allemande pour le développement (GIZ) et l’Agence belge pour le développement (Enabel). A travers le  « Projet de renforcement des compétences entrepreneuriales des petites et moyennes entreprises (PME) au Burkina Faso (SME Business Training  and Coaching Loop : Burkina Faso) », ces trois entités vont œuvrer de novembre 2020 à octobre 2022 pendant deux années, à l’encadrement de quatre cent (400) entreprises dans ces cinq (05) régions du Burkina : Boucle du Mouhoun, Cascades, Centre-Est, Hauts-Bassins et Sud-Ouest.

Le Projet de renforcement des compétences entrepreneuriales et managériales des petites et moyennes entreprises (PME) au Burkina Faso vise trois objectifs principaux : renforcer les capacités entrepreneuriales et managériales des PME à travers l’implémentation de la démarche SME Loop ; créer des emplois et consolider les emplois existants dans les petites et moyennes entreprises ; et assurer le suivi-évaluation et ancrer le savoir-faire pour adapter la démarche SME Loop aux besoins spécifiques des PME, des bailleurs de fonds et des institutions d’appuis. « Ce projet constitue une opportunité pour les PME, car devant leur permettre de mieux appréhender la notion de l’entrepreneuriat, d’asseoir de meilleures et saines pratiques de gestion, et surtout d’enrichir leur connaissance et de trouver les voies et moyens de pérenniser des emplois décents », précisera Ismaël Sawadogo, Directeur de l’appui-conseil et du marketing de la MEBF, présidant l’atelier national de lancement du projet le jeudi 04 février 2021 à Ouagadougou.

Dans les faits, La Maison de l’Entreprise du Burkina Faso (MEBF) a la qualité d’Agence d’exécution dans ce projet d’une enveloppe financière de 744 328 400 F CFA. Cet appui financier va être également complété par l’apport de savoir-faire et d’assistance technique de ses partenaires qui permettront, à terme, d’améliorer les capacités de La Maison de l’Entreprise en matière d’accompagnement des PME en milieu rural.

L’Agence de coopération internationale allemande pour le développement (GIZ), à travers le Projet Centres d’innovations vertes du secteur agroalimentaire (ProCIV),  s’occupera de 200 PME issues de l’industrie agroalimentaire  dans la Boucle du Mouhoun, Cascades, Hauts-Bassins et Sud-Ouest. Les Centres d’innovations vertes de l’Agence belge pour le développement (Enabel) concentrent leur attention sur la promotion des petites exploitations agricoles, afin d’aider celles-ci à augmenter durablement leur production et leurs revenus. En même temps, ils visent à favoriser la création de nouveaux emplois dans la transformation des produits agricoles, afin de garder une plus grande part de la création de valeur au niveau local et en particulier, en milieu rural.  Les innovations prônées par ces centres dans le secteur agroalimentaire devront améliorer les revenus des petites exploitations agricoles, la création d’emplois ainsi que l’approvisionnement alimentaire dans les régions rurales cibles.

Le Burkina Faso a un tissu économique largement dominé par les petites et moyennes entreprises. Les statistiques parlent même de 80% de PME. De nombreuses études indiquent clairement que cette catégorie d’entreprises constitue un moteur pour la croissance, de par le dynamisme et la flexibilité que confère la taille. Au regard de leur importance numérique, leur contribution à la création d’emploi et de richesses peut permettre au pays d’atteindre un meilleur niveau de performance. Malheureusement, ce n’est pas encore le cas.  Les PME ont du mal à se développer pour plusieurs raisons : l’absence de débouchés commerciaux, la difficulté d’accès au financement, la difficulté de création et de maintien des emplois, l’insuffisance de compétences techniques, commerciales et managériales…

L’Agence belge pour le développement (Enabel)  va encadrer 200 PME de tous les secteurs économiques de la région du Centre-Est uniquement.  De l’avis d’Edwige Zongo, conseillère stratégique d’Enabel,  « la faiblesse des capacités managériales des petites et moyennes entreprises reste un défi majeur à relever, si l’on veut améliorer leur performance. La qualité managériale est une clé pour l’amélioration de la performance aussi bien financière qu’organisationnelle et commerciale ». C’est la raison pour laquelle, sa structure apporte  un peu plus de 320 millions  FCFA pour la région du Centre-Est pour une durée de 24 mois, afin de favoriser l’émergence et la compétitivité des PME. Le choix de cette région, qui est connue pour être une région avec d’énormes potentialités dans le domaine de l’agriculture, de la transformation, du commerce, de l’artisanat, vise à faire de ces potentialités un atout pour faire émerger et consolider, à travers un accompagnement ciblé, de petites et moyennes entreprises modernes et professionnelles. o

Martin Sama

Commentaires
Numéro d'édition: 378

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.